CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ÉVÉNEMENTS MÉTÉOROLOGIQUES MAJEURS

Médias de l’article

Cartes de pression dans l'Atlantique nord en hiver

Cartes de pression dans l'Atlantique nord en hiver
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

	Mécanismes à l'origine de fortes températures estivales 

Mécanismes à l'origine de fortes températures estivales 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L’expression « extrême météorologique » désigne les manifestations les plus visibles de la variabilité climatique. De fait, nous-mêmes et les écosystèmes sommes plus sensibles à des événements climatiques dévastateurs souvent brefs qu’à une élévation de température de quelques dixièmes de degrés sur plusieurs décennies. En outre, la rapidité et la systématisation de la diffusion de l’information par les médias nous donnent le sentiment que de plus en plus de phénomènes extrêmes sont recensés : il suffit qu’une anomalie soit perçue localement par une personne pour qu’elle soit relayée à l’échelle planétaire en quelques heures. Cette véritable inflation du nombre de phénomènes recensés pose la question de la pertinence de leur relation avec le changement climatique qui est observé depuis le début du xxe siècle.

Que sont les extrêmes ?

Trois catégories de définitions

Il est important de donner une définition aussi précise que possible aux termes qu’on emploie. On constate que des communautés scientifiques utilisent souvent l’expression « extrême météorologique » pour désigner des phénomènes assez différents.

On distingue trois catégories de définitions pour les extrêmes ; chacune dépend de la discipline scientifique qui les étudie [Jeandel et Mossery, 2011]. Pour les statisticiens, l’extrême est indiqué par les très grandes valeurs d’une grandeur mesurée, c’est-à-dire les valeurs qui s’écartent considérablement de la moyenne et des valeurs qui gravitent autour de la moyenne. On parle de « queue de la distribution statistique » pour parler d’extrêmes, et donc des valeurs très grandes (ou très petites), qui sont toutefois rarement atteintes. Par exemple, si l’on s’intéresse aux variations quotidiennes de température à Paris en été, les extrêmes chauds arrivent quand le thermomètre dépasse 35 0C. Si on trace la courbe des valeurs enregistrées à Paris (c’est-à-dire la distribution statistique de la température), la valeur de 350 se situe dans la queue supérieure de la distribution. La définition statistique de l’extrême est [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : chercheur au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives

Classification

Voir aussi

CANICULE    SÉCHERESSE    TEMPÊTES

Pour citer l’article

Pascal YIOU, «  CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ÉVÉNEMENTS MÉTÉOROLOGIQUES MAJEURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique-et-evenements-meteorologiques-majeurs/