CARNAVAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symbolique du carnaval

Découvrant, à la fin du xviiie siècle, le carnaval de Rome et ses scènes délirantes jouées par des hommes travestis en femmes, Goethe notait que « le carnaval est une fête qui, à vrai dire, n'est pas donnée au peuple mais que le peuple se donne à lui-même. »

Dans l'espace rural ou urbain, une mise en scène fantastique se crée, avec des rites scrupuleusement respectés au fil du temps, des personnages de mondes merveilleux et monstrueux, tout droit tirés du folklore et des mythologies populaires. Attribut originel de la fête carnavalesque, le masque grotesque, le masque de déguisement, était à l'origine investi d'un sens sacré, quasi magique. On en trouve le témoignage dans les grandes civilisations de la Méditerranée, en Égypte, en Grèce, et particulièrement en Italie avec de nombreuses représentations de masques et de danseurs masqués sur des vases grotesques et des fresques murales. Il s'agissait de comédies carnavalesques que l'on appelait Cômos, ou bien de fêtes tumultueuses données en l'honneur du culte de Dionysos. Derrière le masque, c'est en vérité la figure d'un médiateur, d'un passeur qui est invoquée.

Roger Caillois mettait quant à lui l'accent sur la symbolisation par le carnaval du « temps usé », que l'homme congédie avec l'année révolue. Dans cette représentation, l'utilisation des déchets produits par l'homme et sa société peut ainsi se traduire par le barbouillage du corps, par des souillures, voire des éléments scatologiques, qui recherchent, dans une sorte de catharsis populaire, à régénérer la communauté, à l'aider à surmonter sa peur des épreuves qui l'attendent, pour stimuler le renouveau de la vie.

Ce sont les témoignages contemporains et modernes de cette survivance de l'homme sauvage, des cultes païens de la fertilité associés à l'ivresse, à la paillardise, voire au scatologique, que nous observons partout où s'est maintenu le carnaval, depuis les hautes vallées des Alpes ou des Pyrénées jusqu'aux cités qui ont conservé leurs traditions médiévales ou renaissantes : pastiche de cortèges d'entrées princières, corsi de rois en carton-pâte des carnavals méditerranéens, passage des géants protecteurs des cités de Flandre. C'est aussi la symbolique du monumental éphémère qui est exaltée à Nice, à Viareggio, à La Nouvelle-Orléans et à Rio de Janeiro, où les chars atteignent la démesure, et encore à Valence, qui s'embrase du feu purificateur des fallas.

Le mythe de l'homme sauvage

Dans les différentes civilisations ou religions, il existe des croyances liées à la circulation des « âmes errantes », ou « âmes des morts », à un moment propice de l'année, celui qui facilite leur accession à l'univers qui leur est réservé, le monde éthéré ou céleste. C'est ainsi que Halloween, fête liée à la tradition celtique, se situe le 1er novembre, jour de la procession des âmes des morts, qui libérées du monde souterrain des démons, des forces chtoniennes, remontent à la surface de la terre pour rejoindre le ciel. Dans la tradition chrétienne, la période du carnaval est favorable à la circulation des âmes, qui attendent impatiemment en enfer de pouvoir se joindre au cortège des âmes errantes. Elles pourront le moment venu, le jour de la Chandeleur selon la tradition, regagner leur univers de prédilection, le ciel.

Toute une dramaturgie populaire s'est instaurée ainsi au cours des siècles dans les carnavals des campagnes comme dans ceux des villes, qui rejoue le voyage de ces âmes errantes, un thème que l'on retrouve également dans les civilisations non occidentales. Omniprésents dans les carnavals européens sous diverses formes, animales ou végétales, ours ou hommes feuillus, hommes de paille ou barbouillés de souillures, les hommes sauvages apparaissent souvent comme les héros principaux de la fête, l'élément essentiel, chargés de conduire « les âmes errantes » vers « l'autre monde » au milieu d'un charivari provoqué par les « instruments des ténèbres ». L'homme sauvage a su résister aux attaques du temps et de la modernité dans des petites communautés éparpillées dans le monde. Daniel Fabre insiste sur l'importance du sacrifice de l'homme sauvage pour que l'homme puisse tri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : présidente de Carnaval sans frontières, ancien expert-consultant auprès de l'U.N.E.S.CO. pour les carnavals, D.R. en histoire (université de Nice), D.E.S.S. en psychologie sociale et clinique (université de Nice)

Classification

Autres références

«  CARNAVAL  » est également traité dans :

FASTNACHTSPIEL, théâtre

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 370 mots

Les premières représentations du théâtre profane en langue allemande s'insèrent dans les cadres des festivités du carnaval. Attesté depuis la seconde moitié du xiv e siècle sous le nom de Fastnachtspiel , son âge d'or coïncide avec le triomphe de la Réforme (il existe des pièces de propagande) ; le Volksbuch (livre de littérature populaire) va en répandre le texte. Conscientes de la puissance su […] Lire la suite

FÊTE

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT, 
  • Jean-Pierre MARTINON
  •  • 6 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ruptures et renversements »  : […] L' organisation de la fête produit le rassemblement symbolique d'intérêts socialement et imaginairement antagonistes, mimant, dans un espace donné et grâce à une chronologie fixée, un consensus social par lequel chacun accepte comme un présupposé l'entendu dans le malentendu. Communion, différenciation, débordement et normes intériorisées, réglementation minutieuse du cadre de la fête structurent […] Lire la suite

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « Aspects matériels »  : […] Ce que l'ethnologue qualifie de jeu « magique » dans les rites de chasse, de pêche et d'agriculture peut n'être ni ludique ni magique aux yeux des participants. Des peuples chasseurs, par exemple, se consacrent au jeu en même temps qu'ils se soumettent à divers tabous, pendant la période précédant une grande chasse à courre. Ils fêtent le butin également par des jeux et ne distinguent guère ce qu […] Lire la suite

JEU - Jeu et rationalité

  • Écrit par 
  • Jacques EHRMANN
  •  • 4 828 mots

Dans le chapitre « Jeu et « réalité ordinaire » »  : […] Huizinga, par exemple, explique que le jeu « représente un combat ou un concours ». « Représente » est entendu ici dans le sens de faire voir, comme le paon se donne à voir quand il fait la roue. « Si l'oiseau y ajoute des pas de danse, la chose devient alors un spectacle, une évasion de la réalité ordinaire, une transposition de cette réalité sur un plan plus élevé. Nous ignorons ce qui alors se […] Lire la suite

JOBELIN

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 336 mots

Dans la première édition imprimée de François Villon (Pierre Levet, 1489), six ballades en argot sont rassemblées sous le titre : Jargon et jobellin . Le second terme doit préciser le premier ; on pense qu'il désigne le jargon des gueux ; mais, si on le rapproche du mot « jobe » (niais, sot), on peut se demander s'il ne s'applique pas au langage des « sots » et de la « sottie », dont l'obscurité e […] Lire la suite

MARDI GRAS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 151 mots
  •  • 1 média

Fête chrétienne mobile dépendant de la date de Pâques, le Mardi gras est célébré dans une période allant du 2 février au 9 mars, soit une quarantaine de jours avant le dimanche de Pâques. Dernier des jours gras, le Mardi gras précède immédiatement le mercredi des Cendres, premier jour du carême pour les Églises chrétiennes d'Occident. On consomme ce jour-là une dernière fois des aliments gras ava […] Lire la suite

SATURNE, religion romaine

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 789 mots

Le culte de Saturne est attesté à Rome depuis la plus haute antiquité et s'est maintenu assez vivace jusqu'à la fin de l'Empire ; mais il n'est pas possible pour autant de cerner avec précision les contours du personnage divin auquel il s'adressait. Son temple, au sud-ouest du Forum, abritait l'aerarium, sorte de coffre-fort public où étaient conservés, sous la responsabilité des questeurs, les ob […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « La chrétienté médiévale »  : […] En même temps que les structures politiques et sociales du monde antique, les Grandes Invasions balaient un trésor millénaire de culture. Cependant, les brassages de populations qui s'en sont suivis ont produit tôt ou tard des conditions favorables à la diffusion du message chrétien. C'est dans les régions réputées « barbares », Germanie, Pays-Bas, îles Britanniques, Gaule incomplètement romanisée […] Lire la suite

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Bernard CORDIER
  •  • 6 249 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aspects socioculturels »  : […] À quelques exceptions près, la différenciation sexuelle est appliquée depuis que les humains sont organisés socialement. Aristote, déjà, se demandait si les places différentes qu’occupent les hommes et les femmes dans la société pouvaient se justifier en référence à un ordre naturel. Avant l’avènement de l’état civil, quelle que soit la culture, le vêtement, la parure, les fonctions, les tâches r […] Lire la suite

Les derniers événements

20-23 février 2020 Belgique – Israël. Nouvelle polémique au sujet du carnaval d'Alost.

En décembre 2019, l’UNESCO avait annoncé le retrait du carnaval d’Alost de sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Les autorités flamandes concernées se refusent à interdire ces caricatures au nom de la liberté d’expression. Le 23, tandis que de nouveaux chars véhiculant des stéréotypes de juifs défilent lors du carnaval d’Alost, la Première ministre Sophie Wilmès juge que ces représentations « portent préjudice à nos valeurs ainsi qu’à la réputation de notre pays » et estime qu’« il revient donc aux institutions compétentes et à la justice de déterminer si les faits qui se sont déroulés pendant le carnaval enfreignent la loi ». […] Lire la suite

13 décembre 2019 Belgique. Retrait du carnaval d'Alost de la liste du patrimoine culturel de l'UNESCO.

L’UNESCO annonce le retrait du carnaval d’Alost (Flandre-Orientale) de sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité – décision sans précédent. Lors du festival, en mars, la présence d’un char représentant des juifs orthodoxes au nez crochu, juchés sur des sacs d’argent, avait suscité une polémique. Le bourgmestre d’Alost, Christoph D’Haese (Alliance néo-flamande, N-VA), avait alors plaidé le « rituel de transgression » propre à la tradition du festival et avait associé les réactions des organisations juives, de la Commission européenne, de l’UNESCO et de capitales étrangères à « une forme de censure ». […] Lire la suite

12 mars 2019 Brésil. Arrestation des auteurs présumés de l'assassinat de Marielle Franco.

Le carnaval qui s’est déroulé au début du mois dans la ville lui avait rendu hommage. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie SIDRO, « CARNAVAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carnaval/