CARAVAGE (vers 1571-1610)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le caravagisme

Caravage, dont la carrière romaine se situe entre 1589 et 1607, ne forma pas d'élève, ne dispensa aucun enseignement, sinon par ses œuvres mêmes. Mais celles-ci influencèrent plusieurs générations d'artistes de passage à Rome, lieu de convergence de l'Europe politique, religieuse et culturelle. Les peintres qui arrivaient vers 1600 de Venise (Saraceni) ou de Florence (Gentileschi), d'Utrecht (Ter Brugghen) ou de Francfort (Elsheimer), pour étudier la grande peinture romaine – Raphaël au Vatican, Carrache à la galerie Farnèse –, découvraient en même temps, dans les toiles de Caravage à Saint-Louis-des-Français par exemple, la force dramatique des lumières et des ombres, et un naturalisme absolument nouveau pour eux. Ils découvraient aussi un répertoire formel nouveau : dans les tavernes ou dans la rue, on pouvait trouver non seulement des modèles, mais des sujets de tableau. Ces mêmes artistes contribuèrent à diffuser le caravagisme avec des variantes, des transpositions plus ou moins personnelles, des développements plus ou moins heureux, d'abord à Rome même, puis en France et aux Pays-Bas. Le phénomène se reproduit à Naples, où Caravage doit se réfugier en 1608 et où il exerce une influence directe sur Carraciolo : la génération suivante sera marquée à la fois par son exemple et par des contacts avec les caravagesques romains.

Parmi ceux-ci, Orazio Gentileschi occupe une place particulière : fixé à Rome vers 1585, il est un des premiers artistes à comprendre l'art de Caravage qu'il sut adapter à sa sensibilité personnelle, issue du maniérisme toscan, et diffuser non seulement en Italie – à Rome, à Gênes, à Naples par sa fille Artemisia – mais en France et en Angleterre. Saraceni, venu à Rome dans les premières années du siècle, élabore, lui, un luminisme qui montre ce qu'il doit à Elsheimer et aussi à sa formation vénitienne, à Giorgione surtout. Tanzio da Varallo, qui rencontre Caravage à Rome avant de regagner le Piémont, y développe un art où le maniérisme lombard s'accorde à un puissant naturalisme. Le Tessinois Serodine évolue vers un impressionnisme singulier, alors qu'on pourrait qualifier de surréaliste la vision d'un Schedone. Quant à Manfredi, il s'inspire jusqu'au plagiat des œuvres du maître, dont il fréquente l'atelier, mais il lui revient d'en avoir transmis la manière à la plupart des artistes du Nord travaillant alors à Rome : Seghers, Tournier, Valentin de Boulogne... La diversité des réactions est la même chez les Napolitains. Ribera découvre le caravagisme à Rome et marque au xviie siècle la peinture napolitaine (Rosa) comme la peinture espagnole. Stanzione, sensible et retenu, prend aussi son inspiration à Rome (Saraceni, Valentin) et influence le lyrisme délicat de Cavallino. Carraciolo est, à Naples, le premier maître de Preti qui se tourne ensuite vers Valentin, Serodine, Stomer, mais se montre sensible aux autres courants contemporains (Bologne, Rome). Enfin, les peintres de natures mortes, Ruoppolo, Porpora, ressentent le choc du naturalisme avant d'évoluer vers la somptuosité baroque.

La Déposition du Christ, J. de Ribera

Photographie : La Déposition du Christ, J. de Ribera

José de Ribera (1591-1652), La Déposition du Christ, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

La diffusion du mouvement n'est pas moins spectaculaire dans l'Europe du Nord, aux Pays-Bas notamment. Les allées et venues des artistes suscitent, d'une génération à l'autre, une pression accrue par le jeu des influences juxtaposées, celles que subissent les artistes à Rome ou, avant même leur départ, celles des artistes qui en reviennent. L'Anversois Janssens séjourne en Italie (vers 1598-1600) avant d'y envoyer ses élèves Gérard Seghers entre 1611 et 1620, Régnier vers 1615, Rombouts en 1617. Celui-ci assimile le caravagisme à travers Manfredi et Valentin, tandis que Seghers tente de l'associer au grand exemple de Rubens. Régnier, originaire de Maubeuge, suit également Valentin et Manfredi, mais subit l'influence de Vouet puis de Reni avant de se fixer à Venise. À Utrecht, un peintre issu du maniérisme, Blomaert, forme Ter Brugghen et Honthorst qui partent pour Rome, le premier en 1604, l'autre en 1610. Ter Brugghen assimile l'art de Manfredi, et celui de Gentileschi ; à son retour, il influence des peintres comme Bramer, lui-même initié déjà au clair-obscur par un long séjour à Rome. Honthorst y laisse le meilleur de son œuvre, concerts et scènes de taverne réunissant musiciens et truands autour d'une chandelle (ce qui lui valut le surnom de Gherardo della Notte) ; lorsqu'il revient dans sa ville natale, vers 1620, Blomaert subit son ascendant et s'intègre au mouvement caravagesque, auquel Baburen participe brièvement (revenu de Rome en 1622, il meurt deux ans plus tard).

La Diseuse de bonne aventure, Nicolas Régnier

Photographie : La Diseuse de bonne aventure, Nicolas Régnier

À la suite de Manfredi, Nicolas Régnier reprend des éléments propres au répertoire caravagesque tout en apportant un certain raffinement dans le rendu des vêtements. Ce tableau relève de la période vénitienne du peintre. Nicolas Régnier, La Diseuse de bonne aventure, vers 1626-1630.... 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le problème est plus complexe en ce qui concerne les Français. Quelques grandes figures émergent. Mais pour bien des œuvres, les attributions oscillent de Leclerc à Saraceni, de Tournier à Manfredi. Les regroupements effectués autour des artistes provisoirement désignés comme « le Maître du Jugement de Salomon » et le « Pensionante del Saraceni » sont appelés à « éclater » pour enrichir, avec les nombreux tableaux encore anonymes, le catalogue des précédents et des maîtres dont le nom est oublié ou dont l'œuvre reste à définir. Valentin, à la suite de Manfredi, apparaît comme un disciple « inconditionnel » de Caravage, mais il est aussi l'élève de Vouet à Rome où celui-ci séjourne quatorze ans (1613-1627) et il est passé d'abord par Venise. Il n'ignore pas les violences du clair-obscur, ni les thèmes réalistes à la mode, mais ne peut sacrifier la couleur à la « manière brune » et « ne tarde pas à mettre beaucoup d'eau dans le vin rouge et épais de cette peinture » (R. Longhi). Vignon est, avec Vouet, l'âme du milieu français de Rome, entre 1617 et 1619. Sans faire du caravagisme une formule, il adopte les figures à mi-corps, les scènes populaires, les effets de lumière contrastés. Ces artistes sont nés, ou ont été formés, à Paris : beaucoup d'autres viennent à Rome directement de leur province, et c'est là qu'après leur retour le caravagisme connaîtra ses prolongements « français », avec l'Auvergnat Guy François (à Rome entre 1608 et 1613) qui doit beaucoup à Saraceni et à Reni, avec l'Arlésien Trophine (ou Théophile) Bigot, le « Maître à la chandelle », ou le Lorrain Jean Leclerc, élève et collaborateur de Saraceni à Rome puis à Venise (1616 et 1622), avec Nicolas Tournier qui séjourna à Rome, où il fut, sinon l'élève, du moins l'émule de Valentin, mais dont l'œuvre est marquée d'une gravité, d'une dignité dans l'expression, étrangères à son fougueux modèle. Tournier serait le plus personnel des caravagesques français s'il n'y avait Georges de La Tour : l'originalité profonde du peintre, la force de l'inspiration lui permettent d'élaborer, à partir des exemples proposés alors par Ter Brugghen, Baburen ou d'autres, de [...]

Mort de saint Antoine, C. Vignon

Diaporama : Mort de saint Antoine, C. Vignon

Claude Vignon (1593-1670), Mort de saint Antoine. Huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

La Rixe des musiciens, G. de La Tour

Photographie : La Rixe des musiciens, G. de La Tour

Georges de La TOUR, La Rixe des musiciens, huile sur toile, 94 cm X 141 cm. Musée J. Paul Getty, Malibu, États-Unis. 

Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Narcisse, Caravage

Narcisse, Caravage
Crédits : Pirozzi/ AKG

photographie

Saint Jérôme, Caravage

Saint Jérôme, Caravage
Crédits : Electa/ AKG

photographie

La Mort de la Vierge, Caravage

La Mort de la Vierge, Caravage
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Déposition du Christ, J. de Ribera

La Déposition du Christ, J. de Ribera
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARAVAGE (vers 1571-1610)  » est également traité dans :

CARAVAGE. LES DERNIÈRES ANNÉES (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain MADELEINE-PERDRILLAT
  •  • 998 mots

Caravage est l'un des peintres les plus suivis (au sens quasi médical du mot) par les historiens de l'art. Sans parler des livres de vulgarisation ni de l'énième récit romançant sa vie, pas une année ne passe qui n'apporte sa moisson de documents inédits et d'ouvrages ou d'articles érudits sur sa carrière et son œuvre.Ces avancées de la connaissance expliquent, en matière d'expositions, le besoin […] Lire la suite

PEINTURES DE LA CHAPELLE CONTARELLI, CARAVAGE (Rome)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 256 mots
  •  • 1 média

Caravage, né à Milan, s'était formé dans la capitale lombarde auprès d'un peintre maniériste avant de s'installer à Rome en 1592, où le cardinal Contarelli lui commanda, sans doute en 1598, la décoration de la chapelle dédiée, dans l'église Saint-Louis des Français, à son saint patron, Matthieu. C'est la première d'une l […] Lire la suite

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie . C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du xv e  siècle, les premières notice […] Lire la suite

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 967 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « De la collection à la création »  : […] En effet, la collection n'est pas simplement le lieu profane où un acheteur rassemble, selon ses propres désirs, des œuvres achevées. Par les regards et les lectures qu'elle suscite, elle donne une nouvelle vie à l'objet et constitue, au même titre que la gravure ou la critique, une des composantes fondamentales de la réception d'une œuvre ou d'un artiste. En outre, collection et création entretie […] Lire la suite

GENTILESCHI ORAZIO (1563-1639)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 389 mots
  •  • 1 média

Peintre italien baroque né en 1563 à Pise, mort vers 1639 à Londres. Orazio Gentileschi, de son vrai nom Orazio Lomi, étudie tout d'abord la peinture avec son demi-frère, Aurelio Lomi. Vers 1585, il se rend à Rome où, entre 1590 et 1600, en compagnie du peintre paysagiste Agostino Tassi, il peint des fresques pour les basiliques Sainte-Marie-Majeure, Saint-Jean-de-Latran et San-Nicola-in-Carcere […] Lire la suite

HONTHORST GERRIT VAN, dit GÉRARD DE LA NUIT (1590-1656)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 303 mots
  •  • 2 médias

Nommé en Italie Gherardo della Notte (Gérard de la Nuit), Gerrit van Honthorst est l'un des rares peintres hollandais du xvii e  siècle à avoir connu une grande carrière internationale. C'est principalement à son caravagisme militant aux Pays-Bas qu'il doit son actuelle réputation. Né à Utrecht, ce fils de peintre cartonnier est d'abord l'élève d'Abraham Bloemaert avant d'être disciple de Caravage […] Lire la suite

LA TOUR GEORGES DE (1593-1652)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 293 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre maniérisme et caravagisme »  : […] L'absence de documents sur les années de formation de Georges de La Tour (entre 1605 et 1615) réduit aux hypothèses l'étude des sources de son art. Les œuvres diurnes que l'on s'accorde à situer dans la première partie de la carrière de l'artiste – tels les Apôtres (six originaux conservés dont deux à Albi, musée Toulouse-Lautrec), les Mangeurs de pois (Gemäldegalerie, Berlin), La Rixe du musé […] Lire la suite

LOMBARDIE

  • Écrit par 
  • Franco MAZZINI
  •  • 3 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Caravage »  : […] Personne n'ignore la portée révolutionnaire, en Europe, du caravagisme. Avec Caravage, l'art lombard a atteint l'un des points culminants de son développement. Le caravagisme est un phénomène « lombard », non seulement parce que Caravage est né quelque part entre Bergame et Crémone, mais surtout parce qu'il a cultivé son sens du « réalisme » en regardant la peinture d'autres artistes lombards, com […] Lire la suite

LUMINISME, peinture

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 426 mots

La première intuition du luminisme, c'est-à-dire du rôle de la lumière dans l'organisation cohérente des formes par le jeu des valeurs tonales, s'exprime à Venise à partir des leçons recueillies par Antonello de Messine chez les Flamands. Si Léonard de Vinci sait exploiter avec une géniale aisance les mystérieux pouvoirs de l'ombre et de la lumière — du noir et du blanc —, c'est dans l'œuvre de Gi […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 710 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Italie et l'Espagne : réalisme et mysticisme »  : […] Avant même que la formule nordique de la table servie ne fasse l'objet en Italie d'interprétations dépouillées chez Lodovico de Susio et Fede Galizia notamment, le jeune Caravage, avec la Corbeille de fruits de l'Ambrosienne de Milan (vers 1596), atteint un point d'équilibre entre précision descriptive, force plastique, justesse chromatique et sens spatial, qui confère à sa vision une vérité, à s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « CARAVAGE (vers 1571-1610) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caravage/