CERVEAU ET LANGAGE ORAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Les aires du cortex cérébral impliquées dans la perception de la parole

Les aires du cortex cérébral impliquées dans la perception de la parole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Décours temporel des ondes électriques cérébrales impliquées dans le codage de la parole

Décours temporel des ondes électriques cérébrales impliquées dans le codage de la parole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Les deux voies de la compréhension de la parole

Les deux voies de la compréhension de la parole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les principales aires du langage à la surface du cortex de l’hémisphère cérébral gauche

Les principales aires du langage à la surface du cortex de l’hémisphère cérébral gauche
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Bases cérébrales du développement du langage oral

L’étude des bases fonctionnelles et cérébrales de l’ontogénie du langage s’est effectuée à l’aide de paradigmes issus de la psychologie expérimentale adaptés au comportement du tout jeune enfant, de méthodes de neurophysiologie (potentiels évoqués, imagerie optique) et d’imagerie cérébrale (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, IRMf). Ces travaux ont permis de montrer, à des âges de plus en plus précoces, l’existence de capacités de perception – et parfois leurs corrélats neuronaux – spécifiques à la parole humaine, à la voix de la mère, à la prosodie et à la phonologie propre à la langue maternelle. Ces données montrent une capacité de perception qui précède les capacités d’expression de la parole.

Si, dès la naissance, et par la suite au cours du développement, on identifie des aires cérébrales spécialisées dans le traitement du langage, les structures impliquées et la dynamique de leurs activations ne sont pas immédiatement identiques à celles de l’adulte ; le langage s’installe progressivement dans le cerveau sous l’influence des interactions avec l’environnement linguistique auquel l’enfant est soumis.

Tout un courant de recherches a permis de caractériser les réponses neurophysiologiques, précoces et spécifiques à la perception du langage oral par le cerveau du nouveau-né et du jeune bébé.

Les cortex temporal supérieur et frontal postéro-inférieur des hémisphères cérébraux montrent très précocement des réponses au signal de parole. Dans l’hémisphère droit, des réponses aux éléments prosodiques ont été enregistrées, alors que les régions homologues de l’hémisphère gauche montrent très précocement des réponses spécifiques aux éléments phonologiquement distinctifs, d’abord pour les syllabes et les voyelles, ensuite pour les consonnes. Une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur de neurologie, université de Lausanne (Suisse), directeur de recherche à l'INSERM

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François DÉMONET, « CERVEAU ET LANGAGE ORAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-langage-oral/