CÉSAR (101-44 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain

Mémorialiste et propagandiste

César ne fut pas un homme de lettres ; aristocrate désargenté, il ne vécut jamais de sa plume, mais il reçut à domicile une parfaite formation littéraire de son maître, le rhéteur et grammairien M. Antonius Gnipho, puis à Rhodes en 76-74 du célèbre Apollonios Molon. Pour les contemporains, son éloquence valait celle de Cicéron. Jeune, comme tout Romain de ce milieu cultivé, il avait taquiné la muse : sa louange d'Hercule et sa tragédie Œdipe, témoignages de l'influence grecque qui s'était exercée sur ses années de formation, n'ajoutaient rien à sa gloire ; l'empereur Auguste prescrivit à son délégué aux bibliothèques de les faire disparaître ainsi que les Apophtegmata, recueil de bons mots, tels que « ueni, uidi, uici ». Écrire étant alors le passe-temps des hommes cultivés, César, en 55 ou 54, durant une traversée des Alpes, écrit un traité sur la langue latine, le De analogia, répliquant à certaines théories du récent De oratore de Cicéron ; allant en Espagne (fin 46) combattre S. Pompée, il compose un autre poème, Le Voyage (Iter). En 45, il publie un pamphlet en deux livres, les Anticatones, pour combattre l'effet moral produit par le suicide héroïque de son adversaire, Caton d'Utique.

On a parlé, pour La Guerre des Gaules, de rédaction annuelle ou par tranches (Mommsen, S. Reinach, Halkin, Carcopino). L'unité et la cohérence de la pensée semblent garantir que les sept livres ont été rédigés à la fin de 52 dans les quartiers d'hiver de Bibracte (mont Beuvray, près d'Autun). Entre 48 et sa mort, probablement entre octobre 45 et mars 44, César préparait les livres sur La Guerre civile, qui semblent avoir été publiés, dans un état d'inachèvement relatif, après sa mort, par Antoine d'abord, qui détenait tous ses papiers, puis par Hirtius, un fidèle collaborateur, qui fit reprendre depuis le début toute l'édition de La Guerre des Gaules et en écrivit un huitième livre (années 51 et 50) pour assurer la continuité des commentaires césariens.

Ces récits étaient pour César un moyen de rester présent dans l'opinion, soit quand il était retenu en Gaule, soit quand il allait partir pour une longue expédition orientale. Grand fut le succès de La Guerre des Gaules dans le milieu politico-littéraire que constituaient sénateurs et chevaliers participant aux affaires. La forme leur était accessible comme l'est aux modernes celle d'un article de revue. Les Romains appelaient commentarius (même racine que reminiscor ou memini « je me souviens ») tout écrit destiné à conserver une documentation. Les commentarii sont des mémoires, des carnets. S'ils constituent un genre, imité entre autres par Blaise de Montluc, c'est grâce à la réussite de César.

Une chronique dépouillée

Arguant d'un usage contemporain, César présenta La Guerre des Gaules comme un canevas qu'il invitait les historiens professionnels à rehausser. Ce faisant, il atteint un équilibre parfait entre narration dépouillée et embellissement oratoire, au moment même où le genre historique cherche à Rome sa forme. La méthode de travail est, elle aussi, intermédiaire. Alors qu'un historien élabore des matériaux provenant d'autrui, César mémorialiste fait entrer le contenu de ses dossiers dans des livres de forme annalistique, l'annalistique étant à Rome le cadre traditionnel des plus vieilles chroniques, où la matière est répartie, découpée année par année, saison par saison. Le cadre de La Guerre civile est un peu différent, puisque les deux premiers livres correspondent à la seule année 49, mais certains manuscrits les présentent comme un livre unique, indice d'une hésitation qui remonte peut-être à César lui-même, dont la manière aurait commencé à évoluer.

Le dossier comprenait entre autres un journal de marche, reconnaissable à travers le début de La Guerre civile, des lettres ou rapports reçus de divers officiers et le double des rapports officiels de César au Sénat. L'existence de tels rapports est garantie par d'autres sources (Cicéron, Tite-Live). Suétone précise que César donna à ses rapports une ampleur comparable à celle de mémoires, memorialis libellus. L'auteur disposait de scribes, d'officiers, d'amis comme Hirtius, habitués à ces travaux d'état- [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

César, buste en marbre

César, buste en marbre
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

César en Gaule

César en Gaule
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

César en Gaule

César en Gaule
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Caen
  • : professeur à la faculté des lettres, université Jean-Moulin

Classification

Autres références

«  CÉSAR (101-44 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CÉSAR FRANCHIT LE RUBICON

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 220 mots
  •  • 1 média

Le franchissement du Rubicon par César marque le début de la guerre civile qui va l'opposer à Pompée. En janvier — 49, le commandement de César en Gaule expire. Afin d'éviter de se retrouver sans magistrature, ce qui le livrerait sans armes à ses ennemis, celui-ci demande une proroga […] Lire la suite

ALÉSIA

  • Écrit par 
  • Michel REDDÉ
  •  • 1 048 mots
  •  • 2 médias

Premier site de l'histoire de la nation française, Alésia a été rendu célèbre par le fameux passage de la Guerre des Gaules (VII, 68-89) dans lequel César met en scène la défaite de Vercingétorix en 52 avant J.-C. Devenu « lieu de mémoire » et symbole national de la résistance à l'invasion, tout particulièrement depuis le xix e  siècle, Alésia n'allait cesser d'être aussi un de ces sujets de quer […] Lire la suite

AMBIORIX (Ier s. av. J.-C.) roi des Éburons

  • Écrit par 
  • Paul QUENTEL
  •  • 237 mots

« Roi [de la région] à l'entour », c'est-à-dire des deux tribus des Éburons, Ambiorix est un des principaux chefs gaulois dont la révolte a, en quelque sorte, préparé celle de Vercingétorix. Les rébellions se succédaient en Gaule depuis ~ 58. Cette année-là, César dut affronter Dumnorix ; en ~ 57, les Belges unis aux hommes de la Celtique ; en ~ 56, les Armoricains ; en ~ 55, il dut prévenir une a […] Lire la suite

ANTOINE ou MARC ANTOINE, lat. MARCUS ANTONIUS (83-30 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 660 mots

Marc Antoine, général et homme politique des dernières années de la République romaine, est resté dans l'histoire comme le fidèle lieutenant de Jules César, qui tomba amoureux de la reine d'Égypte Cléopâtre et fut vaincu par Octave (futur empereur Auguste) à la bataille d'Actium (31 av. J.-C.). À travers les portraits que les historiens en tracent, Marc Antoine apparaît comme une sorte de force de […] Lire la suite

AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET
  •  • 6 061 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] C. Octavius naquit à Rome en septembre 63, sous le consulat de Cicéron. Son père, C. Octavius, alors ancien édile, devait devenir préteur en 61 et proconsul de Macédoine en 60-59 ; tout indiquait qu'il accéderait un jour au consulat, mais la mort l'en empêcha. La famille, cependant, n'appartenait pas à la noblesse : C. Octavius, le père, était un homo novus , originaire de Velletri ( Vellitrae ), […] Lire la suite

BIBRACTE

  • Écrit par 
  • Vincent GUICHARD
  •  • 991 mots

Pour Jules César, Bibracte est « de beaucoup la plus grande et la plus riche ville des Éduens » (César, Bellum Gallicum , I, 23). Elle fut le lieu de différents épisodes importants de la Guerre des Gaules : César défait le peuple helvète à sa proximité en 58 avant J.-C., une coalition gauloise menée par Vercingétorix s'y lie contre l'envahisseur romain pendant l'hiver 53-52 ; le général romain y s […] Lire la suite

BRUTUS MARCUS JUNIUS (85-42 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 555 mots

Fils de Servile, une sœur de Caton d'Utique, et d'un Brutus partisan de Marius qui fut tué par Pompée après le siège de Modane, Brutus est peut-être aussi le descendant de celui qui fut un des fondateurs de la République romaine et qui contribua en ~ 509 à la chute des rois Tarquins. Plutarque, qui lui a consacré une de ses biographies dans ses Vies des hommes illustres , le montre orphelin, élevé […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Évolution du calendrier romain »  : […] Un dicton très populaire dit que : « À la sainte-Luce les jours allongent d'un saut de puce ». La sainte-Luce se fêtant le 13 décembre, cela est faux, car la durée du jour est la plus courte au solstice d'hiver, ce qu'il est facile de vérifier sur tout calendrier. Cette tradition populaire est une survivance du calendrier julien, qui a été réformé en 1582 sur ordre du pape Grégoire XIII pour donn […] Lire la suite

CASSIUS LONGINUS CAIUS (mort en 42 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 452 mots

Issu d'une ancienne famille de Rome, Cassius — au lendemain du désastre de Carrhae contre les Parthes, où périt Crassus, l'un des triumvirs (~ 53) — réussit l'exploit de rassembler les débris de l'armée romaine et de lui faire effectuer une brillante retraite. Installé en Syrie, en qualité de questeur faisant fonction de préteur, Cassius ne se laisse pas intimider par les Parthes et refoule en par […] Lire la suite

CATON D'UTIQUE (95-46 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 335 mots
  •  • 1 média

Arrière-petit-fils de Caton l'Ancien, Marcus Portius Cato, dit Caton d'Utique, est devenu au cours de la période qui précède la prise du pouvoir par César le symbole de la République romaine vertueuse et agonisante . Caton d'Utique ne se contente pas seulement, comme le fit son bisaïeul, d'exiger de la cité et des citoyens une intégrité morale au-dessus de tout soupçon, une droiture intellectuelle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 juin 2020 États-Unis – Syrie. Entrée en vigueur de lourdes sanctions américaines contre Damas.

À l’image des lois régissant les sanctions américaines contre l’Iran, la loi César autorise notamment le gouvernement américain à poursuivre tout individu ou toute entité, quelle que soit sa nationalité, qui « apporte un soutien significatif au gouvernement syrien, financier, matériel ou technologique, ou qui conduit des transactions significatives avec celui-ci ». […] Lire la suite

20 décembre 2019 États-Unis – Syrie. Adoption de nouvelles sanctions contre Damas.

Ces nouvelles sanctions résultent des révélations sur les crimes du régime syrien apportées par les dizaines de milliers de photographies prises dans les prisons du régime par un photographe légiste syrien connu sous le nom de code « César ».  […] Lire la suite

12-15 février 2019 France – Allemagne. Arrestation d'anciens membres des services de renseignement syriens.

Les justices allemande et française s’appuient sur le dossier « César », pseudonyme d’un photographe de la police militaire syrienne qui a fui son pays en juillet 2013 avec cinquante mille photos de détenus morts dans les prisons syriennes depuis le début du conflit en 2011, ainsi que sur les plaintes déposées auprès du parquet de Karlsruhe (Bade-Wurtemberg) par des réfugiés syriens. […] Lire la suite

5 novembre 2018 France – Syrie. Délivrance de mandats d'arrêt contre trois responsables des services de renseignement syriens.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de l’information judiciaire ouverte en octobre 2016 à partir du dossier « César », pseudonyme d’un photographe de la police militaire syrienne qui a fui en juillet 2013 en emportant cinquante mille photos témoignant des atrocités commises dans les prisons de son pays. L’information judiciaire était également motivée par la plainte d’un Franco-Syrien vivant en France, dont deux proches ont disparu en Syrie en novembre 2013. […] Lire la suite

7-11 mars 2018 Colombie. Déroute électorale de la FARC.

Le 11, le Parti libéral (centre gauche) de l’ancien président César Gaviria arrive en tête aux élections législatives avec 16,6 p. 100 des suffrages et 35 sièges sur 166 – il obtient également 14 sièges sur 102 aux élections sénatoriales. Le Centre démocratique (conservateur) de l’ancien président Álvaro Uribe progresse fortement avec 16,2 p. 100 des voix et 32 députés – ainsi que 19 sénateurs –, tout comme le Changement radical (libéral) de l’ancien vice-président Germán Vargas Lleras qui totalise 14,2 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude NICOLET, Michel RAMBAUD, « CÉSAR (101-44 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar/