CHANSON DE FEMMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les plus anciens poèmes lyriques en langue romane intégralement conservés sont les premières chansons courtoises des troubadours (début du xiie s.). Mais la poésie courtoise, expression d'une nouvelle doctrine de l'amour, subtile, agressivement aristocratique, n'a rien de populaire et n'est pas l'héritière directe de la poésie orale antérieure, sur l'existence de laquelle on possède des témoignages très anciens, indirects mais irréfutables (canons conciliaires, khardjas mozarabes). Quelques genres lyriques dont les spécimens connus sont tous postérieurs à l'apparition de la poésie courtoise, et donc influencés par elle, se rattachent cependant à cette tradition. Ces poèmes, bien que composés par des hommes, sont l'expression d'une subjectivité féminine ; l'amour y est éprouvé et chanté par une femme, d'où le nom de chansons de femmes. Aux xiie et xiiie siècles, trois types de chansons entrent dans cette catégorie, qui est la forme primitive universelle du lyrisme amoureux.

Les chansons de toile ou d'histoire furent ainsi nommées parce qu'elles étaient censées, au dire du romancier Jean Renart (xiiie s.) qui en cite plusieurs dans son Guillaume de Dole (vers 1225), être chantées par les dames en filant ou en cousant. Parce que leurs héroïnes se livrent à ces occupations, ce sont des pièces narratives qui adoptent la forme métrique (décasyllabes, laisses assonancées ou parfois rimées suivies toutefois d'un refrain) et, semble-t-il, mélodique de la chanson de geste. Ces chansons racontent les amours d'une jeune héroïne de haute naissance et d'un nonchalant séducteur. Leur raideur mélancolique les rend émouvantes. Leur archaïsme a parfois semblé excessif pour l'époque (début du xiiie s.) et les a fait soupçonner d'être des pastiches (E. Faral). Les chansons à danser remontent peut-être aux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHANSON DE FEMMES  » est également traité dans :

AUBE CHANSON D'

  • Écrit par 
  • Jean FRAPPIER
  •  • 1 153 mots

Deux amants, dont la nuit a favorisé la rencontre, déplorent l'approche du jour, venu trop tôt à leur gré : tel est le thème de la « chanson d'aube », genre lyrique des xii e et xiii e  siècles, ou simplement « aube », d'après la transposition française du mot alba qui dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-d-aube/#i_6581

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Styles, jeux et danses »  : […] La tradition du lyrisme médiéval s'explique-t-elle par la théorie des styles ? En se référant explicitement au style tragique pour définir la chanson d'amour, Dante rappelle les principes reconnus par les écrivains du Moyen Âge. Formés par la grammaire et la rhétorique latines, ils avaient une idée hiérarchique de leur art, conforme à l'image même qu'ils se faisaient de la so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_6581

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « CHANSON DE FEMMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-de-femmes/