SAURA CARLOS (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'image, l'espace, l'acteur

Que le cinéma soit l'instrument privilégié d'une telle quête ne surprendra personne. C'est en explorant les ressources de l'image, de l'espace, du jeu des acteurs, que Saura parvient à animer les situations les plus plates.

L'image (album de photos, tableaux de famille, vision, souvenir, fantasme) ouvre une brèche dans le tissu lisse des conduites familières. Nous sommes aux antipodes de Proust, quoi qu'on en pense, car celui-ci éprouve du bonheur à renouer le fil de la mémoire tandis que Saura découvre l'image comme déchirure, violence, aveuglement (c'est la métaphore de la torture dans Les Yeux bandés : voir fait mal comme une lumière trop vive). L'image est effraction, révélation brutale d'un domaine où l'on est en danger de mort. Ainsi, la vision inaugurale de Cría cuervos mêle les gémissements du plaisir aux râles de l'agonie. La petite Anna découvre dans la pénombre d'une chambre son père avec une jeune femme qui s'enfuit précipitamment. Elle s'approche, constate que son père est mort. Elle gardera son lourd secret. L'image est transgression, culpabilité, angoisse. Voir, c'est accéder à ce qui est interdit. C'est lire entre les mots, percer les remparts protecteurs du langage.

L'espace est une invitation à demeurer. Dans tous les films, les personnages s'installent quelque part pour entreprendre le voyage imaginaire. Paysage désert de Castille dans La Chasse, maison suspendue dans la vieille ville de Cuenca (Peppermint frappé), villa-blockhaus dans La Madriguera, maison isolée dans le vallonnement des collines (Anna et les loups), maison de campagne au milieu des champs (Elisa vida mía), cimetière en Castille, plaine de Ségovie, encore, dans La Cousine Angélique.

L'espace, vide et silencieux, s'offre aux rencontres les plus inattendues. La banalité du décor, sa platitude même sollicitent l'irruption du fantastique. Saura sait peindre les lieux les moins pittoresques, les actions les plus ordinaires (le repas d'anniversaire dans la maison de campagne au début d'Elisa). Comme Bergman, il ouvre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-V-René-Descartes, critique de cinéma

Classification

Autres références

«  SAURA CARLOS (1932- )  » est également traité dans :

CRIA CUERVOS, film de Carlos Saura

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 968 mots

Cria Cuervos est le dixième long-métrage de Carlos Saura, mais c'est le film qui l'a fait connaître en France. Jusqu'en 1976, le cinéma espagnol n'est distribué à Paris que de manière très confidentielle. Le premier long-métrage de Saura, Los Golfos […] Lire la suite

ESPAGNOL CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 315 mots

On peut faire remonter à 1896 les premières manifestations cinématographiques en Espagne. Le 15 mai, un représentant des frères Lumière organise la première projection à Madrid et, à la fin de l'année, un Espagnol filme La Sortie de la messe de midi à l'église du Pilar de Saragosse . L'année suivante, Fructuoso Gelabert construit la première caméra espagnole et met en scène le premier film de fict […] Lire la suite

GADES ANTONIO (1936-2004)

  • Écrit par 
  • Martine PLANELLS
  •  • 1 064 mots

Dans le chapitre « De la photographie à la création du ballet flamenco  »  : […] Né le 14 novembre 1936 à Elda, village de la province d'Alicante, Antonio Esteve Ródenas est le fils d'une famille d'ouvriers républicains. À Madrid, où sa famille s'est installée, il quitte l'école à l'âge de onze ans. Pour échapper à la pauvreté, il sera groom avant d'enchaîner les petits métiers. De son passage comme assistant photographe, il gardera le sens du cadrage et l'art d'assembler les […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - Le cinéma et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 452 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les films officiels »  : […] La question d'un film officiel des jeux Olympiques semble évoquée pour la première fois par le C.I.O. en 1938. Cette réflexion fait bien sûr suite à la réussite du film de Leni Riefenstahl Olympia (sorti en France sous le titre Les Dieux du stade ). Grâce aux immenses moyens mis à la disposition de la réalisatrice par le III e  Reich, celle-ci propose une œuvre grandiose, d'une incontestable qual […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean COLLET, « SAURA CARLOS (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-saura/