CARTOMANCIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les tarots

En 1781, Antoine Court de Gébelin, pasteur protestant et franc-maçon installé à Paris, y fait paraître le huitième volume de son Monde primitif, sorte d'encyclopédie assez fantaisiste de l'humanité avant l'humanité. L'ouvrage de Court de Gébelin serait resté bien oublié s'il n'avait contenu un chapitre qui exposait pour la première fois un essai sur les origines du tarot. Frappé par les allégories un peu étranges de ce jeu venu d'Italie et pratiqué en France depuis le xvie siècle, le « savant antiquaire » n'hésite pas à y voir des hiéroglyphes égyptiens formant un « Livre de Thot ». L'interprétation proposée mêle les thèmes divinatoires et symboliques, évoque la kabbale et les « bohémiens » (tsiganes), offrant ainsi, en dépit de ses impasses historiques que l'égyptologie à naître allait démentir, les bases d'une réflexion encore aujourd'hui très fertile.

Le message fit des adeptes, au premier rang desquels Etteilla. Celui-ci vit tout de suite les accointances avec l'art de lire dans les cartes qu'il pratiquait depuis quelques années et le parti valorisant qu'il pouvait tirer du tarot. De 1783 à 1786 parurent pas moins de dix livres où Etteilla exprimait son interprétation très personnelle du tarot, juxtaposant aux intuitions de Court de Gébelin une vision originale qu'il devait traduire ensuite sous la forme d'un tarot « rectifié », gravé en 1788 et toujours édité (Grand Tarot égyptien d'Etteilla). Le tarot divinatoire était né.

Son symbolisme plus complexe, la puissance de ses allégories à la fois médiévales et humanistes allaient faire du tarot un support de la pensée ésotérique. Quelque peu évincé par la cartomancie avec cartes spéciales au début du xixe siècle, le tarot reçut en 1856 une impulsion nouvelle avec le mouvement occultiste régénéré par Éliphas Lévi, Paul Christian, Jean-Alexandre Vaillant et quelques autres. Désormais « enrichi » de kabbale, d'astrologie et de multiples autres théories quant à ses origines, sa signification et sa « philosophie », le tarot allait former une branche particulière de la tradition occultiste occidentale.

Auteur, comme Éliphas Lévi, d'une Histoire de la magie de pure fiction, Paul Christian (de son vrai nom Jean-Baptiste Pitois, 1811-1877) a joué un rôle décisif dans le développement de la cartomancie, publiant sous les divers masques dont il s'est affublé (Frédéric de La Grange, Hortensius Flamel, Lussidès, P. Christian...) plusieurs ouvrages peu scrupuleux qui ont contribué à répandre l'idée d'une origine antique du tarot divinatoire. C'est notamment à lui que l'on doit l'emploi du terme « arcanes » à propos des cartes du tarot.

Réédité tout au long du xixe siècle dans diverses versions plus ou moins fidèles (dont le délicieux Jeu de la Princesse Tarot en 1864), le tarot d'Etteilla n'eut pas de vrai concurrent avant 1889. C'est à Oswald Wirth (1860-1943) que revient le mérite d'avoir conçu et dessiné cette année-là les 22 Arcanes du Tarot kabbalistique qui furent réédités en 1927. Mais il faut attendre 1909 pour voir naître deux tarots complets de 78 cartes, celui que dessina Jean-Gabriel Goulinat pour accompagner le livre de Papus, Le Tarot divinatoire, et le jeu inspiré par Arthur E. Waite et illustré par Pamela Colman Smith que publia à Londres l'éditeur Rider. Réédité à de multiples reprises, souvent imité, ce dernier a fini par entrer à son tour dans le répertoire, aujourd'hui international, des classiques de l'ésotérisme.

Mais, en revenant au tarot de Marseille, Oswald Wirth avait lancé un mouvement de retour aux sources que le fabricant français B.-P. Grimaud, riche d'un catalogue de cartomancie inégalé, allait favoriser en publiant, en 1930, un « Ancien Tarot de Marseille » inspiré d'un authentique jeu du xviiie siècle. Pour nombre de voyants et de « tarologues », c'est le seul vrai tarot. Aussi ce modèle est-il aujourd'hui le plus vendu.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : licencié ès lettres, ingénieur du Conservatoire national des arts et métiers, historien du jeu

Classification

Autres références

«  CARTOMANCIE  » est également traité dans :

COURT DE GÉBELIN ANTOINE (1725-1784)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 911 mots

Fort oublié de nos jours, Antoine Court, dit « de Gébelin », fut en son temps un savant respecté. La postérité en jugea autrement, qui voit en lui un encyclopédiste manqué et un mystificateur involontaire. Si son apport à la phonologie balbutiante est reconnu, son principal titre de gloire reste d'avoir jeté les bases d'une lecture ésotérique du tarot. On ne sait au juste ni où ni quand Antoine Co […] Lire la suite

ETTEILLA JEAN-BAPTISTE ALLIETTE LE JEUNE dit (1738-1791)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 602 mots

Etteilla n'est vraiment connu que par le tarot divinatoire qui porte son nom et reste un des classiques de la cartomancie. On savait à peine que sous ce nom se cachait un homme nommé Alliette, auteur de plusieurs manuels de divination entre 1770 et 1791. Des recherches récentes ont permis de mieux cerner le personnage. Jean-Baptiste Alliette est né à Paris en 1738, sans doute le 1 er  mars, second […] Lire la suite

LE NORMAND ou LENORMAND MARIE-ANNE (1772-1843)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 767 mots

Marie-Anne Le Normand, plus connue sous le nom de « Mademoiselle Lenormand », est sans doute la voyante la plus célèbre des temps modernes. Cette popularité, elle la doit à un jeu de cartomancie, pourtant apocryphe, plus qu'à ses écrits – quelque quatorze ouvrages aujourd'hui largement oubliés – dans lesquels elle raconte ses songes et ses visions, et se vante de rencontres prestigieuses, pour la […] Lire la suite

PATIENCES & RÉUSSITES

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 761 mots

Les patiences sont-elles des jeux de cartes ? Nombre d'auteurs préfèrent les traiter à part. Pourtant, leur caractère ludique, même s'il est solitaire et parfois teinté d'introspection, est indéniable. Patience ou réussite ? Il semble que les deux termes soient parfaitement synonymes en français, même si le premier est un peu plus ancien et le second plus proche de la cartomancie. S'il n'y a guèr […] Lire la suite

TAROT

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 195 mots

Dans le chapitre « Le tarot divinatoire et occultiste »  : […] Mais le xviii e  siècle voit une autre mutation se produire : c'est en France, pôle de rayonnement du jeu, exportant ses productions même en Italie que prend naissance une tradition ésotérique aujourd'hui largement diffusée, notamment à travers la cartomancie. La publication, en 1781, du huitième volume du Monde primitif d'Antoine Court de Gébelin (1725-1784) en donne le coup d'envoi : à la reche […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry DEPAULIS, « CARTOMANCIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cartomancie/