CASPIENNE, géopolitique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les États caspiens au centre des enjeux énergétiques

La dissolution de l'URSS, la formation de nouveaux États caspiens et la découverte de riches gisements d'hydrocarbures ont largement contribué à réactiver le « Grand Jeu ». Sur fond de besoin croissant en gaz naturel et en pétrole dans le monde, un nouveau partage des ressources énergétiques de la région caspienne ainsi qu'une nouvelle répartition des voies de communications existantes et futures se sont opérés. Une fois leur indépendance retrouvée, l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Turkménistan ont vite été exposés aux convoitises russe, turque, iranienne, américaine, européenne et chinoise. Afin de renforcer leur fragile souveraineté, ces États ont d'emblée misé sur l'exploitation de leurs richesses énergétiques pour faire décoller leurs économies nationales en pleine crise.

Parmi les nouveaux pays caspiens, c'est l'Azerbaïdjan qui a mené la politique la plus indépendante. La plupart de ses gisements se trouvant en pleine mer, il a été impliqué dans des litiges avec le Turkménistan et l'Iran. Il a été le premier à investir dans la mise en valeur de son plateau continental, activité couronnée par la signature, en septembre 1994, du « contrat du siècle » avec des compagnies étrangères pour l'exploitation de trois gisements offshore.

Contrairement à l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, qui partage avec la Russie la partie septentrionale de la Caspienne, a opté pour une politique de coopération avec différents pays sur son territoire. Il s'associe fructueusement avec la Russie, sans oublier de s'ouvrir à l'Occident et à la Chine en forte demande d'énergie. Cette ligne pragmatique s'explique par la pérennité du régime kazakh, Noursoultan Nazarbaïev étant au pouvoir depuis 1989, et par la présence de fortes minorités russes dans les provinces septentrionales. En 1997, le Kazakhstan a également signé avec la Chine un « contrat du siècle », grâce auquel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en civilisation russe et soviétique, université de Lille-III (U.F.R. des langues étrangères appliquées)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Garik GALSTYAN, « CASPIENNE, géopolitique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/caspienne-geopolitique/