CERTITUDE

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Du langage ordinaire au langage philosophique »  : […] Que les mots philosophiques en général et le mot « croyance » en particulier comportent plusieurs significations s'explique aisément. D'abord, le langage philosophique, en dépit de son voisinage avec le langage des sciences et de l'attraction exercée par l'idéal d'univocité de ce langage, n'est jamais tout à fait coupé du langage ordinaire dont tous les mots usuels sont chargés de significations m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_87097

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première des certitudes »  : […] Mais il est aussi provisoire. Sa fin est de préparer les voies de la certitude, en éliminant de la science tout ce qui n'est que probable. Et, la multiplicité contradictoire de nos opinions étant rejetée, le doute rendra possible une philosophie une , et pouvant se dérouler selon l'ordre. Au reste, le doute a pour conséquence immédiate la découverte de la première des vérité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_87097

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] Toute épistémologie est tenue de décider de deux problèmes : comment la certitude peut-elle être atteinte dans la connaissance scientifique – problème que l'on a coutume d'indexer sous le titre de « problème des fondements » –, et comment la découverte est-elle possible, découverte qui s'insère dans un mouvement spécifique résumé dans le terme de « progrès ». C'est la réponse à cette seconde inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_87097

IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Dominique LECOURT
  •  • 3 909 mots

Dans le chapitre « La certitude cartésienne et le médiateur transcendant »  : […] La philosophie cartésienne s'adosse à une découverte scientifique, celle de la géométrie algébrique, ou « géométrie analytique ». L'essentiel de cette découverte est consigné dans le Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences . Constatant que les méthodes algébriques s'appliquaient aussi bien à la géométrie qu'à l'arithmétique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immediat/#i_87097

MARQUE, marketing

  • Écrit par 
  • Jean-Noël KAPFERER
  •  • 6 498 mots

Dans le chapitre « De la marque au contrat »  : […] La marque ne devient elle-même qu'à partir du moment où une part importante du public associe ce nom à des satisfactions quasi certaines. L'essence de la marque est de fournir une certitude. L'aversion des clients pour l'incertitude est la clé du pouvoir des marques. La marque promet non pas le meilleur, mais le certain. Toshiba ne fabrique pas nécessairement les meilleurs ordinateurs, ni Intel l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marque-marketing/#i_87097

PERCEPTION

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 093 mots

Dans le chapitre « Référence sensible et référence rationnelle »  : […] L'opposition cartésienne entre la pensée et l'étendue est le résultat d'un scepticisme fondamental au sujet des certitudes fournies par l'activité sensorielle. Celle-ci fournit le point de départ des adaptations aux situations de la vie ordinaire et fonde une physique naïve, c'est-à-dire une physique liée aux actions biologiques de l'organisme dans son milieu. Cette physique, que l'on pourrait as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception/#i_87097

PROBABILITÉ SUBJECTIVE

  • Écrit par 
  • John COHEN
  •  • 4 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « prise de risque » »  : […] Sous la forme la plus simple, le risque désigne le niveau d'incertitude subjective à partir duquel un individu est prêt à s'engager dans une action particulière. De deux sujets qui sont prêts à s'engager dans l'action, celui qui pense qu'il a 5 chances sur 10 de succès (ψ = 0,5) prend un risque plus grand que celui qui pense avoir 7 chances sur 10 de succès (ψ = 0,7). Ainsi donc, dans ce cas parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilite-subjective/#i_87097

SCEPTICISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 7 740 mots

Dans le chapitre « Christianisme et scepticisme »  : […] Le premier philosophe à avoir repris aux Grecs et à avoir en quelque sorte vécu de nouveau l'expérience du doute est saint Augustin . Une grande part de son œuvre est consacrée à une mise en lumière des raisons qu'on pourrait avoir de mettre les connaissances humaines en doute. Le dialogue Contre les Académiciens contient dans sa troisième partie toute la matière des raisons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scepticisme/#i_87097

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « épistémologique » : Descartes »  : […] La psychologie de la volonté a reçu une impulsion toute différente, parfois en conjonction avec la spéculation précédente, de la réflexion sur l'erreur. Cette réflexion n'est pas sans relation avec la méditation antérieure sur le mal. Elle s'en distingue, néanmoins, en ce qu'elle déplace l'accent de l'éthique sur l'épistémologie. L'enquête sur la volonté est un moment dans l'entreprise de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_87097