CÉPHALOPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Spirula

Spirula
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nautilus

Nautilus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nautile

Nautile
Crédits : James Randklev/ The Image Bank/ Getty Images

photographie


Coquille

À l'exception des Pieuvres, les Céphalopodes possèdent une coquille. Chez les Nautiles, elle est externe, composée par un tube cloisonné, en aragonite, à couleur interne nacrée, le phragmocône. L'animal, qui adhère par une série de muscles (ventraux, dorsaux ou latéraux) à la dernière cloison, est entièrement contenu dans la loge d'habitation qui lui fait suite. Le corps présente cependant un prolongement postérieur du manteau, le siphon, qui sécrète un tube traversant le phragmocône.

Chez les Coléoïdes, dont la coquille est interne, le phragmocône est restreint (coquille de la Spirule, « os » de Seiche), mais des formations différentes se développent : le rostre de calcite des Bélemnites, en arrière, et le proostracum, qui prolonge la coquille vers l'avant et donnera la « plume » des Calmars.

Le phragmocône est l'équivalent de l'ostracum des autres Mollusques.

Chez les Orthocères, Nautiloïdes à coquille droite du Paléozoïque, il existe parfois une couche calcitique externe. Dans les formes plus récentes, seul le rostre des Bélemnites est en calcite.

Dans les Nauliles actuels, la formation de l'ostracum est précédée par une couche organique noire. Au-dessous de celle-ci, l'ostracum, porcelané, est formé de grains d'aragonite en aiguilles fasciculées inclus dans une matrice de conchyoline ; on passe ensuite à l'hypostracum de nacre formée d'empilements de cristaux hexagonaux d'aragonite soudés par de la conchyoline, au-dessous duquel se situe encore une fine couche de conchyoline, particulièrement au niveau du myotest (insertion des fibres musculaires).

Dans la Seiche, la coquille (sépion) est sécrétée par l'épithélium ventral. Les lamelles, équivalents des septes des Nautiles, sont serrées, unies entre elles par des piliers, et admettent entre elles des lamelles intermédiaires. Les espaces qui les séparent sont remplis de gaz (97 p. 100 d'azote). Chaque pilier est composé de fines plaquettes d'aragonite empilées. L'ensemble est couvert d'une couche granuleuse.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CÉPHALOPODES  » est également traité dans :

AMMONOÏDÉS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 1 430 mots
  •  • 7 médias

Les Ammonoïdés (sens large) sont des Mollusques Céphalopodes constituant une sous-classe entièrement fossile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammonoides/#i_7746

MÉSOZOÏQUE ou ÈRE SECONDAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 8 319 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La vie »  : […] de mollusques sont bien représentées (lamellibranches, gastéropodes) mais ce sont les céphalopodes qui caractérisent cette ère. Parmi eux, les bélemnites, qui ressemblaient probablement aux seiches actuelles, proliféraient. On retrouve fréquemment leur rostre calcitique fossilisé. Les ammonites, quant à elles, majoritairement caractérisées par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesozoique-ere-secondaire/#i_7746

MOLLUSQUES

  • Écrit par 
  • André FRANC
  •  • 9 405 mots
  •  • 13 médias

que l'on désigne comme Aplacophores, Polyplacophores, Monoplacophores, Bivalves (moules, huîtres), Gastéropodes (escargots, limaces), Céphalopodes (calmars, seiches), Scaphopodes (dentale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mollusques/#i_7746

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 200 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Particularités biologiques »  : […] La biologie des céphalopodes nectoniques, vulgairement groupés sous le nom de calmars, est encore très mal connue. Certaines espèces sont nectobenthiques le jour et nectoniques la nuit. Ce sont des prédateurs, s'attaquant principalement, grâce à leur nage rapide, aux poissons pélagiques (maquereaux, clupéidés...). L'espèce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-pelagique/#i_7746

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 290 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Macrophages »  : […] parmi les espèces relativement mobiles : poissons, grands crustacés décapodes, mollusques céphalopodes, qui chassent, ou guettent à l'affût, des proies très diverses. Les poissons benthiques se nourrissent le plus souvent de mollusques (surtout bivalves), d'annélides polychètes et de crustacés ; les crustacés décapodes macrophages mangent plutôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-benthique/#i_7746

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 865 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Invertébrés »  : […] Parmi les Céphalopodes, on estime que 57 p. 100 des Œgopsides et 11 p. 100 des Myopsides sont lumineux. Il s'agit presque toujours de formes de profondeur, fragiles, difficiles à capturer, jamais abondantes, et dont l'inventaire est toujours en cours. La diversité de leurs appareils à lumière est prodigieuse ; Vampyroteuthis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photogenese-biologie/#i_7746

Voir aussi

COLÉOÏDES    CONCHYOLINE    COQUILLE    NAUTILE    PHRAGMOCÔNE    SEICHE

Pour citer l’article

Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, « CÉPHALOPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cephalopodes/