CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout ce que vous voulez savoir sur la femme

La prohibition à Chicago en 1929. Les bandes rivales s'exterminent les unes les autres. Deux modestes musiciens de jazz – un saxophoniste, Joe, et un contrebassiste, Jerry – sont les témoins involontaires du fameux massacre de la Saint-Valentin. Ils sont découverts et menacés de mort par le terrible Spats Colombo, chef de bande particulièrement cruel. Pour fuir et ne pas être reconnus, ils se travestissent en musiciennes et se font engager dans un orchestre féminin qui part le soir même en tournée pour la Floride. Ils vont se lier d'amitié avec la jeune chanteuse de l'orchestre, Sugar, aussi sentimentale que jolie, mais très déçue par ses expériences amoureuses antérieures, notamment avec les saxophonistes auxquels elle ne peut résister. Arrivé à Miami, Joe-Josephine se travestit en Shell Junior, jeune millionnaire à lunettes, correspondant au portrait idéal que lui a confié Sugar.

Simultanément, un richissime héritier, Osgood Fielding, arrive en Floride et tombe sous le charme de Jerry-Daphne. Osgood possède un yacht, élément qui complète à merveille la panoplie de Shell Junior dans sa stratégie de séduction. Pendant que Jerry-Daphne est resté(e) à terre pour danser le tango avec Osgood, Joe-Shell Junior séduit la naïve Sugar au bord du yacht. Le jour même, un faux festival d'opéra italien masque un congrès de la mafia de Chicago avec la participation de Spats Colombo. Les deux compères sont identifiés par les gangsters qui se lancent à leur poursuite. Ils se réfugient à bord du yacht d'Osgood, où celui-ci demande la main de Jerry-Daphne. Quand Daphne lui avoue être un homme, il lui répond simplement : « Personne n'est parfait. »

Certains l'aiment chaud, B. Wilder

Photographie : Certains l'aiment chaud, B. Wilder

Certains l'aiment chaud (1959), de Billy Wilder, avec Marilyn Monroe, Jack Lemmon et Tony Curtis. 

Crédits : Everett Collection/ Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CERTAINS L'AIMENT CHAUD, Billy Wilder  » est également traité dans :

CURTIS TONY (1925-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 590 mots
  •  • 1 média

Tony Curtis, de son vrai nom Bernard Schwartz, naît le 3 juin 1925 dans une famille juive d'origine hongroise qui habite le quartier new-yorkais du Bronx. Son enfance tourmentée, marquée par la pauvreté, la schizophrénie de sa mère et de son frère, et l'antisémitisme ambiant, l'entraînera un temps dans la délinquance. Après avoir servi dans la marine au cours de la Seconde Guerre mondiale, il étud […] Lire la suite

MONROE MARILYN (1926-1962)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 604 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le désir d'être actrice »  : […] Mais Marilyn Monroe ne se satisfait pas de cet amour superficiel et de cette gloire qu'elle pressent éphémère. Elle veut qu'on l'aime pour son intelligence, pour son âme, pour son talent d'actrice. La plus grande star du moment se faufile dans les derniers rangs des cours de Lee Strasberg à l'Actors Studio de New York et apprend son métier avec le dévouement appliqué d'une bûcheuse. Avec Sept Ans […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel MARIE, « CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/certains-l-aiment-chaud/