CÉPHALOPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologie

Le Nautile, la Spirule et la Seiche, qui possèdent un phragmocône cloisonné, utilisent celui-ci comme flotteur. Les loges renferment, en effet, du gaz, qui allège l'ensemble. En outre, la Seiche est munie d'un dispositif de pompage de liquide vers les loges et hors d'elles, comme certains sous-marins. Le Nautile utilise les propriétés de sa coquille, le siphon réglant la flottaison : il nage tout près du fond (on dit qu'il est nektobenthonique) ou s'ancre par ses tentacules, le jour, dans la zone bathyale, jusqu'à 700 m de profondeur, et remonte vers la côte, la nuit. Il se nourrit de petits Crustacés et de déchets. Son habitat est restreint au sud-ouest du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Guinée, îles Loyauté et Bismarck) ; il atteint exceptionnellement l'Australie, le détroit de Macassar, les Philippines et les Fidji. Ses coquilles vides flottent jusqu'au Japon et à Madagascar. La Spirule hante toutes les mers et s'y tient entre 200 et 1 200 m de profondeur.

Les loges renferment, sur une certaine hauteur, un liquide isotonique à l'eau de mer. L'épithélium limitant le siphon permet un va-et-vient osmotique des ions Na+, Cl-, Ca++, CO3--, entre ce liquide et les lacunes sanguines du siphon. Le pompage (passif) des ions par le siphon diminue avec l'âge, si bien que le niveau du liquide caméral baisse au cours de la croissance. Ce système, qui suit le gradient de salinité, c'est-à-dire la concentration en sels, aboutit à une flottaison neutre, mais il aide aussi à la migration verticale : par exemple, le rejet du liquide caméral s'accélère au moment de la montée, jusqu'à l'obtention d'un équilibre entre la pression à l'intérieur des loges et la pression externe nouvelle. Enfin, entre la sécrétion de 2 cloisons successives, induites à partir du liquide caméral, une période de 13 à 30 jours est le minimum de temps nécessaire pour augmenter la pression gazeuse à l'intérieur de la nouvelle loge ainsi délimitée.

La vie de la plupart des Coléoïdés se passe dans les herbiers li [...]


Médias de l’article

Spirula

Spirula
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nautilus

Nautilus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nautile

Nautile
Crédits : James Randklev/ The Image Bank/ Getty Images

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CÉPHALOPODES  » est également traité dans :

AMMONOÏDÉS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 1 427 mots
  •  • 7 médias

Les Ammonoïdés (sens large) sont des Mollusques Céphalopodes constituant une sous-classe entièrement fossile. Ce groupe, géologiquement très important, comprendrait environ 10 000 espèces qui vécurent entre le Dévonien inférieur et la fin du Crétacé. Connues autrefois sous le nom de cornes d'Ammon, les Ammonites, proches des Nautiles, en ont été séparées par Lamarck. Leur coquille, enroulée à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammonoides/#i_7746

MÉSOZOÏQUE ou ÈRE SECONDAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 8 315 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La vie »  : […] Dans le domaine marin, la vie au Mésozoïque est très diversifiée. Les principales classes de mollusques sont bien représentées (lamellibranches, gastéropodes) mais ce sont les céphalopodes qui caractérisent cette ère. Parmi eux, les bélemnites, qui ressemblaient probablement aux seiches actuelles, proliféraient. On retrouve fréquemment leur rostre calcitique fossilisé. Les ammonites, quant à elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesozoique-ere-secondaire/#i_7746

MOLLUSQUES

  • Écrit par 
  • André FRANC
  •  • 9 401 mots
  •  • 11 médias

L' embranchement des Mollusques est l'un des plus diversifiés de toute la zoologie, car il englobe plusieurs catégories bien distinctes d'espèces animales, qui toutes cependant répondent aux mêmes critères fondamentaux. Ces catégories forment pour les Mollusques actuels sept classes d'importance numérique très inégale, que l'on désigne comme Aplacophores, Polyplacophores, Monoplacophores, Bivalve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mollusques/#i_7746

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Particularités biologiques »  : […] Parmi les espèces nectobenthiques qui se déplacent entre le fond et la pleine eau, certaines crevettes de la famille des pénéides qui vivent sur la partie supérieure du talus continental, benthiques le jour, deviennent nectoniques la nuit ; elles se nourrissent alors abondamment de diverses espèces planctoniques (des euphausiacés, en particulier). Toutefois, la plupart des Pénéides, et notamment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-pelagique/#i_7746

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 290 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Macrophages »  : […] Les macrophages se rencontrent surtout parmi les espèces relativement mobiles : poissons, grands crustacés décapodes, mollusques céphalopodes, qui chassent, ou guettent à l'affût, des proies très diverses. Les poissons benthiques se nourrissent le plus souvent de mollusques (surtout bivalves), d'annélides polychètes et de crustacés ; les crustacés décapodes macrophages mangent plutôt des vers ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-benthique/#i_7746

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Invertébrés »  : […] Dans le domaine zoologique, on connaît des formes lumineuses depuis les Protozoaires jusqu'aux Poissons inclus, dans treize des vingt-cinq phylums majeurs. Les Protistes lumineux appartiennent soit aux Radiolaires (exclusivement marins), soit aux Dinoflagellés marins. Lorsque les conditions écologiques sont favorables, ils peuvent former des populations considérables (marées rouges). Une perturb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photogenese-biologie/#i_7746

Voir aussi

VIE AQUATIQUE    COLÉOÏDES    HECTOCOTYLE    PIEUVRE ou POULPE    SÉPIA

Pour citer l’article

Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, « CÉPHALOPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cephalopodes/