TAYLOR CHARLES (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signification et moralité

Il est difficile de rattacher Charles Taylor à une école philosophique particulière. Il est en effet souvent présenté comme faisant le lien entre la philosophie analytique anglo-américaine et la philosophie continentale. Influencé par Martin Heidegger et Hans-Georg Gadamer, il étudie la société selon une approche herméneutique : les sciences sociales doivent prendre en compte la signification que les êtres humains confèrent à leurs actions. Le vote des électeurs, par exemple, ne s'explique pas uniquement par les calculs intéressés des individus. Bon nombre d'entre eux considèrent en effet le scrutin comme une expression importante de leur implication dans la communauté démocratique. Taylor a été taxé de communautarisme pour avoir mis l'accent sur la nature sociale du moi et sur les obligations que les individus ont envers leur communauté.

Le fait d'insister sur l'importance de la signification favorise chez Charles Taylor une forte conscience de la manière dont elle évolue dans le temps et dont elle diffère en fonction des cultures. Le philosophe ne nie pas pour autant l'idée d'une nature humaine universelle et immuable. Il affirme en effet que certaines caractéristiques accompagnent nécessairement le fait d'être humain et transcendent ainsi les différences d'époque, de lieu, de culture et de langue. Parmi ces caractéristiques figurent notamment la capacité à l'auto-interprétation – la compréhension qu'un être humain a de lui-même forme une part significative de son identité –, le fait d'être doué de langage – les relations qu'un être humain entretient avec les autres, son environnement et lui-même se fondent sur le langage – et le fait de posséder une identité qui se constitue à travers le dialogue. Taylor maintient que le sentiment d'identité ne s'accomplit pas de soi-même : la conscience de soi dépend de la reconnaissance d'autrui. À l'inverse, il peut s'altérer, voire être endommagé lorsque l'on ne parvient pas à faire reconnaître pleinement son identité. Les êtres humains partagent d'autres traits : ils ont notamment des buts qui jouent un rôle important dans leur sentiment d'identité, ils se situent dans un cadre moral qui les oriente vers les choses qu'ils apprécient le plus et qui leur permet de savoir si leur vie s'approche ou s'éloigne de ces biens, ou encore ils sont capables de procéder à des « évaluations fortes ». Par ce concept d'évaluation forte, Taylor postule que les individus jugent certains de leurs désirs, ou certains des objets qu'ils désirent, qualitativement supérieurs à d'autres : ils sont ainsi perçus comme plus valables, précieux, significatifs ou importants que d'autres. Cela signifie que les êtres humains ne sont pas seulement des êtres qui expriment des préférences. Au contraire, dans certains de leurs choix, ils opèrent des distinctions qualitatives entre les choses qu'ils apprécient ou qu'ils recherchent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAYLOR CHARLES (1931- )  » est également traité dans :

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

Dans le chapitre « Éthique de la différence »  : […] De nos jours, et en raison de diverses circonstances historiques – parmi lesquelles on peut mentionner la décolonisation, l'apparition d'une nouvelle critique sociale et théorique à partir de la fin des années 1960 et la mondialisation contemporaine –, sont en train de s'opérer dans le monde des transformations culturelles qui tendent vers une nouvelle pensée et une nouvelle pratique sociale de l […] Lire la suite

RECONNAISSANCE, sociologie

  • Écrit par 
  • Wenceslas LIZÉ
  •  • 1 058 mots

La notion de reconnaissance doit une part de son succès à l’omniprésence des phénomènes qu’elle désigne dans le fonctionnement du monde social. Pour saisir simplement cette notion particulièrement labile, on peut dire que la reconnaissance a lieu à chaque fois qu’un individu, un groupe ou une institution valide une identité revendiquée par autrui (celle d’« artiste », par exemple) ou le crédite d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ruth ABBEY, « TAYLOR CHARLES (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-taylor/