CHEVALERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le comportement chevaleresque

Car, en définitive, une certaine manière de vivre et l'éthique qui lui est liée constituent bien l'essence de la chevalerie. Cette morale particulière s'exprime dans les œuvres littéraires qui furent composées pour un public chevaleresque, œuvres de divertissement et œuvres moralisantes exposant dans le détail un modèle de comportement.

À la base de cette morale se situent deux vertus majeures qui constituent ensemble ce qu'on appela, depuis le xiiie siècle, la prouesse. D'une part, la vaillance, la valeur militaire : toute l'éducation du futur chevalier est une préparation au combat ; de celle-ci, l'initié doit prouver l'efficacité, par une démonstration publique de ses capacités cavalières, lors de la cérémonie de l'adoubement. D'autre part, la loyauté : le chevalier, homme de service, est celui qui, tel Roland, ne saurait trahir la foi qu'il a jurée et qui, dans la guerre, se refuse à toute manœuvre insidieuse. L'école permanente de ces deux vertus fut, dans l'intervalle des opérations militaires, le tournoi, simulacre de combat, dont la vogue au xiie siècle emplit la Chrétienté et qui, d'abord affrontement sauvage et meurtrier de bandes adverses, se ritualisa peu à peu et devint, à la fin du Moyen Âge, un sport mondain, succession de joutes singulières, strictement réglées comme un ballet.

Vient ensuite la largesse, c'est-à-dire le mépris du profit. Le chevalier est, par respect de son état, improductif. « Il convient que les hommes labourent, bêchent et arrachent les broussailles de la terre pour qu'elle produise les fruits dont vivent le chevalier et ses chevaux. Il convient que le chevalier, qui chevauche et mène l'existence d'un seigneur, tire son bien-être de ce qui fait le travail et la peine des hommes » (Raymond Lulle, Libro de le orden de Caballería, fin du xiiie siècle). Et le chevalier qui ne produit rien se doit de détruire allégrement les richesses. C'est par là qu'il se distingue le plus clairement des bourgeois et des rustres, par sa générosité, par son insouciance, par sa propension [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHEVALERIE  » est également traité dans :

ARTHURIEN CYCLE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 5 710 mots
  •  • 1 média

Il est convenu d'appeler « cycle arthurien » une série d'œuvres qui, à partir du ix e  siècle, présentèrent l'histoire de la Grande-Bretagne et les aventures de sa classe noble et guerrière à l'époque d'un roi moins historique que légendaire et qui s'appelait Arthur. Le « cycle » n'est donc pas l'œuvre d'un seul auteur, mais celle de nombreuses générations d'écrivains qui n'ont cessé d'ajouter au […] Lire la suite

BAYARD PIERRE DU TERRAIL seigneur de (1475-1524)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 798 mots

Le « Chevalier sans peur et sans reproche » a joui en Europe, de son vivant, d'une renommée privilégiée, puis, après sa mort, a été considéré comme un modèle historique glorieux. Incarnation du « bon chevalier », il est aux yeux de ses contemporains l'archétype d'un idéal de vie que Cervantès, un demi-siècle plus tard, et non sans remords, va tourner en dérision. L'épopée du héros des guerres d'It […] Lire la suite

CAVALERIE

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR
  •  • 3 638 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La chevalerie d'Occident »  : […] Les royaumes francs et wisigoths, l'Empire carolingien adoptent le système de la cavalerie cuirassée ; elle se recrute parmi les propriétaires fonciers qui s'équipent à leurs frais et sont dotés, eux aussi, de l'arc et de la lance. Mais l'impuissance carolingienne à dominer Normands, Sarrasins, Hongrois engendre une société armée, morcelée et complexe. C'est l'époque de la forteresse et de l'adoub […] Lire la suite

CHANSON DE GESTE

  • Écrit par 
  • Italo SICILIANO
  •  • 5 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les faits »  : […] Plusieurs centaines de milliers de vers, des poèmes d'inégale valeur, d'inégale étendue : le phénomène de l'épopée française est trop complexe pour s'accommoder de tel ou tel système unitaire. Des légendes sortant de tous côtés, les innombrables épisodes d'une guerre permanente, quelques chefs-d'œuvre, le fatras des dilatations romanesques, le sublime mêlé au grossier : il est impossible de serrer […] Lire la suite

CHEVALERIE ORDRES DE

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 447 mots

Les chevaliers des premiers âges médiévaux, élevés dans le combat et pour le combat, ne connaissaient guère de limites à leurs impulsions barbares. Les guerres féodales décimaient noblesse et paysannerie, entretenaient le désordre et l'anarchie, ravageaient les récoltes déjà insuffisantes pour nourrir la population, entraînaient le pillage et la ruine des établissements ecclésiastiques. L'Église r […] Lire la suite

CHRÉTIEN DE TROYES (1135 env.-env. 1183)

  • Écrit par 
  • Yasmina FOEHR-JANSSENS
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La rencontre du monde antique et du monde chrétien »  : […] À une époque où la littérature en langue vulgaire semble vouée à l'anonymat, la notoriété de Chrétien fait exception. Certains textes se réclament d'ailleurs de lui, mais ces attributions n'ont pu être établies avec certitude. Le nom « Crestien » apparaît dans le Guillaume d'Angleterre , dont le ton et le décor diffèrent pourtant de celui des autres romans. Chrétien construit en effet ses intrigu […] Lire la suite

CID LE

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « « El Cantar de mío Cid », chanson de geste »  : […] Vers 1142, un jongleur de Medinaceli compose à la gloire du Cid une chanson épique, en vers non isosyllabiques, selon une technique qui rappelle les plus vieilles chansons françaises. C'est un chef-d'œuvre. Son originalité ne réside pas seulement dans les qualités littéraires de l'aède, sa ferveur et la netteté de son expression ; l'ouvrage est aussi remarquablement adapté aux circonstances histo […] Lire la suite

ÉPÉE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 771 mots

Arme blanche individuelle, l'épée accompagne souvent le guerrier barbare dans sa tombe. Childéric I er , père de Clovis (mort en 481/482), fut inhumé avec une épée à poignée d'or enrichie de grenats (des débris au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale). À l'entrevue de Ponthion en 754, le pape Étienne II aurait donné au roi Pépin une épée destinée à protéger le Saint-Siège (selon une […] Lire la suite

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Lutte contre l'anarchie »  : […] Toutefois, même dans ce cas, le chef de la compagnie vassalique n'était habilité à juger que les manquements à la foi jurée et les défauts du service dû par les fiefs de sa mouvance ; pour tout le reste, ses vassaux, à l'inverse des paysans étroitement soumis au ban, échappaient à son contrôle. Comme, d'autre part, les multiples clientèles féodales étaient discontinues et ne se trouvaient nullemen […] Lire la suite

GALAAD

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 724 mots

Le personnage de Galaad (Galahad pour Malory), fils de Lancelot et de la fille du roi du Graal, c'est-à-dire descendant par son père de David et de Joseph d'Arimathie et par sa mère de la dynastie du Graal, articule la légende profane et la tradition mystique du cycle du Saint-Graal et fait l'unité du Lancelot-Graal ou Vulgate en prose du début du xiii e siècle. Lancelot apprend par prophétie qu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges DUBY, « CHEVALERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chevalerie/