CHAMPIGNONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Oudemansiella mucida

Oudemansiella mucida
Crédits : Christoph Burki/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Espèce de pholiote

Espèce de pholiote
Crédits : Pal Hermansen/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Croissance et ramification

Croissance et ramification
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rhizophydium sp.

Rhizophydium sp.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les champignons dans l'alimentation et l'industrie

Les champignons dans l'alimentation

La France occupe une place de choix parmi les nations mycophages. Les espèces consommées sont surtout des basidiomycètes, agarics (champignon de couche) et bolets ; parmi les ascomycètes, les morilles et les truffes sont particulièrement réputées. La valeur alimentaire des champignons n'est pas très élevée : ils contiennent 80 à 90 p. 100 d'eau, et une partie de leurs carbohydrates et protéines ne sont pas assimilables ; mais par la diversité de leurs saveurs, par leur richesse en vitamines et fibres, ou leur faible apport énergétique, ils fournissent à l'alimentation un appoint appréciable.

Toutefois, si le nombre des espèces comestibles est considérable, on trouve parmi les champignons quelques toxiques alimentaires redoutables. Quelques espèces vénéneuses provoquent des accidents mortels : en premier lieu l'amanite phalloïde, mais aussi les amanites vireuse et printanière, la lépiote helvéolée et d'autres lépiotes, le cortinaire orellanus et d'autres cortinaires, la galérine marginée (Galerina marginata, qui fut autrefois, à tort, considérée comme comestible, alors qu'elle contient plus d'amanitine que l'amanite phalloïde !) et d'autres galérines. L'amanite tue-mouche et l'amanite panthère, certains clitocybes et inocybes ont un pouvoir toxique élevé, aux manifestations diverses, mais ne sont généralement pas mortels ; d'autres enfin produisent des troubles gastro-intestinaux plus ou moins bénins et passagers. Parmi les champignons dangereux, il faut encore citer l'ergot du seigle (Claviceps purpurea), qui donne une farine toxique (par la présence de mycotoxines), responsable au Moyen Âge du fameux « mal des ardents », et les champignons hallucinogènes, psilocybes et strophaires du Mexique.

Amanite tue-mouches

Amanite tue-mouches

Photographie

Amanite tue-mouches, ou fausse oronge (Amanita muscaria), champignon très vénéneux. 

Crédits : Pal Hermansen/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Usages industriels

La nécessité de trouver de nouvelles sources de protéines alimentaires pour remédier à la sous-alimentation temporaire ou endémique a orienté les recherches vers l'exploitation des micro-organismes : algues vertes, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHAMPIGNONS  » est également traité dans :

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origine et répartition naturelle »  : […] Les alcaloïdes entrent dans le groupe dit des « métabolites secondaires », substances très variées qui ne sont pas impliquées dans les activités fondamentales des organismes. Ils sont dans leur grande majorité issus des plantes supérieures, mais leur répartition dans les familles botaniques est très irrégulière. Certaines sont riches en alcaloïdes, comme les apocynacées, alors que d'autres ne comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_1960

AMANITE TUE-MOUCHES ou FAUSSE ORONGE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 371 mots
  •  • 1 média

Du genre des agaricacées, l'amanite tue-mouches , ou fausse oronge ( Amanita muscaria ), est un champignon courant dans les régions septentrionales de l'Eurasie et de l'Amérique du Nord. De nombreuses légendes font de lui, sous le nom d'amanite muscarine, un champignon maléfique, diabolique même, souvent surnommé « champignon de fou ». Le chapeau de l'amanite muscarine contie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amanite-tue-mouches-fausse-oronge/#i_1960

ASCOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY
  •  • 3 900 mots
  •  • 4 médias

Le groupe de Champignons constitué par les Ascomycètes édifie des fructifications souvent complexes, d'aspect et de taille très variables. Beaucoup n'apparaissent à l'œil nu que sous la forme de points ou de glomérules à peine plus gros que des têtes d'épingle, noirs ou diversement colorés ; ces petits organes peuvent être disséminés à la surface des feuilles ou des rameaux de diverses plantes viv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascomycetes/#i_1960

AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 501 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les prototrophes »  : […] De nombreux champignons et des bactéries sont prototrophes pour le carbone. Il en est d'aérobies, d'autres sont anaérobies. Ces derniers peuvent être anaérobies facultatifs (levure de bière) ou anaérobies stricts (certaines bactéries). À l'égard de l'azote, ces organismes se comportent comme des autotrophes. Beaucoup utilisent directement les nitrates comme source d'azote. Il en est cependant qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autotrophie-et-heterotrophie/#i_1960

BASIDIOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY
  •  • 6 442 mots
  •  • 4 médias

Ce groupe de champignons rassemble la majeure partie des espèces aux fructifications de grande taille, celles qu'on va ramasser dans les bois ou dans les prés ; il comprend aussi des organismes microscopiques parasites de plantes ; ces derniers provoquent alors des maladies dont les noms (« rouilles », « charbons », etc.) évoquent la couleur des pustules que forment leurs fructifications sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basidiomycetes/#i_1960

DERMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Robert DEGOS
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Facteurs infectieux »  : […] Les microbes, les virus ou les champignons donnent lieu à des lésions cutanées d'aspect plus ou moins bien caractérisé. Rappelons en premier lieu le bacille tuberculeux, le bacille de la lèpre, les tréponèmes (cf. tuberculose , lèpre , syphilis ). Le staphylocoque est surtout responsable d'inflammations suppuratives des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dermatologie/#i_1960

DIASPORES, botanique

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 936 mots

Dans tout le règne végétal, on appelle diaspores les parties des plantes qui sont disséminées, permettant ainsi la propagation des espèces ( diaspora , dispersion). Les diaspores sont d'origine végétative quand elles sont constituées d'une fraction de l'appareil végétatif ( thalle ou cormus). Chez les Algues, les Champignons et les Lichens, des fragments non spécialisés d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspores-botanique/#i_1960

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Organisation trophique »  : […] Un des problèmes majeurs de l'écologie est la description et la compréhension de la structure trophique des principaux écosystèmes. Cette structure trophique est constituée par les relations qui lient les organismes consommés à ceux qui les consomment, relations dont l'ensemble forme le réseau trophique du système. Ce terme traduit bien mieux que celui de chaînes alimentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_1960

ÉLICITINES

  • Écrit par 
  • Pierre RICCI
  •  • 683 mots

La résistance des plantes aux micro-organismes pathogènes met en jeu leur aptitude à percevoir une grande diversité de molécules étrangères en tant que signaux ( éliciteurs ) activant des mécanismes de défense. Les élicitines (découvertes au centre I.N.R.A. d'Antibes à la fin des années 1980) sont de petites protéines sécrétées par un groupe de champignons Oomycètes ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elicitines/#i_1960

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'écosystème forestier »  : […] La forêt peut être considérée comme une communauté vivante, constituée par un certain nombre de populations végétales et animales liées par des relations intra- et interspécifiques. Les individus échangent entre eux et avec le milieu extérieur de l'énergie et de la matière ; ils entretiennent des processus biologiques cycliques. Cet ensemble structuré et fonctionnel constitue un écosystème. Au se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_1960

FUNGI IMPERFECTI

  • Écrit par 
  • Jacqueline NICOT
  •  • 1 803 mots

Dans le chapitre « Principes de classification »  : […] En l'absence des critères naturels fournis par la reproduction sexuée, la classification des champignons imparfaits est fondée sur la morphologie de leurs appareils de multiplication végétative. Actuellement, le seul système de classification à peu près exhaustif reste celui de P. A. Saccardo (1884-1886) ; il accorde une importance primordiale à l'aspect du champignon et aux caractères de couleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fungi-imperfecti/#i_1960

GAMÈTES

  • Écrit par 
  • Michel FAVRE-DUCHARTRE, 
  • Jacques TESTART
  •  • 4 165 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Gamètes achontés »  : […] Les gamètes non flagellés sont dits achontés ( a privatif, chonte  = flagelle). Les Rhodophytes, ou Algues rouges, semblent issues assez directement des cyanobactéries, avec lesquelles elles ont en commun certains pigments (érythrocyanines). Les spores directes des Rhodophytes, toujours dépourvues de flagelles comme celles des Cyanophycées, ressemblent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gametes/#i_1960

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'hérédité de régime »  : […] Chez divers micro-organismes ont été rencontrés des faits d'hérédité non chromosomique qui, selon toute apparence, ne font pas intervenir de modifications dans la structure de molécules génétiques. C'est ainsi que, chez certains champignons, la croissance peut s'opérer selon deux modalités distinctes. Une fois adoptée, chacune d'elles a tendance à être maintenue au cours du développement du mycél […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_1960

HEIM ROGER (1900-1979)

  • Écrit par 
  • Jean DORST
  •  • 1 340 mots

Mycologue, botaniste, naturaliste, Roger Heim fut un chercheur infatigable, un chef d'école et un grand administrateur de la science, tout en manifestant d'incomparables talents d'humaniste, de philosophe, de défenseur de la nature, de la liberté et de la pensée française. Homme de science, attaché à la recherche des faits et des lois du monde vivant dans son propre domaine, la mycologie, mais aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-heim/#i_1960

HERBIER DU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

  • Écrit par 
  • Denis LAMY
  •  • 2 170 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le contenu de l’herbier national »  : […] Les collections de végétaux et champignons séchés proviennent de toutes les régions du monde, et appartiennent à tous les groupes végétaux, des mousses aux fougères et aux plantes à fleurs, en passant par les algues. Même si les champignons ne sont plus aujourd’hui considérés comme des plantes, les collections de mycologie (y compris les lichens) demeurent une section à part entière de l’herbier. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbier-du-museum-national-d-histoire-naturelle/#i_1960

INTOXICATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques-Robert BOISSIER, 
  • Claude PIVA
  •  • 4 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Intoxications domestiques »  : […] Les intoxications domestiques surviennent chez des adultes à la suite d'une méprise ou par ignorance, voire inconséquence. C'est pourquoi le monoxyde de carbone figure parmi les toxiques gazeux les plus courants et les accidents que provoquent les appareils de chauffage à combustion défectueuse (mauvais « tirage ») sont fréquents. Dans les milieux ruraux, les produits utilisés en agriculture donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intoxications/#i_1960

LASCAUX

  • Écrit par 
  • Patrick PAILLET, 
  • Denis VIALOU
  •  • 4 846 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La seconde crise bioclimatique (depuis 2000) »  : […] Cette seconde crise oblige à s'interroger de nouveau sur les programmes de conservation tant curative que préventive de la grotte. Les origines de la crise. Un état des lieux de la cavité dressé en 1995 souligne la vétusté du régulateur hygrothermique « Guyon » et propose le réexamen de son fonctionnement. À la fin de février 2000, les travaux de rénovation du dispositif d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lascaux/#i_1960

LEVURES

  • Écrit par 
  • Jacques BOIDIN, 
  • Jean-Bernard FIOL, 
  • Simone PONCET
  • , Universalis
  •  • 3 440 mots
  •  • 2 médias

Les Levures sont des Champignons microscopiques, aux cellules ovoïdes de quelques millièmes de millimètres de largeur, se détachant facilement les unes des autres et, de ce fait, bien adaptées à la propagation dans les liquides. Les représentants les plus utilisés par l'homme sont les levures de bière et de boulangerie, agents très actifs de la fermentation alcoolique. Elles transforment rapideme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/levures/#i_1960

LICHENS

  • Écrit par 
  • Henry DES ABBAYES
  •  • 3 577 mots
  •  • 5 médias

Jusqu'au dernier tiers du xix e  siècle, les Lichens étaient considérés comme des êtres simples, intermédiaires entre les Champignons, par les filaments incolores de leur thalle ou hyphes , et les Algues, par leurs cellules vertes ou gonidies . C'est le mérite du botaniste suisse S. Schwendener d'avoir, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lichens/#i_1960

LUTTE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Guy RIBA, 
  • René SFORZA, 
  • Christine SILVY
  •  • 7 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les différentes catégories de biopesticides »  : […] On distingue généralement deux types de biopesticides : ceux qui sont à base d'organismes vivants et ceux qui sont à base de substances biologiques naturelles. La première catégorie inclut des organismes procaryotes ou eucaryotes. Une grande diversité d'organismes biologiques sont ainsi utilisés dans des formulations parmi lesquels : – des bactéries pathogènes d'insectes (dites entomopathogènes) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lutte-biologique/#i_1960

MALADIES ÉMERGENTES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Ivan SACHE
  •  • 2 546 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les moyens de lutte »  : […] La lutte contre les maladies émergentes nécessite un effort de recherche pluridisciplinaire sur de longues périodes et une mise en application coordonnée de mesures sur le terrain. La prévision précise de l'apparition et de la propagation des maladies reste délicate. Deux programmes de recherche illustrent la complexité de la question des émergences et de leur prévision : l'action transversale (é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-emergentes-vegetales/#i_1960

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 880 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les micromycètes »  : […] Les micromycètes sont des micro-organismes eucaryotes non chlorophylliens et généralement non mobiles qui, d'une part, se nourrissent en absorbant les substances organiques présentes dans leur habitat et, d'autre part, produisent des spores. Contrairement aux micro-algues eucaryotes, seul un petit groupe de micromycètes peut être considéré comme partie intégrante des protistes et regroupé dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiologie/#i_1960

MUSCARINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

Alcaloïde, de formule brute C 9 H 21 O 2 N, que l'on trouve dans divers champignons supérieurs comme l'amanite tue-mouches ( Amanita muscaria ), l'amanite panthère ( Amanita pantherina ) et les inocybes. Ces champignons poussent dans les régions tempérées et sont responsables chaque année de nombreuses intoxications. S'ils ne sont pas mortels, ils sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscarine/#i_1960

MYCOSES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY, 
  • Gabriel SEGRETAIN
  • , Universalis
  •  • 6 989 mots

Les mycoses sont des maladies provoquées par le développement de champignons dans des organismes vivants. Les symptômes sont extrêmement variés et dépendent non seulement de l'hôte lui-même, de sa nature, de sa capacité de résistance et de la localisation de la maladie, mais également du parasite, de son espèce, de sa variété et de sa virulence. Le diagnostic d'une mycose exigera donc fréquemment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycoses/#i_1960

MYXOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Louis FAUREL
  •  • 2 027 mots
  •  • 3 médias

Placés par la quasi-unanimité des mycologues à la base de la classification des Champignons, à proximité des Procaryotes (Actinomycètes, Bactéries), et, ainsi, à la lisière même des règnes animal et végétal, les Myxomycètes sont effectivement des organismes fongoïdes très primitifs, qui présentent en outre une curieuse dualité dans leurs caractères fondamentaux, partiellement animaliens. L'absenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myxomycetes/#i_1960

NOMENCLATURE BOTANIQUE RÈGLES INTERNATIONALES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 9 944 mots
  •  • 6 médias

Comment nommer les végétaux et les champignons ? Afin d'éviter toute ambiguïté, l'idéal serait que tout taxon, en particulier tout genre, espèce, sous-espèce ou variété, soit désigné, dans une langue donnée, par un nom et un seul, qui ne s'appliquerait qu'à ce taxon : ainsi pourrait-on, en particulier au niveau de l'espèce, établir une bijection entre l'ensemble des espèces de végétaux (ou de cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regles-internationales-de-nomenclature-botanique/#i_1960

NOMS VERNACULAIRES, botanique

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 3 454 mots

L'étude des noms vernaculaires qui ont été donnés à des végétaux et des champignons par les différents peuples du monde, au cours du temps et dans leurs langues, constitue un immense domaine encore très peu exploré (surtout pour les champignons) et dont on peut appeler les deux parties, selon qu'il s'agit de végétaux ou de champignons, « phytonymie » et « myconymie » ou, plus précisément si l'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noms-vernaculaires-botanique/#i_1960

NOMS VERNACULAIRES FRANÇAIS (botanique)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 3 898 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Choix des noms à privilégier »  : […] La diversité des noms vernaculaires, formés localement au cours d'une longue histoire et généralement indépendamment de toute classification scientifique, entraîne de nombreux risques de confusion et d'ambiguïté . Une clarification est souhaitable, ce qui impose de déterminer, lorsque plusieurs noms sont en présence, le meilleur nom à recommander. Nous proposons de déterminer le nom à privilégier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noms-vernaculaires-francais/#i_1960

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'azote »  : […] L'azote présente pour une plante, comme pour tout organisme, une importance primordiale (cf. azote ). C'est l'un des principaux constituants des protéines, qui caractérisent la matière vivante. La carence en azote, ou « faim d'azote », se traduit par une chlorose (feuillage vert jaunâtre), avec apparition de taches colorées produites par des pigments anthocyaniques ; le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_1960

ORGANISME VIVANT

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 1 645 mots

Dans le chapitre « Cellules et organismes »  : […] Selon la théorie cellulaire, née au xix e  siècle et actuellement incontestée, tout être vivant est formé d'au moins une cellule, volume délimité par une mince et souple membrane plasmique, au travers de laquelle les milieux intracellulaire et extracellulaire échangent matière et énergie. Les molécules de la cellule appartiennent à deux catégorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisme-vivant/#i_1960

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les champignons (Fungi) »  : […] Certaines analyses de phylogénie moléculaire font remonter la divergence entre les deux groupes de champignons que sont les basidiomycètes et les ascomycètes aux environs de — 1 200 Ma, ce qui repousse l'origine des champignons vers — 1 500 Ma. Jusqu'à récemment, les plus anciens restes attribuables à des champignons remontaient à — 750 Ma (Néoprotérozoïque), mais ils ne convainquaient pas tous l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_1960

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bactéries, Champignons et Végétaux proprement dits »  : […] Dans cet ensemble, 95 p. 100 des plantes parasites sont des Champignons appartenant à tous les grands groupes fongiques. Les 5 p. 100 qui restent sont des Bactéries ( Eubacteria et Mycobacteria seulement ; cf.  bactéries ), des Algues (très peu nombreuses : quelques Dinophycées, Chlorophycées et Rhodophycées), une Gymnosperme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_1960

PARASITISME ET SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Au xvi e  siècle, pour Hieronymus Bock (dit Tragus), les champignons, « enfants des dieux », sont des produits engendrés par l'humidité et la moisissure. Cependant, en 1729, Pier Antonio Micheli recueillait des spores et obtenait un développement du mycélium. Un siècle plus tard, Christian Gottfried Ehrenberg (1795-1876) et René Joachim Henri Dut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme-et-symbiose/#i_1960

PESTICIDES

  • Écrit par 
  • Alain BLOGOWSKI
  •  • 5 068 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les modes d’action des pesticides »  : […] Les insecticides agissent indépendamment du système de défense de la plante. Ils sont spécifiques à l’insecte cible et entrent en contact avec ce dernier par simple adhérence, digestion ou inhalation. La plupart des produits agissent en tant que neurotoxiques et endommagent le système nerveux de l'insecte pour aboutir à sa mort. D'autres empêchent sa mue ou inhibent la faim, ce qui causera sa mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pesticides/#i_1960

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones chez les champignons et les algues »  : […] Le rôle des phéromones dans les processus de reproduction sexuée des champignons filamenteux a été clairement mis en évidence. Par exemple, chez l'espèce aquatique Achlya ambisexualis ( phycomycètes), les thalles femelles synthétisent et rejettent dans le milieu une phéromone : l' antheridiol. Celle-ci, détectée à très faible concentration (6 × 10 −12 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_1960

PHYCOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT
  •  • 4 011 mots
  •  • 3 médias

On envisage sous le terme de Phycomycètes un ensemble hétérogène de Champignons qui se distinguent des autres Eumycètes (Ascomycètes, Basidiomycètes et leurs formes imparfaites) par le caractère cœnocytique de leur thalle. Le mycélium est réduit à une seule cellule uninucléée ou plurinucléée dans les formes les plus primitives, ou bien est constitué par un système continu de tubes ramifiés dépour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phycomycetes/#i_1960

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la phytopathologie »  : […] Des croyances de l’Antiquité aux connaissances actuelles, bien des étapes jalonnent l’histoire de la phytopathologie. Ce sont d’abord les écrits de Théophraste, philosophe grec (371/370-288/287 av. J.-C.), qui relatent l’existence de maladies sur diverses plantes. Ensuite, les Romains implorent le dieu Robigo pour épargner les céréales de ce fléau qu’est la « rouille ». Durant l’époque médiévale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_1960

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 774 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Relations des plantes avec le monde vivant (relations biotiques) »  : […] Les autres organismes présents dans l’habitat de la plante sont susceptibles d’interagir avec celle-ci. En premier lieu, les plantes sont en compétition entre elles pour l’accès aux ressources nutritives – essentiellement la lumière, l’eau et les minéraux du sol – mais aussi à l’égard des pollinisateurs et des disséminateurs. Par exemple, les plantes herbacées des sous-bois des forêts tempérées, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes/#i_1960

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Philippe L'HÉRITIER
  •  • 7 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les phénomènes d'auto-incompatibilité »  : […] L'autofécondation, reproduction uniparentale, est interdite par la séparation des sexes, mais, de plus, chez certaines espèces bisexuées, un mécanisme physiologique s'oppose aux possibilités d'autofécondation. Il s'agit du phénomène d'auto-incompatibilité, connu chez les végétaux supérieurs, les seules angiospermes, semble-t-il, mais aussi, sous le nom d' hétérothallisme, chez de nombreux thallop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-biologie/#i_1960

SOLS - Biodynamique

  • Écrit par 
  • François TOUTAIN
  •  • 4 644 mots

Dans le chapitre « Organismes transformateurs »  : […] Il s'agit des bactéries, des champignons et de la faune du sol. La plupart de ces organismes sont capables de transformer les produits simples, sucres par exemple, présents dans les feuilles mortes ; seuls quelques organismes peuvent, par leur système enzymatique, dégrader des produits comme la lignine ou les pigments bruns. Cela permet de distinguer les organismes que l'on peut qualifier d'“effic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-biodynamique/#i_1960

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Réhabilitation des sols et dépollution de l'environnement »  : […] La microbiologie du sol peut contribuer efficacement à accélérer la réhabilitation des sols dégradés par l'homme et la dépollution de l'environnement (bioremédiation). De plus en plus souvent, les travaux de terrassement de toutes sortes (autoroutes, remblaiements divers), les exploitations minières et les carrières aboutissent à l'apparition de sols squelettiques stériles où la végétation a du ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-microbiologie/#i_1960

SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Pierre CACHAN, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 5 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ectosymbiose »  : […] Un certain nombre d'insectes transportent et entretiennent dans leur nid des cultures de champignons dont les rapports avec l'hôte ne sont pas toujours élucidés. Les termites Macrotermitinae (isoptères champignonnistes) « cultivent » les champignons sur des meules et les fourmis Myrmicinae Attini ( Atta , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbiose/#i_1960

THALLE

  • Écrit par 
  • Jean FELDMANN, 
  • Marie-Thérèse L'HARDY-HALOS
  •  • 3 946 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les thalles des Champignons »  : […] Plus simples que ceux des Algues, les thalles des Champignons sont le plus souvent de type nématothallien, mais certaines structures sont assimilables à des archéthalles ou à des cladomothalles. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thalle/#i_1960

TROPISMES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • K. V. THIMANN
  •  • 3 978 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Photorécepteurs et système effecteur »  : […] L'efficacité de la lumière au cours du phototropisme varie avec la longueur d'onde  : chez les plantes supérieures, seules les radiations bleues et violettes sont actives, les maximums d'activité se situant à 445 et à 475 nm dans le visible et à 370 nm dans l'ultraviolet proche ; la limite supérieure est dans le vert à 510 nm. La seconde courbure positive comporte presque les mêmes pics. Bien que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropismes-vegetaux/#i_1960

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 453 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mycocécidies »  : […] Certains champignons pathogènes provoquent la formation de galles : il s'agit souvent d'excroissances d'aspect tumoral, plus rarement de balais de sorcière. La hernie du chou est une tumeur due à Plasmodiophora brassicae (Plasmodiophoromycètes). Les spores flagellées du champignon pénètrent dans la racine par les poils absorbants et s'y transforment en un plasmode (cellule p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-et-galles-vegetales/#i_1960

VÉGÉTAL

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 2 013 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quels sont les organismes considérés aujourd’hui comme des végétaux ? »  : […] Historiquement, les végétaux ont été définis comme des organismes immobiles incapables de se mouvoir activement, par opposition aux animaux. Cette opposition fondée sur la mobilité des organismes est largement présente à l’esprit du grand public et se retrouve dans le langage courant : un état « végétatif » qualifie une absence de mouvements, au contraire de l’état « animé » de la plupart des anim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetal/#i_1960

VIROSES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves TEYCHENEY
  •  • 4 018 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transmission et dissémination »  : […] Les virus étant obligatoirement des parasites, leur transmission se fait essentiellement par des vecteurs biologiques (insectes, nématodes, champignons) qui provoquent les blessures nécessaires à la pénétration des particules virales dans les cellules hôtes. Elle est plus rarement assurée par la graine ou le pollen, et, dans le cas des plantes cultivées, par certaines pratiques culturales (greffag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-vegetales/#i_1960

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline NICOT, Jacques GUINBERTEAU, Patrick JOLY, Jean Marc OLIVIER, « CHAMPIGNONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/champignons/