CARDIOTONIQUES ou TONICARDIAQUES

ADONIS, botanique

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 415 mots

Rare et localisé en France (où les récolteurs des laboratoires pharmaceutiques le mettent en danger de régression), l'adonis printanier (renonculacée) n'y a jamais pris place dans la pharmacopée populaire. Dans le centre et le sud-est de l'Europe, où il est bien plus répandu, il a connu des emplois très anciens, tant comme diurétique que comme succédané de l'hellébore noir, avec lequel il a des pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adonis-botanique/#i_88422

AUBÉPINE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 644 mots
  •  • 1 média

Pour l'usage médicinal, on peut réunir sous le même nom d'aubépine les deux Crataegus les plus répandus de la flore française : Crataegus monogyna Jacq. et C. laevigata (Poiret) D.C. ( = C. oxyacantha auct.)  ; rosacées malacées ; leurs propriétés sont identiques. Noter cependant que, si les deux espèces fl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aubepine/#i_88422

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les substances cardio-régulatrices »  : […] Il a été signalé que les substances adrénergiques stimulent le cœur, accroissant le rythme et la force des contractions cardiaques. La paralysie sympathique, inversement, déprime le myocarde. Les récepteurs adrénergiques myocardiques étant de type β, les adrénolytiques β sont antagonistes des effets cardio-stimulants des catécholamines, alors que les adrénolytiques α sont dénués d'action. L'isopré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/#i_88422

DIGITALE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 422 mots
  •  • 1 média

Décrite pour la première fois par Leonhart Fuchs en 1542, reconnue diurétique et cardiotonique à la fin du xviii e  siècle par les Anglais Withering et Cullen (les paysans de leur pays l'employaient empiriquement dans l'épilepsie, non sans risques), la digitale ( Digitalis purpurea  L.) s'est imposée de nos jours comme le gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/digitale/#i_88422

DIGITALINE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 417 mots

De formule chimique brute C 41 H 64 O 13 , la digitaline, utilisée en pharmacopée (tableau A) comme cardiotonique, est un hétéroside très toxique extrait des feuilles de la digitale pourprée ( Digitalis purpurea ) et de la digitale laineuse ( Digitalis lanata ), de la famille des Scrofulariacées. La digitale pourprée pousse en terrain siliceux dans les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/digitaline/#i_88422

DIURÈSE

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 3 238 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Glucosides cardiotoniques »  : […] L'action diurétique de la digitale fut mise en évidence en 1785 lorsque Withering l'introduisit dans le traitement des œdèmes. Les anciens auteurs ont attribué l'action diurétique des glucosides cardiotoniques à l'amélioration de la vitesse de filtration glomérulaire, conséquence de l'amélioration des circulations générale et rénale. Plus récemment, on a démontré que les glucosides cardiotonique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diurese/#i_88422

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Hétérosides d'alcools »  : […] Les hétérosides d'alcools aliphatiques sont représentés par des purgatifs, tels que la convolvuline et la jalapine  ; les oses sont ici combinés avec les groupements hydroxyles d'acides gras hydroxylés. Le β-D-glucopyranoside de l'alcool terpénique, nommé géraniol , se rencontre chez le Pelargonium odoratum . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_88422

MUGUET, botanique

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 290 mots
  •  • 1 média

Plante très toxique, en dépit de son parfum innocent, le muguet ( Convallaria majalis L. ; liliacées) peut provoquer des malaises : un simple brin mâchonné ou les émanations d'un bouquet dans une pièce close ont suffi à indisposer certains sujets. On a relaté des intoxications par l'eau d'un vase de muguet, bue par erreur. Les parties vertes, les fleurs et les baies renferm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muguet-botanique/#i_88422

OUABAÏNE

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 449 mots

Hétéroside cardiotonique de formule brute C 29 H 44 O 12 extrait pour la première fois par Arnaud en 1888 de lianes et des racines d'un arbre qui pousse en Abyssinie, l'ouabaïo, Acokanthera ouabaio , de la famille des apocynacées. L'ouabaïne (ou G-strophantine) se trouve aussi dans les graines d'autres apocynacées comme le Strophantus gratus. Ses propr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouabaine/#i_88422