CARDIOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La coronarographie

Dans cette success story chirurgicale, un grand absent : la maladie coronaire. En 1967, apparaît, outre-Atlantique, la coronarographie qui fut d'abord accueillie avec beaucoup de scepticisme. On lui reprochait d'être dangereuse et, en l'absence de sanction thérapeutique, d'aller contre l'éthique. Aussi, pendant plusieurs années, chaque indication était-elle pesée, réfléchie pendant des heures, âprement discutée jusqu'à l'arbitrage du chef de service. Grâce aux progrès technologiques et à l'expérience des coronarographistes, les risques et les complications de l'examen sont devenus presque inexistants et on assiste aujourd'hui à une flambée des indications, peut-être excessive, pour un examen devenu parfois ambulatoire et, proposition autrefois scandaleuse, qu'on n'hésite plus à réaliser à la phase initiale d'un infarctus du myocarde. En établissant un diagnostic précis des lésions coronaires athéromateuses, la coronarographie ouvrait la voie à la chirurgie coronaire par pontage veineux avant que les pontages « tout artériel » ne se généralisent. Parallèlement, la banalisation de la coronarographie permettait de revisiter notre conception des processus évolutifs de l'athérome coronaire. Au concept de spasme coronaire évoqué dès 1900 par Huchard, décrit cliniquement et électriquement par Prinzmetal en 1959 avant d'être parfaitement étudié en 1973 par Donato et Maseri à Pise, allaient s'ajouter successivement le rôle de la thrombose coronaire et celui de l'instabilité, de nature inflammatoire, de la plaque d'athérome marquant ainsi le début de la prise en charge des syndromes coronaires aigus, avec ou sans infarctus, sur laquelle nous reviendrons plus loin.

Myocarde

Photographie : Myocarde

Photographie

Après destruction (par infarctus) des cellules musculaires du cœur (qui restent visibles, en haut à droite, en rouge), le tissu musculaire cicatrise en devenant fibreux: matériel conjonctif, en rose, non contractile. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Myocarde

Myocarde
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Pacemaker

Pacemaker
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARDIOLOGIE  » est également traité dans :

ANALEPTIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 189 mots

Drogues qui ont une action stimulante sur le fonctionnement des différents appareils de l'organisme. Les plus connus des analeptiques sont ceux qui agissent sur le système cardio-vasculaire et ceux qui agissent sur le système nerveux (psycho-analeptiques). Les analeptiques cardio-vasculaires sont surtout utilisés en cas de collapsus ; ils ont, en plus de leur action propre sur le cœur, une action […] Lire la suite

ANGOR

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 224 mots

Un angor pectoris , ou angine de poitrine, est une manifestation clinique qui traduit une anoxie transitoire du muscle cardiaque. Le diagnostic se fonde sur la nature des crises, que caractérisent des douleurs rétrosternales survenant typiquement à l'effort, brèves, constrictives. L'électrocardiogramme est utile au diagnostic en permettant l'étude des troubles de la repolarisation myocardique. L'é […] Lire la suite

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre les besoins en oxygène du muscle cardiaque (myocarde) et les apports de sang oxygéné réalisés par […] Lire la suite

ANTIARYTHMIQUES

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 368 mots

Par définition, les médicaments antiarythmiques sont des substances susceptibles de prévenir ou de réduire un trouble du rythme cardiaque. Ces médicaments sont nombreux, leurs structures biochimiques très différentes, leurs classifications pharmacologiques diverses, mais tous se caractérisent par une toxicité potentielle capable de réduire, à faibles doses, l'activité d'un groupe cellulaire respon […] Lire la suite

ARYTHMIE CARDIAQUE ou TROUBLE DU RYTHME CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 395 mots

L'arythmie cardiaque désigne un défaut de la régularité des battements du cœur, habituellement causé par des anomalies du système de conduction des impulsions qui commandent ces battements. Affectant aussi bien le cœur sain que le cœur malade, l'arythmie n'a pas en elle-même de signification pathologique, mais elle fragilisera la fonction cardiaque d'autant plus qu'elle se trouvera associée à d'au […] Lire la suite

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Maladies imputables à l'athérosclérose »  : […] L'athérosclérose ne se localise qu'en certains segments des artères de gros et moyen calibre, correspondant généralement à des zones où la circulation du sang soumet la paroi de l'artère à des contraintes physiques particulières : courbures, bifurcations, branchements. La manifestation la plus commune est la maladie coronaire ou ischémie du myocarde par athérosclérose coronaire . Les lésions resp […] Lire la suite

BARNARD CHRISTIAAN (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Christian CABROL
  •  • 1 164 mots

Figure de la chirurgie cardiaque, le Sud-Africain Christiaan Barnard naît en 1922 dans la petite ville de Beaufort West (Cap-Ouest), dans une famille de quatre enfants dont le père est un pasteur protestant. Après avoir entrepris ses études primaires dans sa ville natale, il poursuit ses études universitaires et médicales au Cap. Reçu docteur en médecine en 1946, il exerce pendant plusieurs années […] Lire la suite

BÊTABLOQUANTS

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 812 mots

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculai […] Lire la suite

BLALOCK ALFRED (1899-1964)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 228 mots

Chirurgien américain, qui, avec la pédiatre et cardiologue Helen B. Tanssig a mis au point un traitement chirurgical pour les enfants affectés par la tétralogie de Fallot, encore connue sous le nom de « bébés bleus ». Après ses études à l'université de Georgie Blalock entra en 1918 à l'École de médecine de la John Hopkins University où il reçut son diplôme de docteur en médecine en 1922. De 1925 à […] Lire la suite

BOUILLAUD MALADIE DE ou RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 529 mots

Sous le terme de maladie de Bouillaud ou rhumatisme articulaire aigu, on regroupe un ensemble de manifestations pathologiques, articulaires ou non articulaires, faisant suite à une infection par un streptocoque du groupe A. Un mécanisme immunologique non entièrement élucidé semble à l'origine de cette maladie qui ne se produit que chez un petit nombre des sujets touchés par le streptocoque. La mal […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe BEAUFILS, Robert SLAMA, « CARDIOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cardiologie/