GALLO-ROMAINE CÉRAMIQUE SIGILLÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À toutes les époques, les potiers se sont installés dans des régions riches en argile, en eau et en bois. À certains moments, les ateliers ont pu se trouver disséminés en de nombreuses unités de production. À d'autres, ils ont pu se trouver regroupés à proximité des agglomérations qu'ils étaient chargés de fournir. Mais, à l'extrême fin de l'époque gauloise et à l'époque gallo-romaine (~ ier-ive s.), les artisans potiers se sont retrouvés dans des secteurs géographiques bien déterminés, dans des ateliers regroupés en officines. Ce phénomène, apparu à la fin de l'indépendance, et qui se développa au ier siècle, doit être expliqué par deux raisons principales : d'abord, la céramique de bonne qualité, bien cuite et bien décorée, est un produit de haut niveau technique, qui réclame un assez long apprentissage et des méthodes de travail rigoureuses. Ensuite, l'influence culturelle de l'Italie, dès avant la conquête et à plus forte raison dans la civilisation gallo-romaine, impose le goût de la pièce « standard », fabriquée selon des normes bien établies jusque dans le décor : la céramique à l'époque gallo-romaine obéit aux lois de la mode, où l'on fabrique quantité d'exemplaires d'un modèle, jusqu'à ce qu'un autre le supplante. Des ateliers fabriquent la céramique commune, très bien cuite, en pâte généralement grise ou blanche, parfois décorée. On ne saurait appeler céramique commune des vases à pâte très fine, quelquefois engobés, produits par de grands ateliers. On restreint toutefois le terme d'officines céramiques, à l'époque gallo-romaine, aux centres de production de céramique sigillée. Celle-ci est une céramique de pâte très fine, décorée au moule et cuite à très haute température, recouverte d'un engobe généralement rouge. Les premières officines sont situées dans des endroits qui avaient produit de la céramique gauloise de luxe : La Graufesenque, Montans, puis Banassac (dans le midi de la Gaule). La sigillée qui y est produite s'inspire encore beaucoup à ses débuts de la céramique dite arétine, fabriquée à Arezzo et à Pouzzoles. Mais, au cours du ier siècle, les modèles gaulois supplantent les modèles italiens. Une véritable industrie de série s'élabore. Le décor des vases est alors essentiellement à base de motifs floraux. À la fin du ier siècle, les grands centres de production se déplacent vers le Massif central. Lezoux est le plus important. Vers 120, les officines méridionales disparaissent devant la concurrence de Lezoux. Par contre, des officines s'installent aux Martres-de-Veyre, à Vichy, à Lubié, à Gueugnon. Le iie siècle est la grande époque de la sigillée. Les formes sont bien définies. Les décors floraux et géométriques se mêlent à des représentations humaines et animales, selon des principes de composition extrêmement stricts. Les températures de cuisson obtenues sont étonnamment élevées. Lezoux et les ateliers du Centre exportent non seulement en Gaule, mais dans tout l'Empire romain et parfois au-delà du limes. Toutefois, dès le iie siècle, des officines s'installent dans le nord-est de la Gaule : dans l'Yonne, mais surtout en Argonne et en Rhénanie. Leur production est de moins bonne qualité que celle des officines du Centre. D'abord destinée au marché local, elle est, au début du iiie siècle, largement exportée. D'ailleurs, les officines du centre de la Gaule disparaissent vers 250 ou 275, sans doute en raison des premières invasions barbares. La fin du iiie siècle marque une quasi-disparition des officines. Celles-ci réapparaissent pourtant au ive siècle dans la Gaule du Nord-Est. Mais la technique de travail est bien différente : si de nombreuses formes sigillées sont conservées, si la pâte est à peu près identique, l'engobe est de qualité très médiocre, la température de cuisson bien moindre, et surtout le décor n'est plus moulé, mais effectué à la molette. Cette céramique de mauvaise qualité est exportée dans toute la moitié nord du pays. Il faut signaler en outre une céramique sigillée à pâte grise, à décor estampé, fabriquée et utilisée dans les pays riverains de la Méditerranée. La sigillée grise fut encore fabriquée au ve siècle. La sigillée rouge, ou plutôt orangée, semble avoir disparu au vie siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : conservateur en chef du musée des Antiquités nationales, Saint Germain en Laye

Classification

Autres références

«  GALLO-ROMAINE CÉRAMIQUE SIGILLÉE  » est également traité dans :

DÉCHELETTE JOSEPH (1862-1914)

  • Écrit par 
  • Alain DUVAL
  •  • 368 mots

Fondateur de l'archéologie française moderne, Joseph Déchelette, né à Roanne d'une grande famille de facturiers, se retire des affaires en 1899 pour se consacrer à l'archéologie. Il était conservateur du musée de Roanne depuis 1892. Grand voyageur, il assiste à de nombreux congrès, visite les musées européens et les chantiers de fouilles ; il est en relation avec les sociétés savantes européennes […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les industries »  : […] Il est paradoxal de constater combien précaires et mal construites sont les installations industrielles, alors que c'est de l'industrie que l'économie gauloise tire ses plus larges profits. L' artisanat est pratiqué dans les faubourgs suburbains ou dans les bourgades artisanales spécialisées, souvent établies le long des routes. Les ateliers et les demeures voisines sont la plupart du temps en boi […] Lire la suite

POTERIE

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET, 
  • Jeanne GIACOMOTTI, 
  • Henri MORISSON
  •  • 9 207 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Monde égéen et monde gréco-romain »  : […] Depuis l'Anatolie, l'art de la poterie gagna tout le bassin de la mer Égée, qui peut être considéré comme le berceau de la céramique européenne. L'évolution de la poterie égéenne préhellénique correspond aux trois grandes phases proposées par John Evans au début du xx e  siècle, l'Égéen ancien, moyen et récent couvrant une période qui s'étend approximativement de 3000 à 1400 avant J.-C. Un rôle ca […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain DUVAL, « GALLO-ROMAINE CÉRAMIQUE SIGILLÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ceramique-sigillee-gallo-romaine/