CHIMIE VERTE

CHIMIE Chimie durable

  • Écrit par 
  • Hagop DEMIRDJIAN
  •  • 2 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Une approche de la chimie durable : la « chimie verte »  »  : […] En 1991, l'agence américaine pour la protection de l'environnement (Environmental Protection Agency) lance la première initiative de recherche en « chimie verte » ( green chemistry ) en proposant la définition suivante : « La chimie verte a pour but de concevoir des produits et des procédés chimiques permettant de réduire ou d'éliminer l'utilisation et la synthèse de substances dangereuses. » Le m […] […] Lire la suite

CHIMIE La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 863 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimie durable »  : […] Cette expression – et celle de « chimie verte », qui en désigne une partie codifiée – recouvre un effort de reconversion de la chimie industrielle lourde. Traditionnellement, celle-ci fait usage de réactions conduites à haute température, sous d'assez fortes pressions et en phase gazeuse. La chimie durable vise à émuler la chimie enzymatique, qui fait appel à des réactions en milieu aqueux, à pr […] […] Lire la suite

REACH (Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 8 046 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Contexte scientifique et politique »  : […] Loin d'être monolithique, la chimie est d'une part universitaire, d'autre part industrielle. À la ligne de partage nette, ces deux versants entretiennent néanmoins une symbiose étroite. Les universités forment les ingénieurs et docteurs, futurs cadres de l'industrie, leurs laboratoires bénéficient de contrats de recherche, et leurs directeurs sont fréquemment des consultants auprès des industriel […] […] Lire la suite

SUPPORTS MINÉRAUX, chimie

  • Écrit par 
  • André LOUPY
  •  • 342 mots

De nombreux oxydes minéraux naturels tels que les alumines, les argiles et les silices sont utilisés en lieu et place des solvants dans de nombreux procédés de synthèse organique. Grâce aux éléments présents dans leurs structures, notamment des sites oxygénés basiques et des sites métalliques ou acides, et du fait des valeurs élevées des surfaces spécifiques de ces supports (jusqu'à 500 m 2 /g), […] […] Lire la suite