CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années de formation

De la vie de celui qui fut sans doute le plus important des écrivains japonais, l'on sait fort peu de choses de façon certaine. Un tableau généalogique retrouvé en 1925 permet d'affirmer aujourd'hui que le nom illustre de Chikamatsu est le pseudonyme de Sugimori Nobumori, descendant d'une vieille famille de bushi, de guerriers devenus rōnin à la fin des guerres civiles du xvie siècle, à la suite de la destruction du clan féodal dont ils étaient les vassaux. Le même document semble avoir mis fin à la controverse sur le lieu de sa naissance : il paraît établi qu'il vit le jour à Kyōto, la capitale impériale, métropole des arts et des lettres. Il y vécut en tout cas jusqu'à 1705, date à laquelle il s'installa à Ōsaka, la ville des riches marchands, où il avait trouvé des interprètes privilégiés et un public de choix.

S'il n'est pas prouvé qu'il ait fait ses études dans un monastère bouddhique comme l'avait fait supposer sa vaste culture religieuse, la tradition est vraisemblable selon laquelle il aurait été au service, avant sa vingtième année, du prince-moine Ekan, frère de l'empereur Go-Mizunoo, qui furent l'un et l'autre grands amateurs de marionnettes. Le futur Chikamatsu y gagna une profonde connaissance de la vie et du cérémonial de la Cour, des littératures chinoise et japonaise, sacrée et profane, mais aussi la familiarité des diseurs de jōruri, pour qui Ekan lui-même, dit-on, ne dédaignait pas de composer des textes qu'il eût été de mauvais ton de signer.

Pour les cinquante années qui suivirent la mort du prince (1672), la vie de Chikamatsu se confond avec une œuvre d'une prodigieuse fécondité, car il ne composait pas moins de quatre ou cinq drames par an. Bref, hormis quelques anecdotes invérifiables et la mention de ses relations avec ses principaux interprètes, sa biographie n'est guère plus qu'une nomenclature des pièces qui lui sont attribuées, de façon conjecturale pour les premières, avec une quasi-certitude après 1687, date à partir de laquelle les textes sont pour la plupart signés, contrairement à l'usage ancien.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « trois grands » et le siècle d'Ōsaka (1650-1750) »  : […] Trois écrivains de première grandeur allaient illustrer, dans la seconde moitié du xvii e  siècle, chacun des trois genres que l'on vient de décrire : Saikaku le romancier, Chikamatsu le dramaturge et Bashō le poète. Ihara Saikaku (1642 env.-1693) était semble-t-il un riche marchand d'Ōsaka qui avait assidûment pratiqué le haikai et qui, vers la quarantaine, s'était retiré des affaires pour se co […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT, 
  • Michel WASSERMAN
  •  • 6 946 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] Avec l'interdiction faite en principe aux jeunes comédiens de paraître sur scène, la carrière des acteurs subit en effet une mutation profonde : réduite auparavant aux trois ou quatre années qui précédaient l'âge adulte, elle devint pratiquement illimitée. Une fois la séduction sensuelle de la jeunesse disparue, le comédien pouvait désormais compter sur son talent et sur son expérience théâtrale p […] Lire la suite

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chikamatsu-monzaemon/