CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Catholicisme social

L'expression « catholicisme social » est relativement récente : elle n'a été reçue couramment en France que dans la dernière décennie du xixe siècle. La réalité est notablement plus ancienne : l'un de ses historiens, J. B. Duroselle, en fait remonter la première apparition en France à un article de Lamennais sur la démoralisation ouvrière, paru en 1822 dans Le Drapeau blanc. Le retard du vocabulaire sur la réflexion et les tâtonnements entre plusieurs appellations, « économie chrétienne (ou charitable) », « socialisme chrétien », illustrent les incertitudes d'une école qui a hésité avant de prendre conscience d'elle-même, ainsi que les résistances qu'elle a dû vaincre avant d'imposer ses convictions et ses vues à l'ensemble des catholiques.

Si l'on enjambe la longue période des préparations pour aller d'emblée aux conclusions et si l'on fait – provisoirement – abstraction des nuances de pensée pour dégager les composantes fondamentales de l'attitude des catholiques sociaux, on retiendra quelques orientations maîtresses. Le catholicisme social se définit d'abord, logiquement et chronologiquement, par référence à ce qu'on appelle, au xixe siècle, la question sociale, c'est-à-dire les conséquences sociales de la révolution industrielle, le paupérisme, l'existence d'un prolétariat ouvrier misérable et livré sans défense aux rigueurs de la loi de l'offre et de la demande. Cette condition préalable implique elle-même un commencement d'industrialisation ; elle requiert que des catholiques aient su reconnaître la nouveauté du phénomène. La corrélation entre l'essor de l'industrie et l'apparition d'une école catholique sociale rend compte de la localisation territoriale de celle-ci : sa géographie est circonscrite aux pays déjà touchés par le progrès technologique. Elle explique aussi, d'une certaine façon, la lenteur à prendre conscience de la nouveauté et de l'ampleur du phénomène. Le catholicisme social est d'abord un sursaut de la conscience morale provoqué par la révélation de la misère ouvrière. Cette re [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages





Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL  » est également traité dans :

AVENIR L'

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 559 mots

Quotidien parisien qui parut du 16 octobre 1830 au 15 novembre 1831. Après son départ du Drapeau blanc , Lamennais inspira le Mémorial catholique (janvier 1824-été de 1830) de l'abbé Gerbet et le premier Correspondant (1829-1831). La révolution de 1830 offrait à Lamennais et à ses fidèles des chances nouvelles de se faire entendre : ils créèrent alors un quotidien dont la diffusion n'atteignit j […] Lire la suite

BALMES JAIME (1810-1848)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 223 mots

Ecclésiastique, poète et philosophe espagnol dont les idées libérales suscitèrent une vive opposition chez les catholiques conservateurs. Balmes obtint son doctorat en droit civil et en droit canon à l'université de Cervera, puis il retourna à Vich où il enseigna la physique et les mathématiques. Il fonda et édita à Madrid une revue hebdomadaire, La Pensée de la nation ( El Pensamiento de la naci […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une élite au pouvoir »  : […] Pendant les premières années de l'indépendance belge, la nécessité de protéger le jeune État contre les prétentions néerlandaises et de le consolider sur le plan intérieur permit le maintien de l'unionisme (collaboration des catholiques et des libéraux). Mais les oppositions en matière de philosophie politique ne tardèrent pas à réapparaître au premier plan. Le nouvel État était né d'un rêve de li […] Lire la suite

BENIGNI UMBERTO (1862-1934)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 432 mots

Prélat romain qu'on peut sans hésitation qualifier de personnage hors pair et qu'auréole encore la noire légende créée de son vivant même. Né à Pérouse, en Ombrie (Italie), Umberto Benigni fut ordonné prêtre en 1884. Il commença aussitôt une triple carrière de professeur d'histoire, de directeur de journal et d'animateur d'œuvres. Pionnier d'un catholicisme social intransigeant, stimulé par l'ency […] Lire la suite

BONAPARTE JOSEPH (1768-1844) roi de Naples (1806-1808) puis d'Espagne (1808-1813)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 405 mots
  •  • 1 média

Boursier au collège d'Autun, avocat en Corse, candidat malheureux à la Constituante puis à la Législative, antipaoliste réfugié à Marseille (où il fait un mariage avantageux avec une fille du riche négociant Clary), Joseph apparaît déjà, avant l'irrésistible ascension de son frère, comme un garçon charmant, bien qu'un peu infatué, sur lequel on ne peut guère compter. « Aussi suffisant qu'insuffisa […] Lire la suite

BONOMELLI GEREMIA (1831-1914)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 391 mots

Évêque de Crémone (Italie), de 1871 à sa mort. Geremia Bonomelli fut le symbole du « libéralisme », opposé à l'orientation « intransigeante » du catholicisme qui prévalait dans l'Église depuis Grégoire XVI et la condamnation de Lamennais, et que Pie IX avait confirmée en 1864 par son fameux Syllabus . Dans la situation particulière de l'Italie, l'opposition avait pris sa signification historique d […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 419 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Missions, christianisme social, réveil théologique »  : […] Pendant la première moitié du xix e  siècle, il n'est pas de grand appel qui ne trouve écho dans la conscience catholique. Élargi à l'Afrique et à l'Océanie, le champ missionnaire voit affluer les ouvriers que groupent de nouveaux instituts, soutenus financièrement par l'élan de générosité que suscite et coordonne l'œuvre de la Propagation de la foi (Pauline Jaricot, 1822). En Europe, initiatives […] Lire la suite

C.F.T.C. (Confédération française des travailleurs chrétiens)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 2 601 mots

Le sigle C.F.T.C. représente deux réalités distinctes et cependant unies. La Confédération française des travailleurs chrétiens, c'est d'abord, de 1919 à 1964, l'expression syndicale du catholicisme social en France ; c'est ensuite, après la déconfessionnalisation majoritaire de la centrale, le rameau qui entend maintenir le mouvement professionnel d'inspiration chrétienne. […] Lire la suite

CROIX LA

  • Écrit par 
  • Robert de MONTVALLON
  •  • 760 mots

On ne voit plus assez aujourd'hui que La Croix fut une réussite étonnante et neuve. Elle a en effet plus de cent ans, étant née en juin 1883 sous la forme d'un quotidien (un mensuel l'avait précédé depuis 1880). Cent ans font oublier ce qu'a représenté d'audace l'initiative des religieux assomptionnistes (congrégation créée par le père d'Alzon qui inspira La Croix , dont les fondateurs furent les […] Lire la suite

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 251 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un courant politique original »  : […] Au départ, il y a ce conflit triangulaire qui, au long du xix e  siècle, oppose catholicisme, libéralisme et socialisme. Il est à l'origine des trois courants essentiels de la vie politique européenne, lorsque la compétition électorale, une fois le suffrage censitaire abandonné, met en jeu des partis organisés faisant appel au suffrage populaire. Du début du xix e  siècle à une époque récente, le […] Lire la suite

DONOSO CORTÉS JUAN (1809-1853)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 113 mots

Orateur politique et essayiste polémique au style passionné et grandiloquent, Donoso Cortés fut, en Espagne, avec Balmes, l'un des plus farouches représentants de la tradition catholique en lutte contre l'idéologie libérale de la première moitié du xix e  siècle. Il écrivit des poésies et une épopée. Ses discours parlementaires sont d'une rhétorique fleurie et abondante. Dans son œuvre la plus imp […] Lire la suite

DRAPEAU BLANC LE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 414 mots

Vaudevilliste à succès sous la Convention thermidorienne, le Directoire, le Consulat et l'Empire, Alphonse Martainville (1776-1830) avait rallié très tôt la cause des Bourbons et écrivit à partir de 1815 successivement dans Le Journal de Paris , La Gazette de France et La Quotidienne avant de fonder, en janvier 1819, sa propre feuille, Le Drapeau blanc . Au début simple brochure périodique pour […] Lire la suite

DUPANLOUP FÉLIX (1802-1878)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 1 275 mots

Évêque d'Orléans, Dupanloup fut une personnalité marquante de l'Église et de la politique française dans la seconde moitié du xix e siècle. Enfant naturel, peut-être d'un des « grands noms de France » (selon P. Lasserre), il reçut à Paris, où sa mère se fixa en 1809, une excellente éducation et se trouva dès son adolescence en contact avec l'élite de la société française et du clergé de la Restau […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Éric BIDET
  •  • 6 004 mots

Dans le chapitre « L'école de Le Play (ou école de la charité) »  : […] Plus que sur la volonté d'émancipation des travailleurs, l a deuxième tradition s'appuie sur les valeurs liées à la charité chrétienne et, plus largement, au christianisme social, qui insistent sur l’obligation de solidarité des nantis envers les plus défavorisés, et préconise davantage le patronage que l'association ouvrière ou la communauté. Elle valorise la figure du patron éclairé dont l’autor […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'opposition libérale »  : […] L'histoire du xix e  siècle est celle d'un vaste mouvement libéral dans lequel les intellectuels de l'époque estiment en général que l'Empire introduit une parenthèse scandaleuse. On ne peut s'étonner qu'ils refusent le régime. Les grands de l'orléanisme, Guizot, Thiers, Rémusat... trouvent un refuge dans les débats de l'Institut et dans leurs recherches historiques. Les principaux ouvrages de doc […] Lire la suite

ÈRE NOUVELLE L'

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 312 mots

En fondant L'Ère nouvelle , les abbés Lacordaire, Maret et de Coux, ainsi que Frédéric Ozanam, le fondateur de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, reprenaient dans une certaine mesure l'entreprise tentée en 1830 avec L'Avenir pour concilier Dieu et la liberté ; mais Lamennais n'était plus avec eux : ayant rompu avec l'Église, il avait son propre journal, Le Peuple constituant . La tentative eut […] Lire la suite

FALLOUX ALFRED FRÉDÉRIC comte de (1811-1886)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 515 mots

Fils d'une famille de propriétaires d'Angers anoblie en 1825, Frédéric de Falloux s'introduit dans les salons littéraires et exprime ses idées théocratiques en écrivant une Histoire de Louis XVI , en 1840, et des articles dans la revue catholique Le Correspondant . Après avoir échoué en 1842, il est élu député légitimiste de Segré en Maine-et-Loire, en août 1846, et défend la cause de la liberté d […] Lire la suite

GARCÍA MORENO GABRIEL (1821-1875)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 345 mots

Figure la plus marquante de l'histoire de l'Équateur, Gabriel García Moreno est considéré comme un homme providentiel par les uns, comme un mauvais génie par les autres. Né à Guayaquil, la métropole commerçante, il est élevé dans le camp libéral, fait des études poussées en France où il est exilé de 1853 à 1856, puis parcourt rapidement les étapes d'une carrière politique classique. À quarante ans […] Lire la suite

GOYAU GEORGES (1869-1939)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 243 mots

Élève de l'École normale supérieure, membre de l'École française de Rome au temps de l'encyclique Rerum novarum (1891), Georges Goyau se classe aussitôt parmi les plus ardents propagandistes de la politique de Léon XIII ( Le Pape, les catholiques et la question sociale ). Il devient ainsi une des éminences du catholicisme social européen et une sorte de cardinal laïc, qui joua un rôle actif d'inte […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René RÉMOND, « CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-liberal-et-catholicisme-social/