CELLULELes mouvements

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La locomotion cellulaire

La nage

Les cellules ont une taille qui va du micromètre pour une bactérie (ou cellule procaryote) à quelques dizaines de micromètres pour les cellules eucaryotes (dont l'ADN est isolé du cytoplasme par une enveloppe). Elles sont donc soumises à des contraintes physiques très différentes de celles que peuvent subir des organismes multicellulaires de grande taille : la viscosité de l'eau domine la physique de leur mouvement, alors que c'est l'inertie qui domine celle des organismes. Les cellules doivent, pour se déplacer, s'appuyer en permanence sur l'eau qui les entoure. Elles possèdent pour cela des structures spécialisées, les flagelles ou les cils, dont les mouvements sont entretenus par des mécanismes très différents selon qu'ils appartiennent à des bactéries (procaryote) ou à des cellules eucaryotes.

Les procaryotes

Les bactéries sont si petites (1 micromètre de longueur) qu'elles sont soumises de manière violente à l'agitation thermique du milieu (mouvement brownien). Elles sont pourtant capables de se diriger vers des sources de nourriture ou d'éviter des conditions d'environnement adverses, en se déplaçant à la vitesse considérable, pour leur taille, de 20 à 30 micromètres par seconde. Le plus souvent, elles le font en utilisant des flagelles, qui fonctionnent comme une hélice de bateau. Dans la bactérie intestinale Escherichia coli, par exemple, chaque flagelle est un filament rigide de 14 millièmes de micromètres de diamètre et de 10 micromètres de longueur, qui tourne à la vitesse incroyable de quelque 200 tours par seconde grâce à un petit moteur rotatif inséré dans la membrane et la paroi de la cellule (fig. 2). Le flagelle ayant une forme d'hélice droite, sa rotation, dans le sens des aiguilles d'une montre lorsqu'on regarde de la bactérie vers le flagelle, produit une poussée sur le milieu qui entraîne le déplacement de la bactérie dans le sens opposé à la poussée. Les différents flagelles coopèrent pour produire un mouvement rectiligne de la bactérie [...]

Nage des cellules

Nage des cellules

Dessin

Le flagelle procaryote est l'équivalent d'une hélice de bateau, mue par un moteur rotatif, véritable prodige de nanotechnologie constitué d'un rotor et d'un stator. Le flagelle eucaryote a un diamètre vingt fois supérieur, il est intracellulaire (la membrane de la cellule l'entoure... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Taille des structures en mouvement et vitesses de déplacement correspondantes

Taille des structures en mouvement et vitesses de déplacement correspondantes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nage des cellules

Nage des cellules
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chimiotaxie

Chimiotaxie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. (D.R.C.E.), chef d'équipe Biologie du cycle cellulaire et de la motilité
  • : docteur ès sciences

Classification


Autres références

«  CELLULE  » est également traité dans :

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Tous les organismes sont constitués d'une ou plusieurs cellules, unités élémentaires dont la taille est de quelques dizaines de micromètres (1 μm = 10—3 mm). Bien inférieure au pouvoir séparateur de notre œil, cette petite taille des cellules explique qu'elles n'aient pu être observées avant l'invention du microscope au xviie si […] Lire la suite

CELLULE - La division

  • Écrit par 
  • Marguerite PICARD
  •  • 4 983 mots
  •  • 4 médias

La capacité à croître et à se multiplier est une propriété fondamentale du monde vivant dont la cellule est l'unité de base. Le processus de multiplication procède par divisions cellulaires successives. Il présente deux caractéristiques majeures : il s'agit, dans les conditions normales, d'un phénomène de reproduction conforme, et il est strictement contrôlé […] Lire la suite

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Lacellule est l'unité structurale et fonctionnelle de tous les êtres vivants, unicellulaires comme les bactéries et les levures, ou multicellulaires comme les plantes ou les animaux. Les organismes multicellulaires possèdent jusqu’à plusieurs centaines de types cellulaires diff […] Lire la suite

ADN (acide désoxyribonucléique) ou DNA (deoxyribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Michel DUGUET, 
  • David MONCHAUD, 
  • Michel MORANGE
  • , Universalis
  •  • 10 066 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Enroulement de l’ADN sur lui-même »  : […] Une importante notion découle de la structure en double hélice de l'ADN : les deux brins ne s'étendent pas parallèlement l'un à l'autre, mais sont enchevêtrés. La séparation des brins que nécessite la copie de l'information génétique (réplication ou transcription) ne peut se faire qu'à la condition que l'un des brins tourne autour de l'autre, et cela implique que l'ADN possède des extrémités libre […] Lire la suite

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origine des cellules totipotentes »  : […] Lorsqu'un animal pluricellulaire atteint l'état adulte, la majorité de ses cellules sont spécialisées. Elles sont physiologiquement et morphologiquement différenciées ; elles constituent les tissus et les organes dont cet animal a besoin pour survivre : elles forment ce que l'on appelle le soma (corps) de l'animal. Pour se reproduire, cet animal a besoin de cellules restées appelées totipotent […] Lire la suite

APOPTOSE : UN CONCEPT NOVATEUR

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 300 mots
  •  • 1 média

Comment une cellule meurt-elle ? Ce peut être à la suite d'une agression extérieure traumatique ou infectieuse : elle est alors accompagnée de lésions et d'une réaction inflammatoire locale, en pratique par un phénomène de nécrose. Le grand mérite de John F. Kerr et de ses collaborateurs, dans les années 1960, est d'avoir identifié, sur le plan morphologique d'abord, un phénomène de mort cellulair […] Lire la suite

AQUAPORINES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Les aquaporines sont des protéines qui favorisent le passage des molécules d'eau à travers les membranes cellulaires, réalisant une ingénieuse hydraulique au service des organismes. Un petit sac, au contenu immuable, baignant dans une eau minérale, de composition plus ou moins variable : cela décrit toute cellule, animale ou végétale. Mais certaines cellules sont gorgées d'eau de par leur fonctio […] Lire la suite

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structure anatomique des bactéries »  : […] En microscopie optique, les bactéries apparaissent comme des corpuscules sphériques (coques ou cocci) ou cylindriques à pôles hémisphériques, à axe droit ( bacilles), ou incurvé (vibrions), ou hélicoïdal (spirochètes et tréponèmes), dont la plus grande dimension n'excède généralement pas deux micromètres en moyenne (fig. 1 ). Leur forme est stabilisée par une couche rigide (paroi) entourant le cor […] Lire la suite

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes moléculaires et cellulaires de l'infection »  : […] La connaissance des gènes de virulence et de pathogénicité ainsi que des facteurs intrinsèques et extrinsèques régulant leur expression permet de mieux définir ce qu'est une bactérie pathogène et de la distinguer d'une bactérie opportuniste. Une espèce bactérienne pathogène peut être considérée comme une population issue d'un clone sélectionné au cours de l'évolution afin de pouvoir s'établir dan […] Lire la suite

BIOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 3 873 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Biochimie de l'information »  : […] Cette branche de la biochimie s'intéresse aux mécanismes de communication entre les cellules, ou entre cellules et milieu environnant. Des phénomènes aussi apparemment différents que le chimiotactisme bactérien (pouvoir attractif ou répulsif de certaines substances sur les bactéries) ou le mouvement des spermatozoïdes autour de l'ovule à féconder se traduisent en termes biochimiques très proches. […] Lire la suite

BIOÉNERGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Jacques TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 5 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un échangeur d'énergie : la molécule d'adénosine triphosphate »  : […] L'adénosine triphosphate (ATP) est un mononucléotide diphosphorylé du métabolisme intermédiaire découvert en 1929 par Lohmann. Véritable « monnaie énergétique de la cellule », ce composé assure la fourniture ou la mise en réserve d'énergie dans la plupart des réactions biochimiques. Son rôle dans le transport de radicaux phosphoriques est d'autre part essentiel. […] Lire la suite

BIOLOGIE - L'être vivant

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  • , Universalis
  •  • 5 064 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Unité des êtres vivants »  : […] Le temps des inventaires mettait en évidence la diversité du vivant. La recherche s’est ensuite, d’une certaine manière, surtout attachée à dégager des principes, des mécanismes communs à tous les êtres vivants. En d’autres termes, on cherche à vérifier par anticipation ce que Jacques Monod (1910-1970) énoncera dans les années 1960 avec son apophtegme selon lequel « ce qui est vrai pour le colibac […] Lire la suite

BIOLOGIE - La maintenance de l'organisme

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 2 732 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères du renouvellement »  : […] Le renouvellement biologique, à la fois concept et phénomène expérimental, concerne des ensembles intégrés à divers niveaux : molécule, cellule, organe ou même organisme à l'intérieur d'une population. Outre l'unité d'intégration adoptée, un des motifs d'intérêt de ce concept est son aspect dynamique, c'est-à-dire la détermination de la vitesse avec laquelle s'opère le phénomène. Avant de décrire […] Lire la suite

BIOLOGIE - La biologie moléculaire

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 7 385 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Sophistication de l'expression des gènes eucaryotiques  »  : […] Le principe d'un contrôle de l'expression des gènes, établi chez E. Coli , par des protéines capables de moduler l'accès de l'ARN polymérase à un gène, associé à des variations locales de la structure de l'ADN, est retrouvé chez les eucaryotes. Mais ce contrôle y est devenu d'une complexité très grande. D'abord, pour un gène donné, il existe en général plusieurs régions régulatrices, chacune long […] Lire la suite

BIOLOGIE - La bio-informatique

  • Écrit par 
  • Bernard CAUDRON
  •  • 5 439 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Analyse des transcriptomes et des protéomes  »  : […] Le dogme classique de la biologie moléculaire énonce que les gènes sont transcrits en ARNm qui sont ensuite décodés en protéines. Tous les ARN codés dans le génome ne sont pas des ARNm : nous mentionnerons ici, la présence d'autres types d'ARN, non messagers, et en particulier les ARN ribosomaux, les ARN de transfert qui sont bien connus et, surtout, les ARN dits interférents (ARNi, en anglais siR […] Lire la suite

BLOBEL GÜNTER (1936-2018)

  • Écrit par 
  • Elisabeth BURSAUX
  •  • 460 mots
  •  • 1 média

L'Américain Günter Blobel a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine 1999 pour avoir élucidé le mécanisme qui permet aux protéines de trouver leur destination à l'intérieur de la cellule. Ce biologiste, né le 21 mai 1936 à Waltersdorf, en Silésie alors allemande (aujourd'hui Niegosławice en Pologne) et mort le 18 février 2018 à New York, docteur en médecine de l'université de Tübingen et dipl […] Lire la suite

BRENNER SYDNEY (1927-2019)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 385 mots

Biologiste britannique, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 2002 (conjointement à John Sulston et Robert Horvitz) pour avoir découvert le mécanisme clé, appelé mort cellulaire programmée ou apoptose, par lequel les gènes contrôlent le développement des tissus et des organes. Sydney Brenner est né le 13 janvier 1927 à Germiston (Afrique du Sud). Après avoir obtenu un doctorat à l'université d' […] Lire la suite

CANAUX IONIQUES

  • Écrit par 
  • Laurent COUNILLON, 
  • Mallorie POËT
  •  • 4 294 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Les propriétés électriques des cellules »  : […] L'activité de la Na/K ATPase, la pompe à sodium présente dans chacune de nos cellules, a pour effet de créer de part et d'autre de la membrane un déséquilibre de concentration en ions Na + et K + . S'il existe des pores permettant le passage de ces ions à travers la membrane, ceux-ci auront donc tendance à diffuser jusqu'à ce que leurs concentrations soient identiques de part et d'autre de celle- […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans les organismes multicellulaires animaux ou végétaux, chaque cellule constitue une entité soumise à des mécanismes de contrôle et de régulation rigoureux. Sa vie est régie par les informations qu'elle reçoit constamment des cellules et tissus qui l'environnent ; inversement, elle émet à chaque instant des signaux qui informent les autres cellules sur son activité. Cette communication interc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BORNENS, Matthieu PIEL, « CELLULE - Les mouvements », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/