MICHEL CHARLES (1975- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus jeune ministre régional wallon

Président des Jeunes Réformateurs libéraux de Jodoigne (1992-1999), Charles Michel est élu, en octobre 1994, conseiller de la nouvelle province du Brabant wallon et obtient la vice-présidence de cette assemblée provinciale en janvier 1995. Il conserve cette fonction jusqu’en juin 1999, époque de son entrée à la Chambre des représentants, en tant qu’élu PRL-FDF (Parti réformateur libéral-Front démocratique des francophones) du Brabant wallon. Il est alors le plus jeune membre de cette assemblée. Le 17 octobre 2000, il est nommé ministre des Affaires intérieures, de la Fonction publique et des Travaux subsidiés, au sein du gouvernement wallon, devenant le plus jeune ministre de l’histoire régionale wallonne. En essayant de réformer la fonction publique et les intercommunales (sociétés publiques jouissant de certains monopoles, notamment dans le secteur des logements sociaux), il s’attire les foudres de ses partenaires socialistes. À la suite des élections régionales du mois de juin 2004, le MR est écarté du gouvernement wallon et Charles Michel perd son portefeuille ministériel le 26 juillet. Il retrouve alors son siège à la Chambre des représentants, qu’il ne pouvait occuper en raison de l’exercice de ses fonctions ministérielles, et à laquelle il avait été réélu en juin 2003. Parallèlement, élu conseiller communal de Wavre lors des élections d’octobre 2000, il exerce, à dater du 18 juillet 2004, les fonctions échevinales qui lui avaient été confiées à la suite du scrutin communal mais qu’il n’avait jamais pu exercer, pour les mêmes raisons.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : licencié en histoire de l'Université libre de Bruxelles, responsable scientifique du Centre Jean-Gol, Bruxelles (Belgique)

Classification

Autres références

«  MICHEL CHARLES (1975- )  » est également traité dans :

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le déplacement du centre de gravité institutionnel »  : […] Le 11 octobre 2011, soit plus d’un an après le scrutin de juin 2010, est présenté à la presse l’accord conclu entre les partis socialistes, libéraux, de tradition sociale-chrétienne et écologistes, francophones et flamands, pour une sixième réforme institutionnelle. Le texte prévoit la scission de la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde, mais les habitants de certaines communes sit […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph TORDOIR, « MICHEL CHARLES (1975- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-michel/