CATÉGORIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Catégories et connaissance

Les catégories sont au service de la différenciation et en cela consiste leur vocation critique, antidogmatique. Cependant, comme tout concept, les catégories établissent aussi des limites à la perception de la variété ; en contenant l'hésitation permanente qui découlerait d'une perception hyper-graduée de l'expérience, elles représentent aussi une source d'économie intellectuelle. Moyennant ce double rôle tendanciellement contradictoire – différencier l'unité et intégrer la prolifération des différences –, la pensée catégoriale a une portée adaptative, s'il est vrai, comme l'a écrit le biologiste K. J. Craik (The Nature of Explanation, 1943, chap. VI) que « l'adaptation extrait des variations à partir des intensités absolues, les rend définies et leur donne une position où il y a moins de confusion et d'ambiguïté ».

La contention de la différence ne sera néanmoins utile que si elle ne devient pas un obstacle à la discrimination de l'expérience. En synthétisant trop, les catégories risquent d'annuler les différences fines ; en réduisant la complexité excessive, elles peuvent aussi réduire excessivement la complexité, car c'est finalement dans le sens du discret et du contraste qu'elles jouent de la manière la plus décisive. Autrement dit, si elle oblitère les différences qu'elle-même institue, la pensée catégoriale deviendra rigide – et inefficace, si elle nourrit l'ambition de se substituer à la connaissance scientifique.

L'histoire illustre autant l'opérativité que le dogmatisme de la pensée catégoriale. Elle fut en Grèce un motif puissant de la théorie logique ; et les oppositions ont été le terrain où sont nées et se sont développées la physique et la cosmologie, la biologie et la médecine. Toutefois, le renouvellement de la problématique épistémologique qui s'est produit à partir du xvie siècle a eu pour effet la désaffection à l'égard des catégories, jugées stériles par les Modernes. Cela est dû à un ensemble de facteurs, et notamment au modèle objectiviste de la nouvelle science ; la première conséquence fut l'abandon rapide des problèmes du langage et du sens, qui avaient été au cœur des préoccupations médiévales. La tradition de l'analyse catégoriale ne se ranimera qu'au xxe siècle, en raison d'un nouvel intérêt philosophique porté au langage.

La théorie catégoriale grecque, en effet, restait attachée à un savoir du sensible, dont le découpage aristotélicien représente la description immédiate. Aussi, pour une science qui, dans son principe, rejette la connaissance sensible et disjoint, au contraire, qualités « premières » (qui sont mathématiques et invisibles, mais sont aussi les seules à fournir une connaissance) et qualités « secondes » (sensorielles et sans teneur de vérité), les catégories apparaîtront comme étant « une chose en soy très peu utile », « toute artificielle », et dont l'étude ne servira qu'à « accoutumer les hommes à se payer des mots et à s'imaginer qu'ils sçavent toutes choses, lorsqu'ils n'en connoissent que des mots arbitraires », comme on lit dans la Logique de Port-Royal (I, i, 3). Depuis le xviie siècle jusqu'à nos jours, le mouvement des sciences se dirige en entier vers la réduction de l'ensemble des catégories aux seules catégories de quantité et de relation.

On constate la même perte de vitalité dans les théories systématiques des catégories, et ce ne sera que subrepticement, à l'insu des auteurs eux-mêmes, que la pensée catégoriale continuera d'être prégnante (par exemple, l'opposition actif/passif est au centre de la monadologie leibnizienne). À part deux distinctions décisives – la distinction entre qualités premières et qualités secondes, et une autre entre substance pensante et étendue, qui ont aménagé une structure d'accueil pour la physique mathématique et pour la psychologie de la connaissance – la philosophie moderne n'est pas d'inspiration catégoriale.

L'articulation entre les catégories et la production directe des connaissances se trouvant dorénavant rompue, les essais en vue d'une détermination catégoriale de la connaissance se présenteront, inévitablement, comme dogmatiques. Cela est manifestement le cas chez Hegel, qui met les catégories au service d'une « autodétermination » du concept. Mais le projet kantien d'une fondation catégoriale du savoir (les catégories seraient indispensables « pour tracer le plan du tout que forme une science », Critique de la raiso [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  CATÉGORIES  » est également traité dans :

CATÉGORIE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Albert OGIEN
  •  • 544 mots

La notion de catégorie désigne un élément de base de l’activité de connaissance que les êtres humains déploient dans la vie ordinaire comme dans le travail scientifique. Dans la tradition philosophique, cette notion nomme, depuis Aristote, une série finie de principes généraux qui permettent de définir la nature […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Le point de départ « aristotélicien » : histoire d'un contresens »  : […] Si l'histoire de la « théorie aristotélicienne de l'analogie » est l'histoire d'un contresens médiéval, ce contresens fait partie de l'histoire même de la transmission des textes d'Aristote. Interprétée en termes de corpus, la théorie médiévale de l'analogie se présente comme la fusion forcée de trois textes d'inspiration, de portée et de signification différentes : la distinction entre synonymes, […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Les prototypes »  : […] Dans les années 1970, la linguiste Eleanor Rosch propose une première réponse à cette question en démontrant que les termes basiques de couleurs correspondent à un niveau psychologique basique, celui des « prototypes ». Un prototype, pour le dire simplement, peut être défini comme le modèle cognitif du meilleur exemplaire ou représentant de sa catégorie. Ainsi, un moineau serait un meilleur proto […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Conditions linguistiques »  : […] La prééminence sociale de la parole n'aurait pourtant pu suffire à justifier l'apparition de cette forme de discours abstrait, et au fond si peu populaire, qu'est la philosophie. Bien plus, la philosophie, à partir de Socrate et de Platon, a vu dans la « rhétorique », qui s'attache à la vraisemblance et non à la vérité, qui cultive l'opinion au lieu de produire la science, qui confond l'universali […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question de l'unité de l'être »  : […] Le problème de l'unité de l'être et, conséquemment, d'une science unique de l'être, qui aurait pour objet l'être en tant que tel, est débattu au début du livre Γ. La difficulté tient à cette constatation – véritable leitmotiv de la Métaphysique aristotélicienne – que « l'être se dit en une pluralité de sens » (Γ, 2, 1033 a 33, etc.). Ces sens se laissent le plus aisément dégager d'une analyse de […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique »  : […] Pour Aristote , le langage ne se confond donc pas avec l'être ; c'est l'outil qu'utilise la science, de telle façon que cette dernière puisse énoncer correctement ce qui est l'être à proprement parler. D'où l'importance que revêt le traité des Catégories , par lesquelles il faut entendre les diverses façons dont le langage appréhende l'être, que ce soit comme substance, comme quantité, comme quali […] Lire la suite

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Genèse et évolution des concepts »  : […] La plupart de nos concepts sont construits par l'esprit à partir de l'expérience sensible. Le mécanisme de cette construction constitue un problème important (auquel a tenté de répondre jadis la doctrine de l'abstraction et que l'épistémologie génétique de Jean Piaget a repris de nos jours sur une base scientifique). Mais en est-il ainsi de tous nos concepts ? Kant a soutenu, à partir d'une anal […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'historicisation des catégories kantiennes »  : […] Dans son projet de fonder l'autonomie de la sociologie par rapport à la psychologie et la philosophie, Émile Durkheim apporte une contribution majeure à la sociologie de la connaissance en s'attaquant aux catégories les plus fondamentales de l'entendement et de la sensibilité (temps, espace, nombre, cause, substance, etc.) et de la pensée logique. Jusque-là domaine réservé aux philosophes qui l […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DE LA CATÉGORISATION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Agnès BLAYE
  •  • 1 129 mots

La catégorisation a une fonction adaptative essentielle : elle permet de faire des inférences sur les propriétés d’objets rencontrés pour la première fois. Catégoriser consiste à regrouper mentalement des objets considérés comme équivalents d’un certain point de vue. Ainsi, dès lors qu’un objet nouveau est identifié comme relevant d’une catégorie familière, les propriétés partagées par les membres […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES

  • Écrit par 
  • Françoise BURGELIN
  •  • 937 mots

Les deux expressions d'esthétique et d'analytique transcendantales désignent l'étude de l'entendement et celle de la sensibilité, saisis dans leur structure a priori, sources de toute notre connaissance des phénomènes. « Transcendantal », vieux terme scolastique, perd chez Kant son sens ontologique, réservé en principe à « transcendant », pour prendre une portée toute noétique : « J'appelle « tran […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-25 août 2021 Allemagne. Grève dans le secteur ferroviaire.

GDL se distingue du premier syndicat du secteur, EVG, qui représente toutes les catégories de personnel ferroviaire et qui a accepté les conditions de la direction. Le mouvement entraîne de nombreuses perturbations. La grève fait figure d’exception dans un pays où prévaut le dialogue social. Les précédentes grandes grèves dans le secteur ferroviaire remontent à 2014-2015. […] Lire la suite

19 juin 2019 Belgique. Censure de dispositions de la loi transgenre.

Cette loi simplifie le changement d’indicateur de sexe en supprimant les conditions médicales, mais continue d’imposer des catégories binaires – homme ou femme – pour l’enregistrement du genre dans l’acte de naissance. Le Conseil condamne cette disposition et demande au législateur de prévoir une ou plusieurs catégories supplémentaires, ou de supprimer l’enregistrement du genre comme élément de l’état civil. […] Lire la suite

20-22 février 2018 France. Présentation du projet de loi sur l'asile et l'immigration.

Par ailleurs, le texte propose des extensions de droit pour quelques catégories de migrants. Dans son avis rendu le 15, le Conseil d’État avait mis en cause l’opportunité d’un nouveau texte moins de deux ans après l’adoption du précédent sur le même sujet – en mars 2016 – et regretté l’absence d’une « stratégie publique éclairée par l’exacte mesure des défis à relever ». […] Lire la suite

24 décembre 2014 Mauritanie. Condamnation à mort pour apostasie

Celui-ci avait été arrêté en janvier pour avoir, dans un article publié sur Internet, critiqué le Prophète et accusé son pays de perpétuer la « marginalisation au nom de l'islam » de certaines catégories sociales comme les forgerons, les descendants d'esclaves et les griots. Cette condamnation pour apostasie est sans précédent depuis l'indépendance du pays en 1960. […] Lire la suite

14-17 mars 2013 Chine. Désignation de Xi Jinping et de Li Keqiang aux postes de président et de Premier ministre

Le 17, dans son discours d'investiture, Xi Jinping développe son concept rassembleur de « rêve chinois » qui promet à toutes les catégories de la population une amélioration de leur situation, dans le cadre du « socialisme aux caractéristiques chinoises ». Li Keqiang évoque, quant à lui, les grandes réformes administratives en cours, destinées à « rationaliser les relations entre le gouvernement, le marché et la société ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Fernando GIL, « CATÉGORIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/