SPAAK CHARLES (1903-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À Bruxelles où Charles naquit, les Spaak formaient une cellule bourgeoise aux idées très libérales et qui alliait avec bonheur le barreau, la politique et la littérature. Poète et dramaturge, Paul, son père, dirigea le Théâtre de la Monnaie (l'Opéra de Bruxelles) ; sa mère, née Janson, fut sénateur et, tandis que son aîné, Paul-Henry, devenait l'un des hommes d'État les plus notoires de l'Europe nouvelle, un autre frère, Claude, s'adonnait au théâtre. Charles eut deux filles, Agnès et Catherine, qui allaient se tourner vers le cinéma.

Des études de droit, que d'ailleurs il n'acheva pas, lui laissèrent le loisir de tâter du journalisme et de pratiquer le théâtre. Acteur, il composa aussi deux pièces qui furent montées par Raymond Rouleau avant son départ pour la France. Il est âgé de vingt-cinq ans lorsque, sur le conseil de son père, il gagne Paris où son compatriote Jacques Feyder l'accueille comme secrétaire, puis lui trouve un emploi dans une firme productrice de films. La même année (1928), il écrit avec et pour Feyder le scénario des Nouveaux Messieurs. Durant une quarantaine d'années Charles Spaak sera adaptateur, coscénariste, scénariste et dialoguiste, jusqu'à ce qu'il prenne une retraite bien méritée dans sa villa de Vence. Il fait corps avec une époque, celle du cinéma français de l'entre-deux-guerres, où le rôle de scénariste-dialoguiste est considérable. S'il n'a pas la griffe de Jacques Prévert, il est moins envahissant que Henri Jeanson et possède autant de talent et de fécondité que Jean Aurenche et que Pierre Bost. Quand il avoue que « sa carrière », ce sont les metteurs en scène avec lesquels il a travaillé, Charles Spaak reconnaît sans doute son principal mérite : servir les œuvres et les cinéastes sans chercher à s'imposer lui-même.

Réalisateur d'un seul film, Le Mystère Barton (1949), il préférait le scénario original à l' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « SPAAK CHARLES - (1903-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-spaak/