FREINET CÉLESTIN (1896-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Itinéraire d'un franc-tireur

Célestin Freinet est né en 1896 à Gars, dans les Alpes-Maritimes. Il fait ses études à Grasse, à l'École primaire supérieure, puis à l'École normale de Nice, pour devenir instituteur. Il épouse Élise Lagier en 1926.

Cette région alpine et sauvage dont l'imaginaire ne le quitta jamais, le fit instituteur, communiste « critique », militant avant la lettre des droits de l'enfant et de la différence, acteur engagé de l'école et de la politique éducative française.

La campagne de Maurras et de la droite contre Freinet, alors qu'il est en poste à Saint-Paul-de-Vence, parvient à l'évincer de l'Éducation nationale pour des raisons politiques : c'est « l'affaire de Saint-Paul », qui dure de 1932 à 1933. En 1935, il fonde et construit à Vence, avec de nombreux soutiens – amis, intellectuels, paysans locaux, immigrés et réfugiés –, son école, « Le Pioulier » .

Le 16 mars 1940, en raison de son appartenance au Parti communiste, il est placé en détention dans le camp de d'internement administratif de Saint-Maximin. Libéré en octobre 1941 et placé en résidence surveillée, il participera à l'organisation de la résistance, et deviendra dirigeant du maquis de La Vallouise, jusqu'à la libération de Gap, en 1944. Reconnu par la Résistance, il sera aux côtés de Langevin et Wallon, et de leur Plan de rénovation de l'école, mais là encore en gardant une distance critique.

Nous avons à faire avec Freinet et son mouvement à une véritable refondation de l'école, remise fondamentalement en contact avec la vie et la réalité. Le savoir n'est pas né à l'école. Il vient de la vie quotidienne et de l'intelligence sociale.

Le Pioulier, acquise par l'État, est devenue école publique expérimentale, dirigée par Madeleine Freinet, la fille des Freinet, et Jacques Bens, son mari, et sera inscrit au patrimoine du xxe siècle des Alpes-Maritimes, en 1995.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités en sciences de l'éducation à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  FREINET CÉLESTIN (1896-1966)  » est également traité dans :

OURY FERNAND (1920-1998)

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 1 745 mots

Dans le chapitre « Itinéraire »  : […] Il faut tout d'abord resituer la jeunesse de Fernand Oury dans son contexte, celui de l'entre-deux-guerres et du Front populaire. Ses parents venaient de Nogent-en-Bassigny, le pays de la coutellerie. Son père était ouvrier polisseur chez Hispano Suiza, sa mère, après avoir été ouvrière chez Renault, ouvrit une agence immobilière à La Garenne. Il est très tôt « ajiste », membre du mouvement des Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-oury/#i_37512

PÉDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

La pédagogie institutionnelle date de 1958, du moins son « appellation contrôlée », par les frères Jean et Fernand Oury, au congrès du mouvement Freinet, l'un des principaux mouvements d'éducation nouvelle, qui se tint cette année-là à Paris. Jean Oury se rapporte alors explicitement à la psychothérapie institutionnelle (1952) et à ce mouvement historique de pensée qui vise à resituer l'être hu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-institutionnelle/#i_37512

Pour citer l’article

Jacques PAIN, « FREINET CÉLESTIN - (1896-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-freinet/