MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origines, fondations

Charles-Louis de Secondat naît en 1689 au château de La Brède, près de Bordeaux. Entre l'éducation chez les oratoriens (malebranchiens) de Juilly, le lien avec la classe parlementaire (son oncle lui léguera la charge de président à mortier du parlement de Bordeaux qu'il occupera jusqu'en 1726), les attaches nobiliaires et terriennes, le milieu des académies de province, que privilégier ? Origines et influences sont pour Montesquieu non pas celles qu'on subit ou celles dont on croit qu'elles légitiment, mais celles qu'on apprend à mettre à bonne distance.

Voltaire ou Helvetius expliqueront les caractères de son entreprise par son état. Il est vrai : « Trois cent cinquante ans de noblesse prouvée », un double enracinement d'épée et de robe, un attachement à des privilèges « féodaux » – on trouvera là de quoi conforter un petit déterminisme auquel il ne suffit pas d'opposer une conception très élevée du rôle symbolique et patriotique de la noblesse. Pour le milieu parlementaire, on se gardera du ressentiment contre ces gardiens des lois fondamentales, qui sont seuls alors à être une référence générale de la nation en dehors du monarque. Gens de savoir et de réflexion, fondateurs et animateurs d'académies de province, grands lecteurs, ils se placent à l'opposé de la futilité mondaine. Montesquieu sera solidaire de cette configuration culturelle et digne animateur de l'académie de Bordeaux. Mais son premier milieu intellectuel est peut-être autre : Parisien dès sa jeunesse, il a connu tôt Fontenelle, et sans doute Fréret et Boulainvilliers. Il n'en restera pas moins attaché à des formes de sociabilité intellectuelle et d'échange apprises en province et s'efforcera de concilier ce qui nous paraît inconciliable. Le sentiment nobiliaire, le préjugé des rangs lié à une dynamique de l'honneur peuvent rejoindre une forme de morale stoïcienne. La défense des parlements comme pouvoirs intermédiaires et même l'acceptation de la vénalité des charges tiennent à l'idée d'un fondement historique de la monarchie modérée, conciliable avec des vues originales sur la monarchie comme État des temps modernes : l'homme qui va s'entretenir avec Saint-Simon du despotisme est loin de la mentalité « ducs et pairs ». Ses propos sur la manière de gouverner du Régent, la conviction philanthropique qui soutiendra les ambitions diplomatiques ratées d'un Européen, une éthique sociale originale ne préfigurent pas la transfiguration de la noblesse en élite méritante instituée, chère aux penseurs contre-révolutionnaires.

On doit aussi faire place à la singularité de Montesquieu. Il a parlé du bonheur de sa « machine », et tenu à distance les disgrâces, in fine, de sa presque cécité. Il n'était pas homme sans passions, et il savait concevoir la saveur des pires d'entre elles, particulièrement les délices de la domination. Pour son compte, homme de paix, il avait une discipline propre à l'économie du bonheur dont il profitait, évitant les conflits inutiles sans céder sur l'essentiel. Sa joie de découvrir des perspectives générales était en un sens la même chose que sa capacité d'indifférence. À tous égards, la sérénité était une position utile, comme sa distraction : ce dont témoigne l'éloge de d'Alembert, en tête du tome V de l'Encyclopédie. Mais Montesquieu peut nous surprendre : son texte le plus personnel, cette Histoire véritable, composée après 1731, avoue ce qu'était pour lui l'essentiel : une faculté de métamorphose conjuguée avec l'aspiration à l'universel. Son devoir et sa joie étaient surtout d'être homme de clarté. Voir et écrire, rassembler et discerner, cultiver le génie de la différence et connaître la manière de regarder d'un coup les paysages, comme il le signale dans ses Voyages : c'était son style, comme en témoigneront les formules les plus significatives de la préface de L'Esprit des lois.

Ainsi peut-on déjà juger les promesses de son parcours, jusqu'au moment où il acquiert une identité publique indépendante de son état, et une réputation de libre et bel esprit qui l'embarrassera. Le baron de La Brède jeune est un citoyen, déjà, beaucoup plus qu'un sujet. Le projet d'extinction des dettes publiques, la dissertation dans l'esprit de Machiavel sur la politique des Romains dans la religion en témoignent. Cela ne doit pas être séparé de la culture d'un républicain des lettres : il faut prendre en compte les mémoires académiques, mais aussi le plus ancien monument que nous ayons de son activité intellectuelle, cette Collectio Juris, recueil de cas juridiques issus du Digeste et de la jurisprudence la plus récente, ce qui donne un contenu à cette vocation dont il nous fera confidence. La route qui conduit à la découverte de l'« esprit » des lois, et des rapports qui ordonnent les générations de lois, sera assez complexe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)  » est également traité dans :

DE L'ESPRIT DES LOIS, Montesquieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 114 mots
  •  • 1 média

Le traité de Montesquieu (1689-1755), De l'esprit des lois, fut publié anonymement à Genève en 1748, puis corrigé dans l'édition posthume de Londres (en fait Paris) en 1757. Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu a étudié le droit à Bordeaux, avant de devenir avocat, conseiller et président à mortier au parlement de […] Lire la suite

LES LETTRES PERSANES (Montesquieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Le roman de Montesquieu (1689-1755) Les Lettres persanes fut publié anonymement en 1721 sous une fausse adresse à Cologne, et augmenté de onze lettres nouvelles en 1754, ainsi que de « Quelques Réflexions sur Les Lettres persanes ». L'originalité qui a assuré son succès immédiat et sa célébrité depuis plus de deux sièc […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Lumières et l'antijudaïsme »  : […] Les philosophes des Lumières ont eu en général peu de contacts suivis avec des juifs, ce qui les a laissés en partie réceptifs aux préjugés hostiles traditionnels qui se maintiennent encore au xviii e  siècle. Il faut replacer leurs propos dans le cadre de leur conception de la rationalité comme force libératrice, qui leur commandait de soustraire l'individu au joug oppressant de la religion, quel […] Lire la suite

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 203 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme mécanisme »  : […] À cette conception d'une constitution comme ordre de valeurs on pourrait en opposer une autre où la constitution s'apparente à un pur mécanisme, à un ensemble de lois naturelles propres au monde politique et pensées sur le modèle des lois naturelles du monde physique. Ici s'impose la figure de Montesquieu, dont Ernst Cassirer a si bien montré ce qu'il devait à la physique newtonienne (tout comme […] Lire la suite

CORPS INTERMÉDIAIRES

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 854 mots

L'ancienne France était, depuis le Moyen Âge, composée de groupes d'individus appelés corps : collèges, communautés, associations de gens ayant même métier ou même fonction dans la nation, et réunis à la fois pour la préservation de leurs intérêts particuliers et celle du bien commun. Ces corps existaient avec la permission du souverain et lui étaient subordonnés, bien que leur existence fût souve […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La civilisation conçue comme actualisation de la culture »  : […] C'est à Locke et à l' Essai sur l'entendement humain (1690) qu'appartient la formulation générale de la relativité des normes : « Qui prendra la peine – peut-on lire dans le premier livre, Que nuls principes de pratique ne sont innés – de lire avec soin l'histoire du genre humain, et d'examiner d'un œil indifférent la conduite des peuples de la Terre, pourra se convaincre lui-même qu'excepté les […] Lire la suite

DROIT - Sociologie

  • Écrit par 
  • Jacques COMMAILLE
  •  • 3 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traditions sociologiques et le droit »  : […] Les grandes figures historiques de la sociologie n'ont en fait pas attendu la nomination et l'institutionnalisation d'une sociologie du droit pour s'intéresser au droit comme objet d'étude de la discipline et même lui accorder une place centrale dans leurs efforts pour construire des théories de la société. Ces auteurs étaient conscients du rôle important du droit et des professionnels du droit da […] Lire la suite

EISENMANN CHARLES (1903-1980)

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 056 mots

Charles Eisenmann fut un théoricien du droit sans être un doctrinaire. Il a exercé une influence profonde et durable sans imposer des idées, mais en propageant une méthode d'analyse, celle du positivisme juridique, dont il était en France le meilleur représentant. Il est probable que, pour nombre de ses contemporains, il était surtout un critique, au sens le plus fort, celui qui toujours s'efforça […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance à la révolution industrielle »  : […] À partir du xv e  siècle, l'expansion européenne bouleverse les univers culturels relativement isolés jusque-là, et des humanités « nouvelles » apparaissent dans le savoir et la conscience européens. La découverte de l'Amérique, en particulier, parce qu'elle n'était pas prévue, apporte un choc dont les répercussions se font sentir dans tous les domaines de l'entendement et de la sensibilité. L'hu […] Lire la suite

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le goût personnel »  : […] Le goût personnel est, en quelque sorte, un sixième sens, la faculté de déceler la beauté d'une forme, au-delà d'adjonctions extérieures disparates et en faisant abstraction de l'opinion d'autrui. Voltaire , dans l'article de l' Encyclopédie consacré au goût, qui est, dit-il, « le sentiment des beautés et des défauts dans les arts », en décrit ainsi les caractères essentiels : « C'est un discerne […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BENREKASSA, « MONTESQUIEU CHARLES DE - (1689-1755) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/