e s.)" />

CATACOMBES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'empereur Constantin au pape Damase (306-384)

C'est avec la « paix de l'Église », la reconnaissance officielle du christianisme par l'empereur Constantin et la conversion en masse des habitants de la ville que les catacombes chrétiennes vont connaître un développement étonnant. Avec la paix de l'Église s'est également développé le culte des martyrs, lié surtout aux deux dernières persécutions (celle de Dèce et Valérien, au milieu du iiie siècle, et celle de Dioclétien au début du ive siècle). Dans un premier temps, ce culte s'est manifesté par des aménagements sommaires permettant de prier auprès des tombes des martyrs, et par la multiplication des sépultures autour de ces tombes. C'est ainsi que naissent les réseaux retro sanctos (derrière les saints), ou apud sanctos (auprès des saints), zones denses de galeries qui sont à l'origine de l'extension impressionnante des catacombes aux ive et ve siècles. Les galeries des retro sanctos délimitent des zones autour des tombes vénérées, au même niveau que celles-ci ou superposées sur plusieurs niveaux : jusqu'à cinq dans la catacombe de Saint-Calixte.

À son avènement, en 366, le pape Damase entreprit un recensement précis des tombes des martyrs romains, qu'il poursuivit durant tout son pontificat (jusqu'en 384). Il créa systématiquement des sanctuaires souterrains pour mettre en valeur ces tombes et permettre aux pèlerins de les vénérer. Il rédigea pour chacun des martyrs un épigramme plus ou moins long résumant son histoire. Ces textes furent gravés en caractères magnifiques sur de grandes dalles de marbre fixées sur les tombes, par le calligraphe officiel du pape, Furius Dyonisius Philocalus, qui a lui-même signé plusieurs de ces textes.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., professeur à l'Institut pontifical d'archéologie chrétienne (Rome)

Classification


Autres références

«  CATACOMBES  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 294 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Institutions et société »  : […] L'Empire, sans connaître de mutation brutale, se transforme à partir du iii e  siècle. Certes, l'unité du « monde romain » ( orbis romanus ) subsiste en principe jusqu'à l'époque de Justinien, au vi e siècle (les Byzantins garderont toujours le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-l-antiquite-tardive/#i_6745

FÉVRIER PAUL-ALBERT (1931-1991)

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 1 248 mots

Professeur d'histoire romaine à l'université de Provence, mais aussi vice-président de l'Inventaire général des richesses artistiques au ministère de la Culture (véritable président en l'absence du ministre), animateur de multiples entreprises dans le domaine de l'Antiquité tardive, président obligé des séances de congrès, Paul-Albert était depuis longtemps une « star », capable de déclarations i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-albert-fevrier/#i_6745

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les catacombes »  : […] Les débuts de l'art chrétien que nous connaissons remontent à la fin du ii e et au début du iii e  siècle. On trouve quelques peintures funéraires dans les diverses catacombes du sous-sol romain, ces cimetières chrétiens qui étaient de vraies cités souterraines (outre Rome, on en trouve à Naples […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_6745

PALÉOCHRÉTIEN ART

  • Écrit par 
  • François BARATTE, 
  • Françoise MONFRIN, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 547 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les rapports entre l'art chrétien et l'art juif »  : […] La prédominance des scènes de l'Ancien Testament dans le premier répertoire de la peinture et de la sculpture funéraire chrétienne, la richesse de l'illustration vétérotestamentaire des plus anciens manuscrits connus (notamment la Bible de Quedlinburg, Itala, fin du iv e  siècle ; la Genèse de Cotton et celle de Vienne, v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-paleochretien/#i_6745

TORLONIA VILLA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 269 mots

Dernière des trois grandes catacombes découvertes à Rome, la villa Torlonia renferme un grand nombre d'épitaphes marquées du chandelier, signe de reconnaissance de la plupart des sépultures juives. Comme la catacombe de Monteverde, la plus ancienne des trois, sa décoration se compose d'éléments exclusivement juifs. Au centre du plafond, un chandelier aux dimensions gigantesques couvre la salle. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/villa-torlonia/#i_6745

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe PERGOLA, « CATACOMBES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/catacombes/