NUCLÉAIRE CHIMIE

AMÉRICIUM

  • Écrit par 
  • Monique PAGÈS
  •  • 1 390 mots

Dans le chapitre « Production »  : […] L'américium s'accumule dans les combustibles nucléaires, où il peut être récupéré au cours de leur traitement chimique. Il se trouve mélangé à de nombreux autres éléments : le plutonium 239 ou l'uranium (c'est-à-dire le combustible) existent en quantités généralement importantes ; on trouve aussi les produits de fission et d'autres éléments transuraniens formés par divers processus nucléaires. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/americium/#i_1399

ASTATE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  • , Universalis
  •  • 567 mots

Élément chimique de symbole At et de numéro atomique 85, l'astate (du grec astatos , instable) a autrefois été appelé ékaiode (car ses propriétés chimiques se rapprochent de celles de l'iode, l'halogène qui le précède dans le tableau périodique) et alabame. Les Anglo-Saxons le nomment astatine . Dernier élément du groupe des halogènes dont la place dans le tableau périodique était restée vide jus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astate/#i_1399

BERKÉLIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Découverte »  : […] La recherche d'éléments « transcuriens » commença dès la fin de l'année 1945, soit peu de temps après la découverte des éléments 95 et 96. Cependant, le premier isotope (numéro atomique 243) de l'élément 97 ne fut identifié qu'en décembre 1949, car sa nucléosynthèse était liée à la production d'une quantité suffisamment importante d' américium 241 utilisé comme cible : L'activité spécifique élevé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berkelium/#i_1399

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie nucléaire »  : […] Étude des éléments et de leurs propriétés influencées par la structure du noyau de l'atome, elle se partage entre l'exploration et les applications. La première s'illustre par la formation d'éléments artificiels, qui viennent prolonger le système périodique des éléments (ou tableau de Mendeleïev). C'est ainsi que tout un lignage d' éléments superlourds vient d'être créé, aux numéros 111 à 116, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_1399

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Réactions nucléaires, fission, fusion »  : […] Ainsi s'édifia ce qu'on a appelé, au début, la chimie nucléaire. Comme en chimie, on peut établir la formule de réactions où l'on fait un bilan des masses, des charges et des énergies échangées, en même temps que des règles sont établies concernant les nombres quantiques associés aux noyaux et aux particules. La réaction : représente l'action de particules α sur l'aluminium, avec laquelle Irène et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-curie/#i_1399

CURIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 1 235 mots

Dans le chapitre « Découverte »  : […] Glenn T. Seaborg, Ralph A. James et Albert Ghiorso, travaillant au Metallurgical Laboratory de l'université de Chicago, isolèrent pendant l'été 1944 le premier isotope de l'élément 96 à partir de cibles de plutonium 239 bombardées par des noyaux d'hélium (particules alpha) accélérés au cyclotron de Berkeley (université de Californie). Le nouveau nucléide se désintégrait avec une demi-vie de 162, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/curium/#i_1399

ENTRAÎNEUR, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 171 mots

Substance que l'on ajoute à un mélange afin d'entraîner un composé présent dans le mélange à l'état de traces. Il s'agit d'une technique particulièrement utilisée en chimie nucléaire. L'efficacité d'un entraîneur est due, le plus souvent, à la similitude de ses propriétés chimiques avec celles du radio-élément à isoler. Il s'ensuit donc que plus cette similitude est grande plus difficile devient l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entraineur-chimie/#i_1399

JOLIOT-CURIE FRÉDÉRIC (1900-1958)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 957 mots
  •  • 3 médias

Physicien français, né et mort à Paris. Ingénieur de l'École de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris, où il reçut l'enseignement de Paul Langevin, Jean Frédéric Joliot décide de se consacrer à la recherche scientifique et entre en 1925 à l'Institut du radium, dirigé par Marie Curie, dont il épouse, en 1926, la fille Irène . Enseignant à l'école d'électricité industrielle Charli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-joliot-curie/#i_1399

MEITNER LISE (1878-1968)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 219 mots
  •  • 1 média

Physicienne et chimiste nucléaire autrichienne. Après des études à Vienne où elle était née, Lise Meitner se rend, en 1907, à Berlin pour y recevoir l'enseignement de Max Planck, qui, en introduisant, en 1900, le « quantum d'action », avait jeté les bases de l'ancienne théorie des quanta. Elle travaille ensuite avec Otto Hahn au Kaiser Wilhelm Institut ; ils découvrent ensemble l'existence de grou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lise-meitner/#i_1399

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 946 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Physique de la transmutation »  : […] La transmutation d'un noyau atomique ne peut être accomplie qu'au cours d'une réaction nucléaire induite par une particule. Étant donné les quantités de produits à traiter, la transmutation ne peut s'envisager aujourd'hui qu'en utilisant les flux importants de neutrons existant dans les réacteurs à fission. Compte tenu du spectre en énergie des neutrons dans ces réacteurs, la fission et la captur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-dechets/#i_1399

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Les principes physiques

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 108 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle en couches »  : […] Le modèle en couches du noyau atomique développé entre 1948 et 1950, en particulier par Johannes Hans Daniel Jensen et Maria Goeppert Mayer (tous deux Prix Nobel de physique 1963), a permis d'expliquer un grand nombre de propriétés structurales du noyau. La remarquable stabilité des noyaux contenant un « nombre magique » (c'est-à-dire 2, 8, 20, 50, 82 ou 106) de protons ou de neutrons suggère que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-les-principes-physiques/#i_1399

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

  • Écrit par 
  • René BIMBOT, 
  • René LÉTOLLE
  •  • 5 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chimie et physique nucléaires »  : […] De même que le chimiste doit provoquer des réactions à partir de corps purs et séparer ensuite les produits formés, le chimiste nucléaire qui étudie une réaction nucléaire donnée doit la réaliser à partir de partenaires isotopiquement purs et identifier totalement (éléments et isotopes) les produits de réaction. En ce qui concerne la cible, on utilise soit un élément mono-isotopique ( 27 Al, 197 A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-isotopes/#i_1399

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Faisceaux d'ions lourds

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 7 204 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Synthèse par ions lourds de nouvelles espèces »  : […] La stabilité d'un noyau disposant de Z protons n'est assurée que pour un nombre de neutrons N très strictement limité. Le rapport N / Z est un critère très sensible de la stabilité. Pour les éléments légers (carbone, azote, oxygène, etc.), l' énergie de liaison des nucléons est la plus grande lorsque N  =  Z . L'association neutron-proton est la base même de l'existence des forces de cohésion n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-faisceaux-d-ions-lourds/#i_1399

NUCLIDE ou NUCLÉIDE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 167 mots

On appelle nuclides, ou espèces nucléaires, l'ensemble des noyaux de tous les isotopes des éléments chimiques. Les isotopes d'un élément étant caractérisés par le même nombre atomique Z et possédant un nombre variable N de neutrons, tels que Z + N = A (masse atomique), un nuclide est parfaitement déterminé par la donnée de deux nombres Z et A, dont le premier détermine l'espèce chimique (et par co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuclide/#i_1399

PEREY MARGUERITE (1909-1975)

  • Écrit par 
  • Paul FRANÇOIS
  •  • 878 mots

Physicienne et chimiste française, née à Villemomble et morte à Louciennes, Marguerite Perey obtint en 1929 un diplôme de chimiste et fut engagée par Marie Curie, qui fit d'elle sa préparatrice particulière. Les qualités qui avaient déterminé ce choix se déployèrent au cours d'une étude délicate qui conduisit Marguerite Perey à la découverte en 1939 du premier isotope de l'élément correspondant à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-perey/#i_1399

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 901 mots
  •  • 1 média

Élément chimique artificiel de numéro atomique 94, le plutonium a pour symbole chimique Pu. Par analogie avec les éléments uranium et neptunium le précédant immédiatement dans la classification périodique, il doit son nom à la planète Pluton découverte après Uranus et Neptune. Le plutonium fut découvert en 1940 à l'université de Californie par une équipe dirigée par Glenn T. Seaborg. La réaction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plutonium/#i_1399

POLONIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES, 
  • Universalis
  •  • 2 967 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « État naturel et préparation »  : […] Le polonium 210 est présent dans les minerais uranifères en équilibre radioactif à la concentration de 7,6 × 10 —11  gramme par gramme d'uranium. Son abondance dans l'écorce terrestre peut donc être évaluée à environ 10 —13  p. 100. Sa période est assez longue pour que des traces puissent être extraites directement des minerais d'uranium, mais le traitement de ces derniers est très laborieux en ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polonium/#i_1399

PROTACTINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GUILLAUMONT
  •  • 1 882 mots
  •  • 1 média

Le protactinium (Pa) est l'élément chimique de numéro atomique 91. Tous ses isotopes sont radioactifs ; deux d'entre eux, 231 Pa et 234 Pa, existent dans la nature associés à la géochimie de l' uranium. L'isotope de masse 231, émetteur α de demi-vie T 1/2  = 32 760 ans, appartient à la famille radioactive 4 n  + 3 engendrée par l'uranium 235 et se trouve en quantité pondérable dans les minerais d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protactinium/#i_1399

SEABORG GLENN THEODORE (1912-1999)

  • Écrit par 
  • Michel GENET
  •  • 787 mots

Spécialiste américain de la chimie nucléaire né à Ishpeming (Michigan) et mort à Lafayette (Californie), Glenn T. Seaborg a été professeur de chimie de l'université de Californie (Berkeley), directeur associé honoraire du Lawrence Berkeley Laboratory, et président du Lawrence Hall of Science de l'université de Californie. Il a reçu son diplôme d'études supérieures en chimie à l'U.C.L.A. (1934) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glenn-theodore-seaborg/#i_1399


Affichage 

Marie Curie (1867-1934)

vidéo

C'est la Française Marie Curie, née Sklodowska à Varsovie en 1867, qui a découvert le radium et fait entrer le mot « radioactivité » dans l'usage Au cours de son existence, elle a reçu deux fois le prix Nobel En 1921, elle est invitée aux États-Unis où un accueil très chaleureux lui est... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Marie Curie (1867-1934)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo