CENTRALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Différentes formes d'organisation étatique

On appelle État unitaire celui dans lequel il n'existe qu'une seule volonté politique : la souveraineté interne appartient donc à l'État. S'il n'existe pas d'État purement centralisé, les autres personnes publiques, notamment les collectivités territoriales, ne sont, dans l'État unitaire, qu'une modalité simplement déconcentrée de l'organisation administrative, comme l'illustre le modèle centralisé français, dit aussi jacobin. La plupart des États unitaires se sont constitués, non sans mal, pour imposer une même conception de la politique sur un territoire à une population hétérogène progressivement unifiée.

Sans développer ici la forme disparue des unions d'État – comme l'Union austro-hongroise –, qui associaient plusieurs États gouvernés par un seul souverain, l'État composé de structure élémentaire correspond, lui, à la confédération d'États : celle-ci réunit des États désireux de maintenir leur sécurité contre les agressions extérieures et permet, selon les mots de Jean-Jacques Rousseau, de « réunir la puissance d'un grand peuple avec la police et le bon ordre d'un Petit État ». La plus ancienne est la Confédération suisse. La confédération repose sur un traité international (et non une Constitution) et fonctionne sur le principe de l'unanimité. La confédération semble souvent être une forme juridique de transition dans l'attente d'un arbitrage politique décisif, comme dans le cas en 1777 de la Confédération des treize colonies britanniques insurgées d'Amérique du Nord, de la Communauté française instituée par l'article 1er et par le titre XIII de la Constitution du 4 octobre 1958, ou de la Communauté des États indépendants qui a fait suite à l'U.R.S.S.

Les États composés à structure complexe se sont multipliés, et l'idée fédérale recouvre de fait des États aux systèmes politiques très différents. George [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : docteur en science politique, chargé de recherche au Centre interdisciplinaire pour la recherches comparative en sciences sociales, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

19 novembre 2013 • Népal • Élection d'une Assemblée constituante.

du Congrès, qui regroupe les hindouistes et les hautes castes, arrive en tête, avec 25,6 p. 100 des suffrages et 196 sièges sur 575. Le Parti communiste népalais marxiste-léniniste unifié progresse avec 23,7 p. 100 des voix et 174 élus. Ces deux formations sont favorables au centralisme. Partisan [...] Lire la suite

19-21 juin 1998 • Vatican - Autriche • Visite du pape Jean-Paul II en Autriche.

de démissionner en 1995. Cette affaire et la nomination par Rome de plusieurs évêques ultraconservateurs ont renforcé, parmi le clergé et les fidèles, le mouvement de contestation de la hiérarchie et du centralisme romain baptisé « Nous somme l'Église ». Quoique prônant le « dialogue », le pape n'évoque [...] Lire la suite

29 janvier 1994 • France • Robert Hue élu secrétaire national du Parti communiste.

national – ex-bureau politique –, mais pas Georges Marchais, contrairement à ce qu'il avait annoncé. Les délégués approuvent la réforme des statuts qui prévoit l'abandon du « centralisme démocratique », principe d'organisation des partis communistes empêchant la formation de tendances en leur sein [...] Lire la suite

18-22 décembre 1990 • France • XXVII<SUP>e</SUP> congrès du P.C.F.

soit pourtant représenté dans la même proportion au sein des délégations présentes à Saint-Ouen, en raison des barrages successifs du centralisme démocratique. Charles Fiterman, auteur d'un projet de résolution différent de celui des instances dirigeantes, a ainsi pris la tête des « refondateurs [...] Lire la suite

4-27 février 1990 • U.R.S.S. • Adoption par le Soviet suprême d'un régime présidentiel.

Gorbatchev, résolu à accélérer le changement, préconise l'abolition de l'article 6 – donc l'instauration du multipartisme –, la création d'un poste de président, l'abandon du centralisme démocratique au sein du parti ainsi que la reconnaissance de la propriété privée. Le 7, après trois jours [...] Lire la suite

2-6 mars 1983 • Italie • XVI<SUP>e</SUP> congrès du Parti communiste

Du 2 au 6 se tient, à Milan, le XVIe congrès du Parti communiste italien, qui réélit Enrico Berlinguer à sa tête, et confirme son évolution dans trois directions : le détachement à l'égard de l'U.R.S.S., le rejet du centralisme démocratique qui n'est plus un « principe [...] Lire la suite

1er-11 septembre 1982 • Chine • XII<SUP>e</SUP> congrès du Parti communiste

le peuple palestinien ». Le 6, le congrès adopte ce rapport ainsi que les nouveaux statuts du parti qui entrent aussitôt en vigueur. Ceux-ci renforcent les mécanismes de fonctionnement du centralisme démocratique et de la direction collective. « Toutes les formes du culte de la personnalité [...] Lire la suite

Pour citer l’article

David ALCAUD, « CENTRALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/centralisme/