CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES

BIOLOGIE - Les pratiques interventionnelles

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 6 550 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cellules souches, thérapie cellulaire »  : […] L'existence au sein de tissus adultes de cellules souches capables de régénérer ces tissus, soit de façon régulière – comme c'est le cas pour les cellules souches hématopoïétiques présentes dans la moelle osseuse ou pour l'épithélium intestinal – soit à la suite de lésions ou traumatismes (épiderme, muscles) est connue ou soupçonnée de longue date. Le public est, d'une certaine manière, familiaris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-les-pratiques-interventionnelles/#i_32554

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 006 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le clonage à finalités thérapeutiques chez l'homme »  : […] L'importance de la question éthique soulevée par la perspective d'application du clonage à l'homme a rapidement conduit à distinguer le clonage reproductif, aboutissant à la naissance d'un individu, du clonage non reproductif – dit clonage à finalités thérapeutiques – se limitant à la production de cellules embryonnaires. Dans le premier cas, on laisse le noyau initial participer à toutes les éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clonage/#i_32554

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Généralités »  : […] Chez les organismes multicellulaires, la différenciation est le processus par lequel les cellules se spécialisent dans une fonction en acquérant un type particulier. Cette spécialisation se fait principalement par une utilisation préférentielle de certains gènes. En effet, les cellules d'un même organisme possèdent globalement le même génome (à l'exception des cellules sexuelles, les gamètes, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-animal/#i_32554

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Méthylation de l’ADN »  : […] Le premier niveau est celui de la modification chimique réversible de la molécule d’ADN elle-même. La méthylation de l’ADN correspond à l’ajout d’un groupement méthyle (CH 3 ) à l’une des bases de l’ADN. Cette modification a été proposée comme une marque pouvant réguler l’expression des gènes dès 1975. Elle ne modifie pas la séquence nucléotidique et ne peut pas être décelée par les techniques de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique/#i_32554

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Obtention de souris transgéniques »  : […] Les souris transgéniques ont d'abord été obtenues par micro-injection de gènes clonés dans l'œuf de souris. Cette micro-injection est réalisée, avant la fusion des noyaux d'origine paternelle et maternelle, dans celui des deux noyaux qui est le plus accessible et le plus gros, à savoir (le plus souvent) le pronucleus mâle. La manipulation est réalisée sous microscope à l'aide de deux micromanipula […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genomique-la-transgenese/#i_32554

HWANG AFFAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU
  •  • 640 mots

L'année 2005 a vu, à propos du clonage humain, l'une des fraudes scientifiques parmi les plus spectaculaires de l'histoire de la biologie. Dénommée l'« affaire Hwang » – du nom du chercheur sud-coréen Hwang Woo-suk, vétérinaire de formation, qui en est à l'origine –, elle a d'ores et déjà conduit à jeter un doute sur l'ensemble du système en vigueur assurant la diffusion des informations scientif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-hwang/#i_32554

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Application à la médecine régénérative »  : […] C'est sans doute la fonction régénérante des cellules ES (cellules souches embryonnaires) qui a fait de la thérapie cellulaire un chimérisme porteur de nombreux espoirs. La prise de conscience progressive de la plasticité des cellules ES a d'abord conduit à de nombreux travaux chez l'animal. Ceux-ci ont démontré que les cellules ES étaient effectivement capables de se différencier en types cellul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hybridation/#i_32554

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 601 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les perspectives thérapeutiques nouvelles »  : […] Depuis quelques années, l'amélioration de la compréhension de la physiopathologie des MND et la mise au point de modèles animaux reproduisant la pathologie humaine ont permis le développement de nouvelles approches. Du fait de la similitude des mécanismes pathologiques impliqués, les stratégies thérapeutiques développées pour une maladie pourraient avoir des applications plus larges. – Les approch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-neurodegeneratives/#i_32554

MYOPATHIES

  • Écrit par 
  • Gisèle BONNE, 
  • Valérie DECOSTRE, 
  • Anne LOMBÈS
  •  • 4 234 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La thérapie cellulaire des myopathies »  : […] Le principe consiste en l'injection de cellules (éventuellement modifiées) dans le muscle malade afin d'en compenser les déficiences. Les cellules satellites et les myoblastes, précurseurs des cellules musculaires adultes, ont été les premiers types cellulaires transplantés. Les résultats se sont avérés décevants du fait du rejet des cellules transplantées et de leur faible fusion avec les cellul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myopathies/#i_32554

O.G.M. - Production et utilisation

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 084 mots

Dans le chapitre « Les techniques d'obtention des O.G.M.  »  : […] Un gène est une molécule d'une taille relativement grande et qui ne peut que difficilement entrer spontanément dans une cellule. Divers procédés artificiels doivent donc être mis en œuvre pour favoriser le transfert et l'introduction définitive d'un gène dans un organisme qui deviendra alors transgénique. Ces procédés sont différents selon les espèces auxquelles on s'adresse mais, dans tous les ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/o-g-m-production-et-utilisation/#i_32554

TÉRATOMES ET TÉRATOCARCINOMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Biologie expérimentale des embryons »  : […] Ce sont précisément ces cellules capables de toutes différenciations (totipotentes) qui ont attiré l'attention des biologistes à partir des années 1960. En effet, si les tératomes ont été décrits par les médecins vers 1890, leur étude expérimentale débute vers 1955 lorsque LeRoy Stevens, chercheur au Jackson Laboratory dans le Maine (États-Unis), caractérise une souche de souris qui développe un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teratomes-et-teratocarcinomes/#i_32554

THÉRAPEUTIQUE - Thérapies substitutives et régénératives

  • Écrit par 
  • Didier HOUSSIN
  •  • 4 332 mots

Dans le chapitre « Les perspectives de la thérapie cellulaire par utilisation des cellules souches humaines »  : […] Certaines perspectives d'utilisation de cellules souches humaines concernent la restauration du système hémato-lymphoïde. C'est le cas des tentatives de correction de déficits immunitaires héréditaires combinés sévères par autogreffe de cellules souches hématopoïétiques modifiées in vitro par transgénèse viro-induite, comme dans le déficit en adénosine déaminase ou, plus récemment, dans un défici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-therapies-substitutives-et-regeneratives/#i_32554

YAMANAKA SHINYA (1962- )

  • Écrit par 
  • Kara ROGERS
  •  • 542 mots

Le chirurgien orthopédiste et biologiste japonais Shinya Yamanaka partagea en 2012, avec le biologiste britannique John Gurdon, le prix Nobel de physiologie ou médecine pour avoir découvert que la différenciation des cellules matures était réversible. En insérant des gènes spécifiques dans leur noyau, il les fit en effet revenir au stade de cellules souches pluripotentes, capables de se différen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yamanaka/#i_32554