DREYER CARL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nudité des visages

Si l'œuvre de Dreyer peut paraître difficile, c'est seulement parce que cet homme astucieux et inventif n'a jamais pris deux fois le même chemin. Peut-être parce qu'il a peu tourné, chacun de ses films s'est nourri d'une longue réflexion, et donc aussi d'une critique impitoyable de ce qui fut fait, de telle sorte que chaque film apparaît comme une aventure neuve, une expérience originale.

Les films muets qui aboutissent à La Passion de Jeanne d'Arc sont marqués par l'expressionnisme et, à travers lui, par l'influence plus souterraine, mais plus décisive, de Griffith, d'une dizaine d'années plus âgé que Dreyer. Déjà Dreyer est hanté par un souci de réalisme, qui ne le quittera jamais. Au comédien, il préférera toujours le figurant qui a du caractère. Il est fasciné par les visages. « Un visage, dit-il, c'est une terre qu'on n'est jamais las d'explorer. » À la beauté conventionnelle des acteurs, il oppose la nudité expressive des visages de vieillards – son œuvre, dès le début, est peuplée de vieillards – comme si ces visages ne pouvaient pas mentir, parce qu'ils rendent visibles, enfin, tous les sentiments accumulés par une vie entière. C'est pourquoi, loin de couvrir par le maquillage les traits du visage, il les met en lumière, les révèle. Falconetti ne sera jamais maquillée pour interpréter Jeanne d'Arc. « Si l'on couvre un visage de fard, dit-il, on efface quelque chose de son caractère. Les rides d'un visage, petites ou grandes, racontent énormément de choses sur un caractère. »

Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc

Photographie : Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc

Photographie

Falconetti dans le rôle principal de La Passion de Jeanne d'Arc (1928), film muet du réalisateur danois Carl Dreyer (1889-1968), d'après Joseph Delteil. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Antonin Artaud dans La Passion de Jeanne d'Arc

Antonin Artaud dans La Passion de Jeanne d'Arc
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc

Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-V-René-Descartes, critique de cinéma

Classification

Autres références

«  DREYER CARL (1889-1968)  » est également traité dans :

DREYER CARL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 582 mots

3 février 1889 Naissance d'un enfant sans nom à Copenhague, d'une fille mère employée dans une ferme, Joséphine Nillson.5 avril 1891 Adopté, l'enfant reçoit le nom de Carl Theodor Dreyer.1905-1912 Après des études au cours desquelles il a fréquenté des groupes « libéraux », Dreyer entre à la compagnie des télégraphes. Il fa […] Lire la suite

ORDET (C. Dreyer)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 197 mots

Ordet, c'est-à-dire la « Parole », ou plus exactement le Verbe dont nous parle la Bible. La puissance, après un demi-siècle, du film de Carl Dreyer (1889-1968) tient pourtant plus au silence qu'à la voix. Silence qui accompagne, sur la bande sonore du film, le moment où Johannes, le fils « perdu » qui parcourt les dunes en se prenant […] Lire la suite

ORDET, film de Carl Theodor Dreyer

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 029 mots

Avec Benjamin Christenssen à l'époque du muet et Lars von Trier récemment, Carl Theodor Dreyer (1889-1968) est la seule gloire cinématographique du Danemark. Pourtant, lorsqu'en 1954 il entreprend d'adapter la pièce de Kaj Munk, Le Verbe ( […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Érôs et Thanatos »  : […] « Tu me tues, tu me fais du bien. » Les huit monosyllabes de ce leitmotiv harcelant d' Hiroshima mon amour , agressivement contradictoires, deviennent, dans la mémoire, chant profond, recomposent idéalement, au bénéfice de la simplicité, un film surchargé d'intentions. Par-delà la rhétorique des dialogues et du montage, par-delà les symboliques pluies de cendre couvrant les corps, ce chant demeure […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

SCANDINAVE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 766 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du muet »  : […] Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le cinéma danois est un des premiers producteurs mondiaux. Les réalisateurs August Blom, Urban Gad, Viggo Larsen, Robert Dinesen tournent des mélodrames et des drames romantiques d'atmosphère parfois fantastique, dominés par des figures de femmes émancipées qui préfigurent l'archétype de la vamp, où excellent Asta Nielsen (« la Duse du Nord »), Clara Pontopidda […] Lire la suite

VAMPIRE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Le thème du vampire doit sa célébrité au cinéma. Dès le xviii e  siècle, Dom Calmet avait réuni tous les éléments du mythe (monstre buveur du sang des vivants, qui ne peut mourir que d'un pieu enfoncé dans le cœur), éléments repris, au xix e  siècle, par Collin de Plancy dans son Dictionnaire infernal et par de nombreux écrivains russes (Gogol, Alexis Tolstoï), anglo-saxons (Polidori, Montaigue R […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean COLLET, « DREYER CARL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-dreyer/