CALÉDONIENNES CHAÎNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mouvements calédoniens dans le monde

La plupart des phases reconnues dans l'orogène calédonien ont des répondants au sein des orogènes contemporains ; parfois même on peut les inclure dans de grands mouvements d'ensemble, des épeirogenèses qui ont eu d'importantes incidences sur la paléogéographie.

Les premiers frémissements orogéniques de la fin du Cambrien sont sensibles dans toute l'Europe : la Pologne s'exhausse, en particulier au niveau des monts de Sainte-Croix ; la Bohême, la Sardaigne, la Meseta ibérique également. Dans la zone appalachienne, Terre-Neuve est exondée.

L'épeirogenèse taconique

Des mouvements de soulèvement en deux phases distinctes ont affecté la croûte terrestre pendant l'Ordovicien XII et XIII. Ils ont été particulièrement intenses en des points précis de certains orogènes et dans les boucliers qui les jouxtent : dans l'orogène calédonien, ils se traduisent par les phases de Trondheim et d'Ekné et aboutissent à l'orogenèse principale du Spitzberg. Le bouclier scandinave se soulève par saccades, la plus importante se situant à la fin de l'Ordovicien XIII.

Dans les Appalaches septentrionales se produit également une véritable orogenèse, tandis qu'ailleurs il s'agit d'une simple phase (phase blountienne). Ces mouvements s'accompagnent d'une discordance générale indiquant un soulèvement continu (épeirogenèse) pendant l'Ordovicien XII et XIII de l'est de l'Amérique du Nord jusqu'au haut Mississippi. Un seuil constitué par le matériel antécambrien des Laurentides et des Adirondacks s'élève alors, jouant le rôle d'un géanticlinal séparant deux provinces à sédimentation différente : celle du Champlain au sud-est, où se déposent des vases fines plus ou moins argileuses ou sableuses, avec des dolomies ; celle des Allegheny au nord-ouest, plus calcaire, avec des lumachelles et de rares récifs coralliens. Les soulèvements de l'épeirogenèse taconique aboutissent, d'abord, à l'Ordovicien XII, à l'émersion de la Pennsylvanie, de l'Alabama et de l'État de New York, puis, à l'Ordovicien XIII, à des plissements et même à de grands charriages dans les vallées de l'Hudson et du Saint-Laurent, au lac Champlain, en Nouvelle-Angleterre, en Gaspésie et dans l'ouest de Terre-Neuve. Le charriage de la fosse de Magog vers l'ouest atteint 60 kilomètres. À cette époque se met en place un alignement de volcans basiques dont les structures profondes constituent la serpentine belt.

Un volcanisme explosif à répétitions peut être décelé par des intercalations de couches de cendres, aussi bien en bordure de l'orogène calédonien, dans le pays de Galles et la région d'Oslo, que de l'orogène appalachien.

De la fin de l'Ordovicien au Silurien XIV, des soulèvements en séquelle affectent encore, à l'est de l'Amérique du Nord, une terre ancienne aujourd'hui disparue, qui a reçu le nom d'Appalachia et dont les produits de démantèlement convoyés par les fleuves s'accumulaient au sud de l'aire taconique. Au Silurien XV, la zone taconique (Gaspésie, est de Québec, Nouveau-Brunswick et Maine) se couvre de volcans. L'orogène de l'est du Groenland (géosynclinal groenlandais) est complètement exondé.

Dans l'orogène varisque, des mouvements se sont également fait sentir : en France, en Bretagne, par la discordance du Silurien XIV sur l'Ordovicien XIII et par un volcanisme terrestre et sous-marin important, dans le sud de la Montagne Noire où monte un volcanisme actif et où s'élève une cordillère, en Espagne où le bloc cantabrique se soulève. Au Maroc, tout l'Anti-Atlas surgit ; des mouvements affectent la Kabylie. Au Sahara, le bouclier africain se soulève, ainsi que l'indique la discordance de l'Ordovicien XIII sur l'Ordovicien XI-XII.

Au nord de l'Oural, la Nouvelle-Zemble est affectée de plissements accompagnés de la montée de granites. La mer se retirera du Timan et du Kanin au Silurien XV, tandis que se soulèvent les parties adjacentes de la plate-forme russe.

En Asie, des géanticlinaux granitisés et volcanisés émergent sur l'emplacement du Kazakhstan ; la mer abandonne le Salaïr dont le drame orogénique s'est déroulé pendant le Cambrien. Au Silurien XV, on observe des plissements dans la chaîne de Khara Ulach en bordure de l'Arctique.

En [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Protoatlantique : reconstitution

Protoatlantique : reconstitution
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Orogenèse calédonienne

Orogenèse calédonienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Le Glyder Fawr

Le Glyder Fawr
Crédits : David Woodfall/ Getty Images

photographie

Zones tectoniques de la chaîne calédonienne de Norvège et de Grande-Bretagne

Zones tectoniques de la chaîne calédonienne de Norvège et de Grande-Bretagne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CALÉDONIENNES CHAÎNES  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les chaînes appalachiennes »  : […] Au sens large, « chaînes appalachiennes » désigne les structures et les reliefs grossièrement parallèles, de direction nord-est - sud-ouest, qui accidentent sur 200 à 400 kilomètres de largeur la façade orientale du continent, depuis Terre-Neuve jusqu'au nord de la Floride. Du fait des ouvertures océaniques ultérieures (téthysienne au Jurassique supérieur – de 160 à 140 Ma –, dont le golfe du Mexi […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Asie centrale »  : […] L'Asie centrale est formée par un ensemble homogène de plissements calédoniens et hercyniens appartenant à la grande ceinture qui enveloppe le bouclier sibérien et ses annexes. Elle est bordée au sud par les chaînes alpines du Pamir et de l'Himalaya (cf. carte structurale de l'Asie). Le soubassement précambrien affleure ici et là sous forme de nuclei (Tarim, Dzoungarie, Tibet) autour desquels se […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Europe calédonienne »  : […] L' Europe calédonienne – qui tire son nom de Caledonia, nom latin de l' Écosse – s'est formée au cours du cycle calédonien, qui se développe de 550 à 400 Ma, au travers de différentes périodes orogéniques, dont la dernière, dite souvent ardennaise, marque la fin du cycle. Elle forme une partie de la Scandinavie (Norvège, confins de la Suède, Spitzberg) et la plus grande partie des îles Britanniqu […] Lire la suite

MONTAGNES - Formation des chaînes de montagnes

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Maurice MATTAUER, 
  • Jacques-Louis MERCIER
  •  • 11 321 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les cycles orogéniques »  : […] On appelle cycle orogénique le laps de temps pendant lequel se prépare, se développe, s'achève, s'érode une chaîne de montagnes. Sont donc inclus non seulement les temps de déformation, d'orogenèse, mais aussi : les temps de sédimentation, de lithogenèse antérieurs et les temps d'érosion. Parti de la pénéplaine du cycle précédent, chaque cycle retourne à une pénéplaine ; le cycle alpin n'est donc […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géologie des îles Britanniques

  • Écrit par 
  • Frederick Wiar DUNNING
  •  • 4 171 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Calédonides »  : […] Cette vaste zone de terrains plissés d'âge paléozoïque inférieur et précambrien supérieur, qui borde les rivages de l'Atlantique Nord entre le Groenland et la Scandinavie, traverse en écharpe les îles Britanniques et y est exposée dans toute sa largeur. Les Calédonides comprennent trois grands étages structuraux : – un complexe ou unité inférieure métamorphique, qui forme les Highlands d'Écosse, l […] Lire la suite

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 100 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les Calédonides »  : […] L'opposition entre les Calédonides et le socle baltique est marquée, tant sur le plan morphologique – le chevauchement frontal calédonien est généralement très visible – que sur le plan de la lithologie, beaucoup plus variée dans cette chaîne paléozoïque. Les Calédonides scandinaves se présentent comme une chaîne étirée du sud-sud-ouest au nord-nord-est, de près de 2 000 kilomètres de longueur (e […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 142 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Plissements calédoniens du sud de la Sibérie »  : […] Les plissements calédoniens du sud de la Sibérie s'étendent sur les régions suivantes : partie sud-ouest du Saïan oriental, Sangilen, Touva, Saïan occidental, Alatau (ou Ala-Taou) de Kouznetsk et Salaïr. Les Calédonides sont séparées du bord sud-ouest de la plate-forme par l'anticlinal du Saïan oriental et par une faille qui court du Baïkal à Krasnoïark. Un grand nombre de failles profondes exist […] Lire la suite

SUESS EDUARD (1831-1914)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

Géologue autrichien. Professeur de géologie à l'université de Vienne jusqu'en 1901, Eduard Suess a laissé de nombreuses notes sur l'anatomie et la classification des brachiopodes et des ammonites, entre autres travaux paléontologiques. En 1857, il publie un petit traité sur la formation de la chaîne alpine où il expose sa théorie sur la formation des chaînes de montagnes. Il dénigre le rôle essent […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, « CALÉDONIENNES CHAÎNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chaines-caledoniennes/