TAYLOR CHARLES (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signification et moralité

Il est difficile de rattacher Charles Taylor à une école philosophique particulière. Il est en effet souvent présenté comme faisant le lien entre la philosophie analytique anglo-américaine et la philosophie continentale. Influencé par Martin Heidegger et Hans-Georg Gadamer, il étudie la société selon une approche herméneutique : les sciences sociales doivent prendre en compte la signification que les êtres humains confèrent à leurs actions. Le vote des électeurs, par exemple, ne s'explique pas uniquement par les calculs intéressés des individus. Bon nombre d'entre eux considèrent en effet le scrutin comme une expression importante de leur implication dans la communauté démocratique. Taylor a été taxé de communautarisme pour avoir mis l'accent sur la nature sociale du moi et sur les obligations que les individus ont envers leur communauté.

Le fait d'insister sur l'importance de la signification favorise chez Charles Taylor une forte conscience de la manière dont elle évolue dans le temps et dont elle diffère en fonction des cultures. Le philosophe ne nie pas pour autant l'idée d'une nature humaine universelle et immuable. Il affirme en effet que certaines caractéristiques accompagnent nécessairement le fait d'être humain et transcendent ainsi les différences d'époque, de lieu, de culture et de langue. Parmi ces caractéristiques figurent notamment la capacité à l'auto-interprétation – la compréhension qu'un être humain a de lui-même forme une part significative de son identité –, le fait d'être doué de langage – les relations qu'un être humain entretient avec les autres, son environnement et lui-même se fondent sur le langage – et le fait de posséder une identité qui se constitue à travers le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAYLOR CHARLES (1931- )  » est également traité dans :

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

Dans le chapitre « Éthique de la différence »  : […] De nos jours, et en raison de diverses circonstances historiques – parmi lesquelles on peut mentionner la décolonisation, l'apparition d'une nouvelle critique sociale et théorique à partir de la fin des années 1960 et la mondialisation contemporaine –, sont en train de s'opérer dans le monde des transformations culturelles qui tendent vers une nouvelle pensée et une nouvelle pratique sociale de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/difference-philosophie/#i_52037

RECONNAISSANCE, sociologie

  • Écrit par 
  • Wenceslas LIZÉ
  •  • 1 058 mots

La notion de reconnaissance doit une part de son succès à l’omniprésence des phénomènes qu’elle désigne dans le fonctionnement du monde social. Pour saisir simplement cette notion particulièrement labile, on peut dire que la reconnaissance a lieu à chaque fois qu’un individu, un groupe ou une institution valide une identité revendiquée par autrui (celle d’« artiste », par exemple) ou le crédite d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconnaissance-sociologie/#i_52037

Voir aussi

Les derniers événements

14 février 2017 • CanadaRegain du débat sur le port de signes religieux.

Le philosophe Charles Taylor, coprésident de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, créée au Québec en février 2007, revient dans une lettre ouverte sur les conclusions de son rapport publié en mai 2008. Il affirme ne plus prôner [...] Lire la suite

26 avril 2012 • LiberiaCharles Taylor reconnu coupable par le T.P.I.

Le Tribunal pénal international (T.P.I.) de La Haye reconnaît l'ancien président du Liberia Charles Taylor coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité en Sierra Leone de 1996 à 2002. Sous sa présidence, le Liberia avait armé et financé les rebelles sierra-léonais du Front [...] Lire la suite

27 mars - 3 avril 2006 • Liberia - Sierra LeoneArrestation de Charles Taylor.

Le 27, le président nigérian Olusegun Obasanjo accepte d'extrader Charles Taylor, réfugié au Nigeria depuis août 2003. L'ancien président libérien, qui fait l'objet de mandats d'arrêt délivrés par la justice de la Sierra Leone pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis entre [...] Lire la suite

14 octobre 2003 • LiberiaInvestiture de Gyude Bryant comme président de transition.

Deux mois après le départ de Charles Taylor, Gyude Bryant, homme d'affaires sans étiquette politique, choisi par l'ensemble des partis et factions, est investi comme président pour une période de vingt-huit mois au terme de laquelle doivent se tenir des élections.  [...] Lire la suite

1er-24 août 2003 • LiberiaMise en place d'un gouvernement de transition.

(L.U.R.D.) annoncent leur intention de se retirer des abords de la capitale – qu'ils assiègent depuis juillet – dès l'installation des soldats de l'Ecomil. Le 7, la force ouest-africaine entre dans Monrovia en liesse. Le 10 est diffusée une allocution du président Charles Taylor qui déclare: « Je [...] Lire la suite

3-21 juillet 2003 • LiberiaDépart annoncé de Charles Taylor et reprise des combats.

Le 3, Washington, sollicité pour intervenir dans le pays en proie à la guerre civile, conditionne l'envoi de troupes américaines au départ du président Charles Taylor. Le 6, le président nigérian Olusegun Obasanjo vient à Monrovia « inviter » le président Taylor à se réfugier au Nigeria, où il se [...] Lire la suite

4-28 juin 2003 • LiberiaCombats et pression internationale en faveur de la paix.

Le 4, le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, mis en place en janvier 2002 par l'O.N.U. et Freetown en vue de juger les auteurs de crimes commis pendant la guerre civile, rend publique l'inculpation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité du président libérien Charles Taylor, accusé [...] Lire la suite

19 juillet 1997 • LiberiaÉlection de Charles Taylor à la présidence de la République.

Charles Taylor remporte l'élection présidentielle dès le premier tour, avec 75 p. 100 des suffrages. C'est lui qui avait déclenché, en décembre 1989, une guerre civile dont le bilan s'est élevé à plus de cent cinquante mille morts. Sa formation, le Nouveau Parti patriotique, obtient également [...] Lire la suite

17 août 1996 • LiberiaNouvel accord de paix et nouvelle présidente du Conseil d'État.

. désigne Ruth Sando Perry à la tête du Conseil d'État qui fait office de présidence collégiale. Elle est la première femme à diriger un État africain. Les trois principaux chefs de faction, Charles Taylor, Alhaji Kromah et George Boley, demeurent membres du Conseil.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Ruth ABBEY, « TAYLOR CHARLES (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-taylor/