CATÉGORIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les catégories comme heuristique : Charles Sanders Peirce

La sous-détermination des catégories fait que leur fonction est, au premier chef, heuristique. Cela est manifeste dans l'œuvre de C. S. Peirce, où les catégories se révèlent être, selon les mots de Peirce lui-même, « des idées si vastes qu'elles doivent être entendues comme des états (moods) ou des tonalités (tones) de la pensée, plutôt que comme des notions définies... Envisagées en tant que numéraux, susceptibles d'être appliquées à tous les objets que l'on veut, elles constituent en réalité de minces squelettes de pensée, ou même de simples mots » (Collected Papers, vol. I, pp. 353-355).

Les catégories peirciennes, en effet, sont des « numéraux » : primité (Firstness), secondité (Secondness) et tiercité (Thirdness). Elles représentent « les éléments de l'expérience » (C.P., vol. II, p. 84) en général, jouissant d'« ubiquité » (C.P., vol. V, p. 121) et intervenant toutes en même temps (Peirce critique l'usage kantien des catégories, qui reste « particulier », disjonctif). Bref, les catégories expriment « l'essence même des choses » (C.P., vol. I, p. 355), tout en étant presque privées d'un sens propre.

Or en ce paradoxe apparent réside la richesse heuristique des catégories. C'est leur universalité pauvre en compréhension qui les rend aptes à orienter les analyses métaphysiques et scientifiques. Peirce situe les catégories entre l'être et la substance, en distinguant donc explicitement ontologie et pensée catégoriale, et en faisant une place à part à la « substance ». La primité suggère le phénomène saisi dans sa seule présence (ainsi, une odeur ou une douleur indifférenciée, uniforme), sans l'épaisseur de la durée et en dehors de ses connexions avec d'autres aspects du donné. C'est le registre du feeling, d'une « positivité pure », de la qualité prise en elle-même. Mais ce « sentiment » n'est pas une donnée immédiate de la conscience ; son antériorité est, pourrait-on dire, logico-transcendantale. Dans les faits, la Secondité vient d'abord. Elle traduit l'effort et la résistance, le vouloir, la perception, le rapport du sujet à l'objet, la binarité – la relation et non plus la « naïveté » (C.P., vol. VIII, p. 329) du sentiment. Enfin, la détermination de l'expérience implique la référence à une tiercité, à un interprétant, grâce auquel il devient possible d'individuer et de reconnaître Primité et Secondité : l'identification d'une qualité et la description d'un fait s'obtiennent par l'intermédiaire d'un jugement et présupposent la mémoire et un code. C'est, maintenant, le domaine de la représentation, de la loi, de la conscience synthétique, du concept, de l'habitus...

Les catégories sont co-présentes et cependant irréductibles. Leur fonction est stratégique et l'ordre même de leur disposition dépend de la finalité des analyses. Ainsi, du point de vue de l'existence, l'ordre des catégories sera le suivant : secondité (action d'un objet sur le sujet), primité (sensation), tiercité (représentation). Mais, du point de vue de l'apparaître, dans une optique phénoménaliste pure, la Primité sera la première, avant la secondité et la tiercité ; et, du point de vue du sujet, on aura d'abord la conscience d'une perception et son interprétation (tiercité), ensuite cette perception qu'on interprète (secondité) et, en dernier lieu, par abstraction, les feelings individuels auxquels renvoie la décomposition de la perception (primité). Une étude adéquate et complète, en n'importe quel domaine de l'expérience, doit tenir compte des trois catégories ainsi que de leur primauté respective, selon l'angle où l'on se place.

On trouve là une première description de la réalité, réalisée déjà à la lumière des catégories. Il s'y en ajoute une quantité d'autres, toute la philosophie de Peirce s'organisant, pour ainsi dire, par le truchement des catégories. Celles-ci représentent les classes d'équivalence minimale de dizaines de triades et de sous-triades qui sont à l'œuvre dans les disciplines les plus diverses. L'ontologie, la connaissance, la logique et la psychologie, la linguistique et la théorie générale des signes, la cosmologie elle-même – jusqu'aux caractéristiques du protoplasme et aux niveaux de la physiologie de l'organisme –, tout dans le monde et dans le savoir s'ordonne à la tripartition catégoriale. En effet, au schéma général « manifestation [d'un objet à un sujet] qui l'interprète », correspondent, par exemple et dans le même ordre : le présent, le passé, le futur ; la possibilité, le fait, la loi ; les relations monadiques, dyadiques et plurielles (réductibles à des relations triadiques) ; les fonctions expressive, dénotative et explicative du signe ; l'icône, l'indice, le symbole ; l'abduction, la déduction ; la sensibilité, la locomotion, l'habitude, etc. Les catégories sont, simultanément, les emblèmes des déterminations universelles de l'expérience et les guides permettant de dégager ces déterminations.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  CATÉGORIES  » est également traité dans :

CATÉGORIE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Albert OGIEN
  •  • 544 mots

La notion de catégorie désigne un élément de base de l’activité de connaissance que les êtres humains déploient dans la vie ordinaire comme dans le travail scientifique. Dans la tradition philosophique, cette notion nomme, depuis Aristote, une série finie de principes généraux qui permettent de définir la nature […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Le point de départ « aristotélicien » : histoire d'un contresens »  : […] Si l'histoire de la « théorie aristotélicienne de l'analogie » est l'histoire d'un contresens médiéval, ce contresens fait partie de l'histoire même de la transmission des textes d'Aristote. Interprétée en termes de corpus, la théorie médiévale de l'analogie se présente comme la fusion forcée de trois textes d'inspiration, de portée et de signification différentes : la distinction entre synonymes, […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Les prototypes »  : […] Dans les années 1970, la linguiste Eleanor Rosch propose une première réponse à cette question en démontrant que les termes basiques de couleurs correspondent à un niveau psychologique basique, celui des « prototypes ». Un prototype, pour le dire simplement, peut être défini comme le modèle cognitif du meilleur exemplaire ou représentant de sa catégorie. Ainsi, un moineau serait un meilleur proto […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Conditions linguistiques »  : […] La prééminence sociale de la parole n'aurait pourtant pu suffire à justifier l'apparition de cette forme de discours abstrait, et au fond si peu populaire, qu'est la philosophie. Bien plus, la philosophie, à partir de Socrate et de Platon, a vu dans la « rhétorique », qui s'attache à la vraisemblance et non à la vérité, qui cultive l'opinion au lieu de produire la science, qui confond l'universali […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question de l'unité de l'être »  : […] Le problème de l'unité de l'être et, conséquemment, d'une science unique de l'être, qui aurait pour objet l'être en tant que tel, est débattu au début du livre Γ. La difficulté tient à cette constatation – véritable leitmotiv de la Métaphysique aristotélicienne – que « l'être se dit en une pluralité de sens » (Γ, 2, 1033 a 33, etc.). Ces sens se laissent le plus aisément dégager d'une analyse de […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique »  : […] Pour Aristote , le langage ne se confond donc pas avec l'être ; c'est l'outil qu'utilise la science, de telle façon que cette dernière puisse énoncer correctement ce qui est l'être à proprement parler. D'où l'importance que revêt le traité des Catégories , par lesquelles il faut entendre les diverses façons dont le langage appréhende l'être, que ce soit comme substance, comme quantité, comme quali […] Lire la suite

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Genèse et évolution des concepts »  : […] La plupart de nos concepts sont construits par l'esprit à partir de l'expérience sensible. Le mécanisme de cette construction constitue un problème important (auquel a tenté de répondre jadis la doctrine de l'abstraction et que l'épistémologie génétique de Jean Piaget a repris de nos jours sur une base scientifique). Mais en est-il ainsi de tous nos concepts ? Kant a soutenu, à partir d'une anal […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'historicisation des catégories kantiennes »  : […] Dans son projet de fonder l'autonomie de la sociologie par rapport à la psychologie et la philosophie, Émile Durkheim apporte une contribution majeure à la sociologie de la connaissance en s'attaquant aux catégories les plus fondamentales de l'entendement et de la sensibilité (temps, espace, nombre, cause, substance, etc.) et de la pensée logique. Jusque-là domaine réservé aux philosophes qui l […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DE LA CATÉGORISATION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Agnès BLAYE
  •  • 1 129 mots

La catégorisation a une fonction adaptative essentielle : elle permet de faire des inférences sur les propriétés d’objets rencontrés pour la première fois. Catégoriser consiste à regrouper mentalement des objets considérés comme équivalents d’un certain point de vue. Ainsi, dès lors qu’un objet nouveau est identifié comme relevant d’une catégorie familière, les propriétés partagées par les membres […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES

  • Écrit par 
  • Françoise BURGELIN
  •  • 937 mots

Les deux expressions d'esthétique et d'analytique transcendantales désignent l'étude de l'entendement et celle de la sensibilité, saisis dans leur structure a priori, sources de toute notre connaissance des phénomènes. « Transcendantal », vieux terme scolastique, perd chez Kant son sens ontologique, réservé en principe à « transcendant », pour prendre une portée toute noétique : « J'appelle « tran […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-25 août 2021 Allemagne. Grève dans le secteur ferroviaire.

catégories de personnel ferroviaire et qui a accepté les conditions de la direction. Le mouvement entraîne de nombreuses perturbations. La grève fait figure d’exception dans un pays où prévaut le dialogue social. Les précédentes grandes grèves dans le secteur ferroviaire remontent à 2014-2015. Le 25, un second épisode de grève à l’appel de GDL s’achève […] Lire la suite

19 juin 2019 Belgique. Censure de dispositions de la loi transgenre.

catégories binaires – homme ou femme – pour l’enregistrement du genre dans l’acte de naissance. Le Conseil condamne cette disposition et demande au législateur de prévoir une ou plusieurs catégories supplémentaires, ou de supprimer l’enregistrement du genre comme élément de l’état civil. […] Lire la suite

20-22 février 2018 France. Présentation du projet de loi sur l'asile et l'immigration.

catégories de migrants. Dans son avis rendu le 15, le Conseil d’État avait mis en cause l’opportunité d’un nouveau texte moins de deux ans après l’adoption du précédent sur le même sujet – en mars 2016 – et regretté l’absence d’une « stratégie publique éclairée par l’exacte mesure des défis à relever ». La plupart des acteurs de l’aide aux étrangers […] Lire la suite

24 décembre 2014 Mauritanie. Condamnation à mort pour apostasie

catégories sociales comme les forgerons, les descendants d'esclaves et les griots. Cette condamnation pour apostasie est sans précédent depuis l'indépendance du pays en 1960. Les peines les plus sévères prévues par la charia n'étaient plus appliquées dans le pays depuis les années 1980.  […] Lire la suite

14-17 mars 2013 Chine. Désignation de Xi Jinping et de Li Keqiang aux postes de président et de Premier ministre

catégories de la population une amélioration de leur situation, dans le cadre du « socialisme aux caractéristiques chinoises ». Li Keqiang évoque, quant à lui, les grandes réformes administratives en cours, destinées à « rationaliser les relations entre le gouvernement, le marché et la société ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Fernando GIL, « CATÉGORIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/