CAVOUR CAMILLO BENSO DE (1810-1861)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création du royaume d'Italie

Cavour et Garibaldi

Cependant la cession de Nice irrita fort Garibaldi qui était né dans cette ville et qui commença à penser à une expédition dans le royaume de Naples. Cette expédition aurait bénéficié de la sympathie et de l'appui secret de l'Angleterre, où le retour des libéraux au gouvernement avait relancé une politique de soutien aux mouvements de libération nationale, et qui, de plus, se préoccupait de la puissance toujours plus grande de la France. Victor-Emmanuel II se montrait secrètement favorable à ce projet qui, cependant, créait des problèmes à Cavour : celui-ci craignait qu'une initiative révolutionnaire tendant à bouleverser l'équilibre établi ne provoquât une intervention française qui, à son tour, aurait entraîné une intervention autrichienne. Ainsi, l'Italie risquait de perdre l'indépendance qu'elle venait de conquérir. En outre, Cavour, qui était le représentant d'une politique modérée, appréhendait les répercussions d'une action garibaldienne qui aurait pu lui retirer la direction du mouvement unitaire italien.

De toute façon, il ne réussit pas à empêcher l'expédition des Mille, partie de Quarto : l'armée des Bourbons s'effondra très rapidement, face à un condottiere qui se révéla grand stratège au cours de batailles où furent engagés des milliers d'hommes. Aussi Cavour se préoccupa-t-il de fournir la couverture internationale à l'entreprise en présentant aux gouvernements et à l'opinion publique européenne la politique de la maison de Savoie comme la seule capable d'éviter les excès de la révolution comme ceux de la réaction. Ainsi la politique du « juste-milieu » était de nouveau invoquée comme garantie de l'ordre politique. Quand Garibaldi arriva à Naples, le Premier ministre envoya un corps expéditionnaire le long de la côte adriatique pour lui barrer la route de Rome (ce qui eût été très grave, parce que Napoléon III n'aurait jamais pu supporter, en raison des pressions des catholiques français, un acte de violence contre la papauté). Puis Cavour mit fin à la résistance des Bourbons et hâta l'annexion par la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAVOUR CAMILLO BENSO DE (1810-1861)  » est également traité dans :

AZEGLIO MASSIMO TAPARELLI marquis d' (1798-1866)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 921 mots

L'un des grands artisans de l'indépendance nationale italienne. Originaire d'une famille d'ancienne aristocratie et de tradition catholique, d'Azeglio s'émancipe de son milieu par son indifférence religieuse et son absence de préjugés sociaux. Ses années de formation (1807-1840) sont occupées par de longs séjours à Florence, à Rome, à Milan, où il mène une vie insouciante dans la société des artis […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La politique italienne »  : […] C'est encore la politique des nationalités que Napoléon III voudrait faire triompher en Italie. Mais, conduite jusqu'au bout, elle aboutirait à la création d'une grande puissance aux portes de la France. Il se contentera donc pour les Italiens de l'indépendance dans le cadre d'une confédération analogue à la Confédération germanique, projet conforme aux idées de l'époque, car la plupart des Itali […] Lire la suite

GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 2 648 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'artisan de l'unité italienne (1848-1867) »  : […] À l'annonce des premiers frémissements révolutionnaires, Garibaldi a décidé de rentrer en Italie où, dit-on, Mazzini s'est rallié à Pie IX, première étape d'une unification de la péninsule que l'on croit imminente. De retour à Nice en juin 1848, alors que déjà la réaction triomphe à Vienne, Berlin et Paris, il est accueilli en héros et s'apprête à faire allégeance au roi de Piémont, Charles-Alber […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'ère des modérés : Cavour et la formation du royaume d'Italie »  : […] La bourgeoisie d'affaires se rallie à la solution piémontaise. Son idéal s'incarne en Camille Benso di Cavour, ministre en 1850, puis président du Conseil. Il s'agit de créer, sur la base d'intérêts économiques communs, une conscience nationale, de permettre au « pays légal » de gérer la chose publique dans une ligne de juste milieu, de rassurer l'Europe et de faire admettre l'Italie dans le conce […] Lire la suite

MINGHETTI MARCO (1818-1886)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 756 mots

L'un des artisans majeurs du Risorgimento aux côtés de Cavour, dont il fut le collaborateur et l'ami. Par sa formation et par ses idées, Minghetti offre bien des points communs avec l'homme d'État piémontais : goût pour les problèmes économiques et sociaux ; foi dans une régénération de la Péninsule par des réformes graduelles, soutenues par la modernisation industrielle et agricole ; culture euro […] Lire la suite

RATTAZZI URBANO comte (1808-1873)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 850 mots

Piémontais d'Alexandrie, où il est né, Urbano Rattazzi se voue tout d'abord exclusivement à la profession d'avocat et n'entre que tardivement dans la politique avec son élection, en 1848, au parlement subalpin. Député de sa ville natale, qui le réélira constamment jusqu'à sa mort, il prend une part active aux travaux législatifs, ce qui lui vaut le portefeuille de l'Agriculture dans le bref gouver […] Lire la suite

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Cavour et la « décennie de préparation » »  : […] Avec d'Azeglio, puis Cavour, président du Conseil le 4 novembre 1852, le Piémont se prépare à la reprise de la lutte. La politique des conjurations est révolue, avec la condamnation des « martyrs de Belfiore », à Mantoue, en 1852-1853. Le mazzinianisme, comme autrefois la Charbonnerie, passe au second plan comme moteur du Risorgimento en dépit d'ultimes tentatives, à Milan en 1853 et à Sapri en 1 […] Lire la suite

VICTOR-EMMANUEL II (1820-1878) roi de Sardaigne (1849-1861) et d'Italie (1861-1878)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 095 mots
  •  • 1 média

Dernier roi de Piémont, premier souverain de l'État unitaire, Victor-Emmanuel de Savoie a été placé par l'historiographie officielle de la monarchie au rang des « pères de la patrie ». Parmi les artisans du Risorgimento, c'est sans doute celui dont la personne et l'action ont subi la révision critique la plus approfondie. Né à Turin, fils de Charles-Albert de Savoie-Carignan, le héros tourmenté du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Franco CATALANO, « CAVOUR CAMILLO BENSO DE - (1810-1861) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cavour-camillo-benso-de/