CATHARES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dualisme et les Églises

Pour les cathares, le problème crucial est celui du mal, qu'on trouve dans l'univers rempli de créatures vaines et corruptibles, et qu'ils ne peuvent imputer à Dieu. Leur foi repose sur la conviction commune que ce monde visible et tout ce qu'il renferme est l'œuvre du diable. Selon le traité de Bartholomé de Carcassonne, « il y a un autre monde formé de créatures incorruptibles et éternelles ». L'existence des deux royaumes leur fait présumer l'existence de deux principes. Les uns, modérés, proches du monothéisme, croient en un seul Dieu, bon, tout-puissant, éternel, créateur des anges et des quatre éléments qu'il a permis à Satan, ange rebelle, d'organiser. Les autres, d'opinion radicale, croient en deux principes absolus, rivaux, le bon et le mauvais, également créateurs et éternels. Cette opposition de croyance, foncière à l'origine, détermine dans le monde cathare trois ordres distincts : modéré de Bulgarie, absolu de Dragovitza et nuancé de Slavonie.

À l'origine, selon l'inquisiteur Anselme d'Alexandrie, l'hérésie s'est répandue en Drugonthie, Bulgarie, Philadelphie, sous la direction de trois évêques. En Bulgarie, des marchands grecs de Constantinople, venus pour affaires, contractent l'erreur, qu'ils propagent ensuite, de retour chez eux. Au cours de la deuxième croisade (1147), des Francigènes rencontrent à Constantinople des représentants de l'ordre de Bulgarie, dont ils adoptent la doctrine modérée, et s'organisent en Église. Retournant en France, ces hérétiques y instituent un évêque de France. Ils influencent au sud de la Loire les provinciales, qui embrassent leurs idées et créent à leur tour quatre évêques : de Carcassonne, Albi, Toulouse et Agen. Leur rayonnement s'étend jusqu'en Lombardie.

C'est tout ce réseau franco-italien, d'ordre bulgare, que Papaniquintas (Niquinta, Nicetas), évêque ou pape des hérétiques de Constantinople, vient, vers 1176, convertir à son dualisme absolu (de Dragovitza). Il préside en Lauragais, au château de Saint-Félix de Caraman, près de Toulouse, une assemblée de cathares albigeois et italiens. Les actes de ce concile, publiés au xviie siècle d'après une copie de 1232 – d'authenticité controversée –, rigoureusement examinés en 1946 par A. Dondaine, qui a découvert ensuite d'autres sources les corroborant, ont fait l'objet d'une édition critique par F. Šanjek ; B. Hamilton est venu depuis lors en renouveler l'intérêt et en rectifier la date (env. 1176). L'énoncé de cette charte permet de connaître l'expansion de l'hérésie cathare aux xiie-xiiie siècles.

Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles

Dessin : Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles

Les Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles et leur appartenance aux « ordres » (F. Sanjek, « Les Chrétiens bosniaques et le mouvement cathare, XIIe-XVe siècle », Bruxelles-Paris, 1976). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Six Églises sont représentées à Saint-Félix : celles des Francigènes au nord de la Loire, d'Albi au sud, avec leurs évêques Robert d'Épernon et Sicard Cellerier. celle de lombardie, que dirige Marc ; et les conseils des Églises de Toulouse, Carcassonne, Aran (Agen), qui réclament et élisent chacun leurs chefs respectifs. Voulant rattacher ces Églises au dualisme absolu, Niquinta confère à tous le consolamentum de son ordre. Il consacre ensuite et renouvelle dans leurs fonctions épiscopales Robert d'Épernon et Sicard Cellerier ; il titularise Marc, évêque de Lombardie, et consacre les trois dignitaires élus : Bernard-Raimond à Toulouse, Guiraud-Mercier à Carcassonne, Raimond de Casals à Agen. Prônant l'exemple des sept Églises d'Asie qui, distinctes et circonscrites, vivent dans la concorde, Niquinta propose de fixer les limites territoriales des diocèses languedociens, pour faciliter la paix entre eux. Avant la fin du xiie siècle, près d'une vingtaine d'Églises cathares se trouvent disséminées au nord du bassin méditerranéen, du Languedoc au Proche-Orient. La Summa de Raynier Sacconi (1250), ancien hérétique devenu frère prêcheur et inquisiteur, confirme ces données, que renforce plus tard le Traité d'Anselme d'Alexandrie (vers 1270).

Les Églises languedociennes restent fidèles aux instructions de Niquinta et vivent en bons termes. On signale toutefois le cas d'un habitant de Castelnaudary, Ponce de Gibel, qui, tombé malade à Narbonne (1226), refuse le secours de deux dignitaires « qui n'étaient pas de la foi des hérétiques de Toulouse ». Mais c'est là un fait exceptionnel. L'hérésie prospère au point que, dans le Razès, les adeptes, partagés entre les Églises de Toulouse et de Carcassonne, réclament un évêque particulier. En 1225, les chefs cathares se réunissent en concile à Pieusse, près de Limoux. À l'unanimité, ils délimitent le nouveau diocèse, élisent un membre du Razès, Benoît de Termes, selon la procédure pratiquée à Saint-Félix et confient à l'évêque de Toulouse le soin de consacrer le nouvel élu. Dès leur origine et depuis près d'un demi-siècle, la paix règne entre les Églises du Languedoc, selon le vœu de Niquinta. Tout le long de l'histoire albigeoise, pendant la croisade, la persécution ou l'exil, aucune ombre ne viendra jamais la ternir.

En Italie, au contraire, apparaissent bientôt des germes de dissension qui provoquent six factions cathares. L'Église de Desenzano, au bord du lac de Garde, groupe les Albanenses, apparentés aux Églises narbonnaises qui, lors de l'Inquisition, vont essaimer et trouver refuge à Vérone, d'où le nom en Lombardie, d'Ecclesia Francie. Rivale de la première, l'Église de Concorezzo, au nord de Milan, l'emporte par le nombre de ses adhérents qui étaient attachés à l'ordre bulgare modéré et qui s'appelaient d'abord Garatenses, de Garattus, nom d'un de leurs premiers évêques. Des liens amicaux l'unissent à l'Église de Mantoue-Bagnolo (ou Baiolo), de même tendance mais de rite lavon. Tout proche, le centre de Vicence se réclame des mêmes directives, qu'il abandonne au milieu du xiiie siècle pour suivre les Albanenses. Cette Église mineure de la Marche et celles de Toscane (Florence et val de Spolète), restent assez indéterminées et oscillent entre les deux obédiences. Primitivement orientées vers l'ordre bulgare, à la fin du xiie siècle, comme leurs voisines dalmates, dont elles ont reçu le rite slave, elles durcissent peu à peu leur attitude, remarque Raynier Sacconi en 1250. Malgré la diversité de leurs opinions, ces Églises entretiennent entre elles de bons rapports, à l'exception des Albanenses et des Concorezenses, qui se condamnent mutuellement. Toutefois, vers 1230, les Albanenses sont divisés par le schisme de Jean de Lugio, originaire de Bergame, fils majeur ordinatus episcopus de Belesmanza de Vérone. On lui doit un grand traité, que Sacconi a eu entre les mains, qui est aujourd'hui égaré et qu'un de ses disciples a résumé comme Livre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles

Églises cathares aux XIIe et XIIIe siècles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cathares expulsés de Carcassonne, 1209

Cathares expulsés de Carcassonne, 1209
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CATHARES  » est également traité dans :

ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 147 mots
  •  • 2 médias

Le terme « albigeois » a servi, dès le milieu du xii e  siècle, à désigner les hérétiques du Languedoc, bien que l'Albigeois ne paraisse pas, aux yeux des historiens modernes (qui ont continué à user de cette appellation devenue traditionnelle), avoir été le principal foyer de l' hérésie. Dès 1146, Geoffroy d'Auxerre signale que le populus civitatis albigensis est infesté par l'hérésie. Le concil […] Lire la suite

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Laurent ALBARET
  •  • 752 mots

1145 Le cistercien Bernard de Clairvaux organise une mission de prédication à Toulouse et dans l'Albigeois. Il découvre à Verfeil une dissidence religieuse qui revendique une filiation apostolique et rejette les sacrements de l'Église. Il la nomme l'hérésie des « albigeois ». 1179 Le concile de Latran III, prenant acte des missions cisterciennes, prend des mesures concernant les hérétiques mérid […] Lire la suite

DOMINIQUE saint (1170 env.-1221)

  • Écrit par 
  • Sebastian BULLOUGH
  •  • 822 mots

Fondateur de l'ordre des Frères prêcheurs (Dominicains), Domingo de Guzmán est né vers 1170 à Caleruega (Castille), dans une famille noble. Il étudie la théologie à Palencia. Vers 1196, il entre comme chanoine dans le chapitre du diocèse d'Osma, dont il devient le sous-prieur quelques années plus tard. En 1203, Dominique accompagne son évêque en mission dans le sud de la France. C'est à cette oc […] Lire la suite

LANGUEDOC, histoire

  • Écrit par 
  • Jean SENTOU
  •  • 2 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épanouissement des XIe et XIIe siècles »  : […] Comme tout l'Occident, le Languedoc connaît un renouveau extraordinaire après l'an mille. Il le doit à sa vocation méditerranéenne, et d'abord à l'influence capitale des croisades. Si Narbonne, Béziers, Agde tirent profit de ces expéditions, c'est surtout le Languedoc oriental qui s'anime, dans le pays de Montpellier, de Saint-Gilles et de Nîmes. Partout apparaissent des villes nouvelles : Castres […] Lire la suite

MONTSÉGUR CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 412 mots

Bâti sur un piton calcaire (1 060 m d'altitude) dans les Pyrénées ariégeoises, à trente kilomètres à l'est de Foix, le site du château de Montségur est grandiose et permet de dominer tout le pays d'Olmes (Lavelanet-Mirepoix). Trois châteaux s'y succèdent du xi e au xiii e siècle, pour servir de demeure seigneuriale et de forteresse. Aujourd'hui, il ne reste que la grande salle et le donjon du tr […] Lire la suite

NELLI RENÉ (1906-1982)

  • Écrit par 
  • René LAFON
  •  • 742 mots

C'est entre 1941 et 1943 que René Nelli se révèle tout à la fois comme un poète en langue d'oc ( Entre l'esper e l'abséncia , 1941) et un double érudit : en érotologie médiévale et en métaphysique manichéenne. Les deux grands articles du numéro spécial des Cahiers du Sud sur le Génie d'oc et l'homme méditerranéen (1943), « De l'amour provençal » et « Fragment d'une métaphysique d'oc », ouvrent l […] Lire la suite

PATARINS

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 438 mots

Terme désignant les membres ( patarinos , paterenos , paterinos ) de différents mouvements réformateurs ou hérétiques du Moyen Âge, et d'abord les partisans d'un mouvement qui prônait des réformes radicales à Milan en 1056-1057 et qui, appelé Pataria , se portait contre le clergé concubinaire et simoniaque. Ce terme sert aussi à désigner, à titre de synonyme, des hérétiques dualistes tels que les […] Lire la suite

RAINIER SACCONI (mort en 1262)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 150 mots

On ne sait rien des origines de Rainier Sacconi, dit de Plaisance. Après avoir vécu dans l'hérésie pendant plus de dix-sept ans (il a même été « évêque » cathare), il se convertit au catholicisme et, du même mouvement, entre dans l'ordre des Frères prêcheurs. C'est la prédication de Pierre de Vérone qui stimule son zèle contre les cathares ; après la mort de celui-ci, survenue en 1252, il lui succ […] Lire la suite

ROBERT LE PETIT dit ROBERT LE BOUGRE (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 270 mots

Célèbre inquisiteur, réputé pour sa rigueur et ses excès. Adepte du catharisme (de là vient son surnom de Bougre), dans lequel il avait atteint le grade de parfait et dont il était tenu pour un docteur, il revint à l'orthodoxie et entra dans l'ordre des Frères prêcheurs. Il entreprit en 1233 son action d'inquisiteur en Bourgogne et fit alors brûler ses premières victimes à La Charité-sur-Loire. De […] Lire la suite

SIÈGE DE MONTSÉGUR

  • Écrit par 
  • Laurent ALBARET
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

À l'est de Foix, perché sur un piton rocheux ( pog , en occitan) se terminant en éperon, loin des voies de communication, Montségur et son château, reconstruit au tout début du xiii e  siècle par Raymond de Péreille, était devenu le principal foyer de résistance cathare après la fin de la croisade. Le comte Raymond VII de Toulouse l'assiège sans grande volonté durant l'été de 1241. À la suite de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine THOUZELLIER, « CATHARES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cathares/