PÉGUY CHARLES (1873-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et l'œuvre

Né le 7 janvier 1873 à Orléans, faubourg Bourgogne, dans un milieu de petits artisans, Charles Péguy est entretenu par sa mère, rempailleuse de chaises, dans le souvenir de son père, Désiré, menuisier, mort des suites du siège de Paris. L'école fait de cette vie d'enfant un modèle exemplaire : c'est l'époque des bataillons scolaires, du Tour de la France par deux enfants où l'on développe le sentiment de la grandeur de la France, vaincue et pourtant plus noble et plus grande que l'Allemagne qui l'a écrasée. “Tout est joué avant que nous ayons douze ans” : l'enfant puise là un sentiment de révolte contre les puissants, l'idée que toujours les états-majors trahissent les humbles, inattendus chez le petit garçon modèle, l'élève sérieux et travailleur dont un récit, Pierre, commencement d'une vie bourgeoise, raconte les débuts.

En 1884, muni de son certificat d'études, il entre à l'école primaire supérieure du Loiret. Une intervention du directeur de l'école normale primaire l'oriente vers le lycée et l'introduit aux humanités ; c'est alors pour lui l'itinéraire classique d'un “boursier de la IIIe République”, couronné par un succès au concours d'entrée à l'École normale supérieure en 1894. Pourtant, c'est l'esprit d'insurrection que Péguy retient dans cette culture bourgeoise : Antigone, les volontaires de l'an II, les Châtiments... Et c'est très naturellement qu'il adhère en 1895 au socialisme, l'acte le plus important de sa vie morale, le seul pour lequel il accepte le mot de “conversion”. Péguy est alors tout à fait étranger au christianisme et violemment anticlérical. C'est pourtant la figure de Jeanne d'Arc qu'il choisira pour incarner son idéal socialiste dans une trilogie – Domrémy, Les Batailles, Rouen – pour laquelle il demande un congé d'École. Jeanne d'Arc paraît en 1897 ainsi qu'un manifeste, De la cité socialiste, fortement inspiré par l'anarchisme de Jean Grave, et Marcel, premier dialogue de la Cité harmonieuse (1898), utopie de la cité future, au-delà de la “militation” héroïque à laquelle i [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de littérature française à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  PÉGUY CHARLES (1873-1914)  » est également traité dans :

LE PORCHE DU MYSTÈRE DE LA DEUXIÈME VERTU, Charles Péguy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 882 mots
  •  • 1 média

Le poète catholique Charles Péguy (1873-1914) fonde en 1900 les Cahiers de la quinzaine, à l'origine revue d'actualité du socialisme, rapidement devenue littéraire et maison d'édition. En 1897, Péguy donne un drame en prose et en vers, Jeanne d'Arc. Il reprend la formule du verset pour publier Les Trois Mystères : Le Mystèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-porche-du-mystere-de-la-deuxieme-vertu/#i_4885

DREYFUS (AFFAIRE)

  • Écrit par 
  • Vincent DUCLERT
  •  • 4 877 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'idéal dreyfusiste »  : […] Enfin, pour éviter que ne se reproduise l'adhésion du plus grand nombre à la propagande nationaliste et antisémite, de jeunes intellectuels comme Daniel Halévy ou le philosophe Alain s'engagèrent dans le mouvement des universités populaires, lancèrent des revues, animèrent des sections de la Ligue et, pour certains, militèrent au Parti républicain radical et radical-socialiste ou à la section fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dreyfus-affaire/#i_4885

JEANNE D'ARC (1412-1431)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 335 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Jeanne après Jeanne »  : […] Jeanne avait de son vivant connu une célébrité due surtout à l'étonnement de voir la Pucelle « passer de la garde des brebis à la tête des armées du roi de France ». Au lendemain de sa mort son souvenir fut tantôt honoré, tantôt exploité, bien que, à la cour et au sommet de la hiérarchie ecclésiastique, on fût porté à faire silence sur elle pour attribuer à Dieu seul et à son intérêt pour la monar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-d-arc/#i_4885

JULES ISAAC (A. Kaspi) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 049 mots

« Vraiment, je ne suis pas étiquetable », estimait Jules Isaac (1877-1963) au terme d'une existence tout entière traversée par « la passion de la vérité ». L'étude (Plon, 2002) qu'André Kaspi a consacrée à l'historien et acteur du rapprochement judéo-chrétien confirme ce jugement, en mettant parfaitement en lumière ce qui le fonde. Le co-auteur d'un célèbre cours d'histoire, que l'on pourrait ran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-isaac-a-kaspi/#i_4885

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise GERBOD, « PÉGUY CHARLES - (1873-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-peguy/