CASPIENNE, géopolitique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Différentes approches de l'intégration postsoviétique

Après la chute de l'URSS, la Russie a cherché à établir de nouveaux types de relations avec ses anciens satellites, qui constituaient désormais son étranger proche, afin de garantir sa sécurité nationale. Pour cette raison, elle s'est hâtée de créer un système collectif lui permettant d'exercer son contrôle sur l'espace postsoviétique. En décembre 1991, à Alma-Ata (Almaty), la Communauté des États indépendants (CEI), organisation à vocation économique, politique et militaire a vu le jour. Les trois États caspiens n'ont pas une position commune à l'égard de la CEI. Adoptant une politique de neutralité et d'isolement, le Turkménistan n'est plus membre permanent depuis 2005. En revanche, considéré comme un des piliers de l'intégration postsoviétique, le Kazakhstan joue un rôle central dans cette structure. Après avoir perdu le Haut-Karabakh et cinq districts azéris, l'Azerbaïdjan a été contraint, en 1993, sous la pression de Moscou, de réintégrer la CEI dont il était sorti pendant un an. Tout en restant sceptique quant à son efficacité, car un des membres, l'Arménie, est son ennemi juré, l'Azerbaïdjan ne quitte néanmoins pas l'alliance. La coopération économique avec la Russie et le conflit du Haut-Karabakh, gelé depuis 1994, en sont les raisons principales.

Avec la disparition de l'État soviétique, le système commun de défense a également été démantelé. Dans le cadre de l'URSS, les républiques étaient privées du droit de posséder leurs propres armées. Avant que les forces armées nationales ne se constituent, c'est Moscou qui s'est chargé de garantir la sécurité de la plupart de ses anciens satellites conformément au traité de sécurité collective (TSC, 1992) de Tachkent. Face à la communauté internationale, la Russie désirait ainsi se doter de droits spéciaux d'intervention dans son étranger proche. Elle s'est assuré le contrôle sur celui-ci sous couvert de la protection des frontières extérieures de la CEI et de missions de médiation impliquant le déploiement de forces d'interposition russes. Or la désintégration militaire de l'espace postsoviétique était inévitable. En 1999, le Kirghizstan et le Turkménistan ont obtenu le départ des gardes-frontières russes. La même année, la Géorgie, l'Ouzbékistan et l'Azerbaïdjan se sont retirés du TSC. En 2007, la Russie a fermé deux de ses quatre bases militaires en Géorgie, les troupes russes ne restant stationnées qu'en Abkhazie et en Ossétie du Sud en tant que forces d'interposition. Désormais, le TSC ne compte plus que sept pays membres : la Russie, la Biélorussie, l'Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan (revenu en 2006) et le Tadjikistan. Vingt ans après sa création, la CEI ressemble à un organe consultatif. Les craintes liées à la restauration de l'hégémonie russe, la rivalité ou les conflits armés entre les pays membres et les sanctions économiques mutuelles fragilisent beaucoup cette structure.

En 1996, sur le flanc sud de la Russie, s'est formée une alliance entre la Géorgie, l'Ukraine, l'Azerbaïdjan, élargie à la Moldavie (1997) et à l'Ouzbékistan (1999), le GUUAM, acronyme anglais des noms des cinq États membres, qui ont tous des relations tendues avec Moscou. Les objectifs étaient d'équilibrer l'influence russe au sein de la CEI, de renforcer la coopération économique et politique et de créer, avec l'aide occidentale, un couloir de transport des hydrocarbures d'un coût très élevé et d'une logistique complexe évitant les territoires russe et iranien. À cette date (1999), ces pays ne font plus partie du TSC et, avec le soutien de l'Occident, essaient d'isoler la Russie du Sud. Excepté l'Ouzbékistan, ils connaissent tous des problèmes d'intégrité territoriale dans lesquels Moscou est directement ou indirectement impliqué. En accordant une large autonomie à la Crimée, l'Ukraine a évité le partage de son territoire, tandis que la Géorgie, la Moldavie et l'Azerbaïdjan sont de facto divisés.

L'appartenance à différentes aires géopolitiques, l'éloignement géographique et le manque de continuité territoriale entre les pays membres constituent un handicap majeur pour la survie du GUUAM, devenu GUAM en 2005, l'Ouzbékistan s'étant retiré de l'alliance pour rejoindre une année plus tard le TSC. Après a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en civilisation russe et soviétique, université de Lille-III (U.F.R. des langues étrangères appliquées)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Garik GALSTYAN, « CASPIENNE, géopolitique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caspienne-geopolitique/