CESTODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anatomie

Les téguments, de structure syncytiale, absorbent les aliments dans le contenu intestinal de l'hôte ; le ver compense ainsi l'absence d'un intestin.

Le scolex, qui assure la fixation du ver, présente des types variés, qu'il est cependant possible de ramener à trois, correspondant à des catégories taxonomiques. Chez les pseudophyllidiens, le scolex est muni de deux fentes longitudinales peu profondes, les pseudobothridies, dont les bords libres se referment sur les villosités intestinales. Le type tétrarhynque est caractérisé par la présence de quatre trompes exsertiles garnies de crochets qui s'enfoncent dans la muqueuse intestinale de l'hôte (un Sélacien) ; elles sont pourvues de deux ou quatre pseudobothridies portées sur un pédoncule renfermant les organes propulseurs et rétracteurs des trompes. Le type tétracyclophyllidien possède toujours quatre ventouses ou quatre organes musculaires foliacés et très déformables, les bothridies, à surface parfois cloisonnée, avec ou sans ventouses accessoires. On observe fréquemment aussi des crochets ou des épines implantés, sur le sommet du scolex ou sur un rostre protractile.

Scolex

Dessin : Scolex

Le scolex des Cestodes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le corps des Caryophyllaeides, parasites de poissons, n'est pas segmenté ; il ne comporte qu'un seul appareil reproducteur, contrairement à ce que l'on observe, comme on l'a dit plus haut, chez les autres Cestodes qui sont segmentés, et dont chaque segment renferme un appareil reproducteur mâle et femelle.

Cestode segmenté

Dessin : Cestode segmenté

Morphologie d'un Cestode segmenté 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cestodes : organisation

Dessin : Cestodes : organisation

Les deux types d'organisation des Cestodes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'appareil reproducteur mâle se compose de nombreux testicules et d'un appareil copulateur, la poche du cirre, à l'intérieur de laquelle se trouve l'organe copulateur éversible, le cirre, pourvu en général d'une vésicule séminale et de glandes prostatiques. La contraction de la paroi musculaire de cette poche provoque l'évagination du cirre. Le pore sexuel est le plus souvent latéral, plus rarement dans la région médiane, à la face ventrale du proglottis ; il s'ouvre dans un atrium génital dans lequel débouche également le vagin. Celui-ci, parfois dilaté en un réceptaculum séminal, rejoint l'oviducte qui se trouve, ainsi que l'ovaire, dans la partie postérieure du proglottis, là où aboutissent également les conduits des glandes vitellogènes. L'utérus est précédé d'un organe musculaire entouré de glandes, l'ootype, dans lequel sont formés les œufs. L'utérus des Pseudophyllidiens est tubulaire ; il débouche par un pore utérin dans le voisinage de l'atrium génital ; les glandes vitellogènes forment un manchon plus ou moins continu autour des glandes génitales. Chez les autres Cestodes de poissons, l'utérus sacciforme, disposé suivant l'axe longitudinal du proglottis, s'ouvre en général par déhiscence ; les glandes vitellogènes sont disposées en deux bandes latérales. L'utérus des Cyclophyllidiens se vide par rupture de sa paroi ; il est sacciforme, lobé ou réticulé. Parfois, la paroi de l'utérus disparaît et les œufs sont inclus dans des capsules ovifères. La glande vitellogène, toujours impaire, est située en arrière de l'ovaire.

On observe, dans les différents groupes, le dédoublement plus ou moins complet de l'appareil reproducteur en appareils mâle et femelle et aussi, mais rarement, une séparation complète des sexes en strobila mâle et strobila femelle.

L'œuf renferme l'oncosphère qui parvient à se frayer un chemin dans les tissus de l'hôte intermédiaire grâce à ses crochets. Cette larve est entourée par l'embryophore, parfois cilié, mais le plus souvent épais. Chez les Tétracyclophyllidiens, l'embryophore est enveloppé d'une fine membrane qui se déchire facilement, tandis que, chez les autres espèces, cette membrane, résistante, forme la coque de l'œuf.

Cestodes : œufs

Dessin : Cestodes : œufs

Œufs 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Scolex

Scolex
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cestode segmenté

Cestode segmenté
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cestodes : organisation

Cestodes : organisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cestodes : œufs

Cestodes : œufs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Neuchâtel, directeur de l'Institut de zoologie

Classification

Autres références

«  CESTODES  » est également traité dans :

CYSTICERCOSES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 722 mots

Ce sont des parasitoses dues au développement des larves dites « cysticerques » de certains ténias. Le cysticerque, forme « simple », peut être considéré comme le point de départ d'une série de larves de structure de plus en plus complexe : cysticercoïde, cénure, hydatide. Le cycle évolutif commence par l'élimination et la dispersion dans le milieu extérieur, avec les fèces des carnivores, hôtes d […] Lire la suite

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Cestodes ou ténias »  : […] Ces helminthiases comprennent deux groupes : d'une part, les téniasis déterminés par la présence de ténias qui parasitent, sous leur forme adulte, l'intestin de l'homme et sont transmis par des viandes mal cuites contenant les larves ; d'autre part, les manifestations pathologiques liées au développement des ténias qui parasitent l'homme (hôte intermédiaire accidentel) sous leur forme larvaire ; […] Lire la suite

PENTASTOMIDES ou LINGUATULIDES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 287 mots

Les pentastomides, ou linguatulides, englobent uniquement des animaux parasites de poumons ou de cavités nasopharyngiennes de reptiles et parfois d'oiseaux et de mammifères. Leur aspect rappelle celui d'un cestode : corps vermiforme, cylindrique ou aplati, ce qui leur a valu leur autre nom : linguatulides ; leur taille varie de quelques millimètres à 13 centimètres selon les espèces (les mâles son […] Lire la suite

PLATHELMINTHES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 398 mots
  •  • 1 média

Terme introduit par A. Schneider en 1873 et qui désigne un embranchement d'une unité incontestable comprenant des métazoaires triploblastiques, c'est-à-dire possédant un troisième feuillet individualisé se situant entre l'ectoderme et l'endoderme. Bien que dépourvus de cœlome, ils sont proches des mollusques et des annélides. Les plathelminthes groupent des animaux à symétrie bilatérale bien nette […] Lire la suite

TÉNIASIS

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 012 mots

Parasitoses humaines dues à diverses espèces de vers plats (plathelminthes) à corps formé d'une succession d'anneaux (ou strobiles) et appartenant au vaste groupe des cestodes ou ténias. Ces ténias parasites de l'homme à l'état adulte déterminent des maladies le plus souvent bénignes, liées à la présence des vers dans l'intestin grêle et groupées sous le terme général de téniasis. Ces maladies s' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Georges BAER, « CESTODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cestodes/