CHARTE 77

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Tchécoslovaquie »  : […] L'exemple de la R.D.A. contribua à accélérer la décomposition du régime communiste en Tchécoslovaquie. Depuis la fin du Printemps de Prague en août 1968 et la mise à l'écart de son porte-drapeau, le communiste réformateur Alexander Dubček, le pays vivait sous le joug d'un Parti communiste monolithique, dirigé par Gustáv Husák. Regroupés autour de la Charte 77, les dissidents furent longtemps marg […] Lire la suite

DIENSTBIER JIRI (1937-2011)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 256 mots

Jiri Dienstbier était un journaliste et un homme politique tchèque, dissident du Parti communiste tchécoslovaque. Jiri Dienstbier naît le 20 avril 1937 à Cladno, en Tchécoslovaquie (aujourd'hui en République tchèque). En 1958, il adhère au Parti communiste tchécoslovaque et travaille comme journaliste et correspondant étranger pour la radio d'État jusqu'au Printemps de Prague en 1968. En représail […] Lire la suite

HAVEL VÁCLAV (1936-2011)

  • Écrit par 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 1 163 mots

Homme de lettres devenu homme d'État, Václav Havel restera pour ses concitoyens l'incarnation du philosophe-roi. Comme son illustre prédécesseur Tomas Masaryk, premier président de la République tchécoslovaque de 1918 à 1935, il représente l'intellectuel engagé que des circonstances exceptionnelles propulsent sur le devant de la scène politique. Václav Havel est né le 5 octobre 1936 dans une famil […] Lire la suite

PATOČKA JAN (1907-1977)

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 1 202 mots

Philosophe tchèque de réputation mondiale, signataire du Manifeste de la Charte 77 , Jan Patočka était venu étudier à Paris en 1929. Il est alors introduit par Alexander Koyré et par Georges Gurvitch à la philosophie phénoménologique allemande et assiste aux Pariser Vorträge de Husserl, noyau des futures Méditations cartésiennes . En 1932-1933, à Berlin, il s'initie, sous la direction de Nicolai […] Lire la suite

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 946 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le dévoilement des faiblesses »  : […] La Roumanie s'est lancée dans l'industrialisation sans disposer des ressources énergétiques suffisantes et avec une faible productivité du travail. Elle subit de plein fouet les deux chocs pétroliers des années 1970. Le régime, qui s'obstine, pense trouver une parade dans la fuite en avant : les formes et les moyens de contrôle de la population sont renforcés, puis un revirement nationaliste allan […] Lire la suite

SEIFERT JAROSLAV (1901-1986)

  • Écrit par 
  • Vladimir PESKA
  •  • 833 mots

Nul autre poète tchèque ne personnifie mieux les destinées de la poésie et de la nation tchèques depuis la libération de 1918 que Jaroslav Seifert : pendant plus de soixante ans, il est l'un des plus grands créateurs de verbe poétique, un témoin incorruptible, un porte-parole fidèle. Jaroslav Seifert était l'enfant d'un quartier populaire de Prague : son premier recueil, Město v slzách , 1920 ( La […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 872 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Charte 77, droits de l'homme et désarmement »  : […] Le mouvement pour la défense des droits de l'homme, la Charte 77, fut lancé le 1 er  janvier 1977. Se référant à la Déclaration universelle des droits de l'homme de l'O.N.U. ainsi qu'à la Constitution tchécoslovaque, la Charte s'est efforcée d'exploiter la détente, et particulièrement les accords d'Helsinki de 1975, pour faire pression sur les autorités et exiger le respect des lois en vigueur. En […] Lire la suite

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Entre l'Occident et l'Est »  : […] La prise du pouvoir par les communistes en février 1948 réduit une littérature pluraliste à un instrument d'éducation du peuple pour une société « socialiste », coupée d'un Occident « condamné par l'histoire ». Ce cours dogmatique brutal (1948-1953) laisse place à un relatif dégel (1953-1958) qui, insuffisamment jugulé, débouche sur la libéralisation et le Printemps de Prague (1963-1968). L'occupa […] Lire la suite