CARMEN, Prosper MériméeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une Manon espagnole

Des quatre chapitres qui constituent Carmen, un seul forme l'histoire proprement dite. Dans les deux premiers, sorte de préambule, le narrateur, archéologue à la recherche de l'emplacement de la bataille de Munda, rencontre à trois reprises le bandit José Navarro : une première fois sur la route, il favorise la fuite de celui-ci ; une deuxième fois, dans un café de Cordoue, il lui doit d'échapper à une bohémienne, la Carmencita ; une troisième fois, il lui rend visite dans la prison où il attend d'être exécuté. C'est là que le condamné lui fait le récit de ses malheurs, qui va occuper tout le troisième chapitre, sensiblement plus long que les deux précédents. Brigadier sur le point d'être nommé maréchal des logis, don José est chargé de conduire en prison une cigarière qui a blessé une de ses compagnes lors d'une dispute. Séduit par la jeune femme, il la laisse s'échapper, ce qui lui vaut d'être dégradé et emprisonné. Dès sa sortie, il part retrouver Carmen, et, après avoir tué son lieutenant dans une rixe, se joint à la bande de contrebandiers dont elle fait partie. La jalousie l'amène bientôt à commettre un nouveau meurtre : la victime, cette fois, est un certain Garcia, le « mari » de Carmen. Mais cette dernière se lasse et répond aux avances du picador Lucas. Fou de désespoir, José veut l'emmener en Amérique. Puis, comme elle refuse, il la poignarde et va se constituer prisonnier. Le quatrième chapitre, ajouté dans l'édition de 1847, est un appendice sur la vie des bohémiens.

Carmen, Prosper Mérimée

Photographie : Carmen, Prosper Mérimée

Photographie

Illustration de Gustave Doré pour Carmen, de Prosper Mérimée. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Cette structure a de quoi surprendre : contrairement à ce que le genre requiert généralement, les deux chapitres liminaires et l'appendice tendent à dilater la nouvelle, tout en créant un déséquilibre accentué par les énonciations successives (le narrateur, don José, l'auteur). Peut-être faut-il voir là l'une des raisons de l'accueil médiocre fait en son temps à une œuvre qui, du coup, paraît aujourd'hui étonnamment moderne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARMEN, Prosper Mérimée  » est également traité dans :

MÉRIMÉE PROSPER (1803-1870)

  • Écrit par 
  • Guy DUMUR
  •  • 1 321 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une passion froide »  : […] En 1841, deux ans après un voyage en Corse, Mérimée publie Colomba , que l'on pourrait rapprocher d'une des Chroniques italiennes de Stendhal, si, là encore, il ne donnait la preuve d'une maîtrise qui se fera invisible dans Carmen , son récit à juste titre le plus célèbre, écrit, au dire de l'auteur, en huit jours et publié en 1847. Récit dans le récit, Carmen , dès qu'on cesse d'interposer l'ima […] Lire la suite

Les derniers événements

Brésil. Affrontements meurtriers dans des prisons. 2-15 janvier 2017

Le 2, dans la prison d’Anísio Jobim à Manaus (Amazonie), des affrontements entre membres de gangs impliqués dans le trafic de cocaïne font cinquante-six morts. La présidente de la Cour suprême Cármen Lúcia dénoncera, le 4, une situation carcérale « grave et qui va exploser » ‒ le taux d’occupation […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « CARMEN, Prosper Mérimée - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carmen/