DENEUVE CATHERINE (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Truffaut à Téchiné

En à peine une dizaine d'années, Catherine Deneuve est devenue une actrice majeure du cinéma français, qui sait également gérer son image dans le domaine de la publicité. Elle manie habilement l'euphémisme lorsqu'elle précise que ces prestations lui permettent de refuser des propositions de films qui lui « plaisent moins ». Elle sait pourtant rester populaire à travers des productions de moindre importance artistique certes, mais de prestige, où sa prestation est toujours remarquée, comme Benjamin ou les Mémoires d'un puceau (1968) de Michel Deville, Âmes perdues (1977) de Dino Risi, Fort Saganne (1984) d'Alain Corneau, Agent trouble (1987) de Jean-Pierre Mocky, Indochine (1992) ou Est-Ouest (1999) de Régis Wargnier...

Ces choix lui permettent de jouer par ailleurs dans des films plus exigeants, comme le premier film de François Dupeyron, Drôle d'endroit pour une rencontre (1988), qu'elle produit : un sujet impensable sur le papier, une réussite d'une totale originalité dans le cinéma français, mais un échec public.

Au début des années 1980, Catherine Deneuve aborde un tournant difficile pour une actrice : la quarantaine. Heureusement, François Truffaut lui offre, après la relative déception commune de La Sirène du Mississippi (1969), le rôle de Marion dans Le Dernier Métro (1980). Il ne s'agit pas seulement, pour Catherine Deneuve d'en finir avec l'ambiguïté qu'incarnait la jeune fille à l'air virginal des Parapluies de Cherbourg, mais d'assumer un personnage qui se rapproche de sa vraie personnalité, mûre et déterminée, acceptant ses désirs comme ses contradictions. Le public plébiscite le film, qui obtient dix césars, dont celui de la meilleure actrice pour Catherine Deneuve. Celle-ci entame en même temps une complicité fructueuse avec André Téchiné, dont l'univers un peu trouble, fondé sur un passé refoulé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie

Catherine Deneuve dans Belle de jour, de L. Bunuel, 1966

Catherine Deneuve dans Belle de jour, de L. Bunuel, 1966
Crédits : Paris Film/ Five Film/ Album/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  DENEUVE CATHERINE (1943- )  » est également traité dans :

GARREL PHILIPPE (1948- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 095 mots

Fils du comédien Maurice Garrel, Philippe Garrel est né en 1948 à Paris. Il réalise son premier court-métrage à seize ans ( Les Enfants désaccordés , 1964). Un couple adolescent fait une fugue, puis se dispute, à l'image des parents. Le thème originel du cinéma de Garrel, la séparation, est déjà présent. Dans le couple d'abord. Entre l'enfant et le corps de la mère. Puis avec la famille. Enfin ave […] Lire la suite

MA SAISON PRÉFÉRÉE, film de André Téchiné

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 905 mots

Né en 1943, André Téchiné a suivi l'itinéraire classique des membres de la « seconde génération » de la Nouvelle Vague : entré en 1963 à l'I.D.H.E.C., il collabore dès l'année suivante aux Cahiers du cinéma . Il passe à la réalisation en 1970 avec Paulina s'en va , variation sur le thème de la folie dans laquelle Bulle Ogier livre une mémorable interprétation. Par la suite il gagne peu à peu une g […] Lire la suite

TÉCHINÉ ANDRÉ (1943- )

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 328 mots

André Téchiné est né en 1943 à Valence-d’Agen (Tarn-et-Garonne). Une dizaine d'années après la nouvelle vague, il fait ses débuts de cinéaste. Il a écrit dans les Cahiers du cinéma de 1964 à 1967, et ses premiers films sont nourris d'une réflexion théorique qui les place sous l'influence des maîtres de l'avant-garde (Cocteau et Godard dans Paulina s'en va , 1969) et de Brecht. De la fuite somna […] Lire la suite

LES VOLEURS (A. Téchiné)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 353 mots

De même que Les Roseaux sauvages (1994) se nourrissaient de la richesse fantasmatique de Barocco (1976), des Sœurs Brontë (1978), d' Hôtel des Amériques 1981), du Lieu du crime (1985) ou des Innocents (1987), Les Voleurs s'alimentent au courant intimiste, et plus directement autobiographique, qui court de La Matiouette (1983) aux Roseaux . Le film n'y perd rien en densité et y gagne en vér […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « DENEUVE CATHERINE (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-deneuve/