CHARTE DE L'ENVIRONNEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les enjeux économiques

Sur les dix articles que comporte la charte, quatre (art. 4, 5, 6 et 9) font directement référence aux impacts économiques.

L'article 6 exprime le principe d'intégration du développement durable dans les politiques publiques. Il fixe l'ambition de voir l'action de l'État concilier les sphères sociales, économiques et environnementales.

L'article 9 affirme que la recherche et l'innovation doivent apporter leur concours à la préservation et à la mise en valeur de l'environnement. Cet article aurait pu paraître évident sans la controverse à propos de l'objet de l'article 5, le principe de précaution. Ce dernier fut le plus contesté et la majorité du débat sur la charte se focalisa sur la question de son inscription dans la Constitution. La commission Coppens fut elle-même divisée puisque deux versions de la charte furent présentées par elle au gouvernement, l'une mentionnant expressément le principe, l'autre se contentant d'une référence minimale : « Les autorités publiques mettent en œuvre, par précaution, des procédures d'évolution et prennent les mesures appropriées. »

L'argument principal des opposants au principe de précaution était que celui-ci pouvait se comprendre comme une interdiction d'agir et ainsi freiner toute avancée scientifique ou économique. C'était la position de l'Académie des sciences et du Medef. La première a donné son avis le 18 mars 2003 : « L'Académie des sciences recommande que le principe de précaution ne soit pas inscrit dans des textes à valeur constitutionnelle ou dans une loi organique car il pourrait induire des effets pervers, susceptibles d'avoir des conséquences désastreuses sur les progrès futurs de notre bien-être, de notre santé et de notre environnement. » Le Medef, quant à lui, a organisé une conférence de presse le 13 janvier 2004 pour exprimer sa crainte que l'application du principe ne pousse à « ne plus faire un certain nombre de recherches en France ». Pour répondre à cette inquiétude, un appel des scientifiques en faveur de la charte fut lancé le 4 mars 2004. Il soulignait que, loin d'être un frein, le principe de précaution peut être un stimulant au développement des recherches puisqu'il implique un effet d'évaluation des risques, de réduction des incertitudes et un investissement en recherche-développement pour élargir l'éventail des options possibles.

Après l'arbitrage du président de la République, sous l'impulsion décisive de Nicolas Hulot, ce fut la variante incluant le principe de précaution qui fut présentée à l'Assemblée nationale. Celle-ci, tout en le précisant, en réduisit quelque peu la portée. Le texte revint ainsi aux conditions de la loi Barnier de 1995 (relative au renforcement de la protection de l'environnement) qui exige l'apparition d'un dommage « grave et irréversible » là où le texte de la commission donnait « difficilement réversible ».

L'objectif de réparation, énoncé à l'article 4, fut également discuté et deux variantes furent proposées. La critique principale, formulée essentiellement par les Verts, reposait sur le fait que cet article serait une régression par rapport à la conférence de Rio de 1992 ou à la loi Barnier en ce qu'il ne se réfère pas au principe pollueur-payeur. Selon ce dernier, le pollueur doit payer à hauteur des dommages qu'il cause, alors qu'au titre de la réparation (non élevée au rang d'un principe), il doit seulement y contribuer. Recul pour les uns, cet article représente, pour d'autres, une avancée en ce qu'il touche désormais les atteintes au milieu naturel sans qu'elles soient obligatoirement constitutives d'une pollution. Ses partisans firent également observer que l'expression de la solidarité nationale peut être souhaitée lors d'une catastrophe écologique et que certains problèmes environnementaux, de par leur nature et l'ampleur de leurs conséquences, peuvent difficilement être réparés intégralement, à l'exemple du dérèglement climatique. En effet, dans ces cas aussi complexes, le principe pollueur-payeur ne peut s'appliquer, les responsabilités ne pouvant être clairement définies et les montants financiers étant trop importants pour entrer dans ce cadre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  CHARTE DE L'ENVIRONNEMENT  » est également traité dans :

ÉCOTAXE

  • Écrit par 
  • Franck-Dominique VIVIEN
  •  • 2 344 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Perspectives historiques de l'écotaxe »  : […] Les écotaxes ne sont pas des instruments nouveaux. En France, la taxe d'enlèvement des ordures est instaurée en 1926, la taxe intérieure sur les produits pétroliers en 1928... Cependant, une évolution importante se fait jour avec la mise en œuvre de la première génération de politiques d'environnement au cours des années 1960 et au début des années 1970. En témoigne la diffusion par l'Organisatio […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Droit de l'environnement

  • Écrit par 
  • Raphaël ROMI
  •  • 4 417 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sources et principes »  : […] Le droit de l'environnement fait des emprunts à toutes les branches du droit, le plus souvent sans ordre, devant l'urgence. Comme le notait en la matière Martine Rémond-Gouilloud, une spécialiste de droit pénal, même « le recours au droit criminel se fait dans le désordre le plus absolu » ( Du droit de détruire ), ce qui n'est pas sans susciter « un sentiment de suffocation chez les juristes » ( D […] Lire la suite

PRINCIPE DE PRÉCAUTION

  • Écrit par 
  • Pierre LASCOUMES
  •  • 2 219 mots

Dans le chapitre « Cadrer l'activité de précaution »  : […] Contrairement à ce que prétendent les adversaires de la précaution, cette démarche ne conduit pas à l'entrée de l'irrationnel dans la décision. Il s'agit au contraire d'une activité cadrée comme l'énoncent les deux définitions de référence que voici : – La première a été établie par la Commission européenne (consommation, santé) en 1998 : « Le principe de précaution est une approche de gestion de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 mars 2021 France. Censure d'une partie des règles d'épandage des pesticides par le Conseil constitutionnel.

Charte de l’environnement n’a pas été respectée lors de l’élaboration de ces « chartes d’engagement ».  […] Lire la suite

28 février 2005 France. Adoption de la révision constitutionnelle préalable à la ratification de la Constitution européenne

Charte de l'environnement, qui fait notamment référence au principe de précaution.  […] Lire la suite

3 mai 2001 France. Discours du président Jacques Chirac sur l'écologie

l'environnement. Il propose de lancer un « „audit vert“ des administrations et des politiques qu'elles conduisent ». Il souhaite que « cet engagement public et solennel soit inscrit par le Parlement dans une charte de l'environnement adossée à la Constitution ». L'écologie sera, selon le chef de l'État, l'un des grands thèmes de l'élection présidentielle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thierry LIBAERT, « CHARTE DE L'ENVIRONNEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charte-de-l-environnement/