CARAÏBESLittératures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature de langue française

Les origines

Malgré le discrédit que jettent, aux premiers siècles de la colonisation, les créoles expatriés ou les voyageurs sur la vie culturelle aux îles françaises de la Caraïbe (« Les talents n'y sont point connus ; et l'homme de lettres, fût-il créole, y porte un air étranger », écrivait à la fin du xviiie siècle le Guadeloupéen Léonard, installé en France et admiré pour ses Idylles [1766], auxquelles Sainte-Beuve devait reprocher de manquer de couleur locale), il existe, surtout à Saint-Domingue, une importante activité intellectuelle : en témoignent l'existence de cabinets de lecture, la mise en place d'imprimeries (la première en 1763) diffusant des almanachs et des journaux (La Gazette de Saint-Domingue à partir de 1764), la publication de travaux d'érudits locaux, le succès des théâtres (dès 1740 dans la ville du Cap-Français), qui donnent parfois des pièces d'inspiration locale, où l'on fait même une place à la langue créole. Cependant, l'essentiel de la littérature des îles aux xviie et xviiie siècles est constitué de textes écrits par et pour des Français de la métropole : récits de voyage, « relations » des missionnaires, descriptions à visée scientifique. Ces textes, qui opèrent une prise de possession des îles par l'écriture, veulent intéresser leurs lecteurs à ce monde nouveau, voire susciter des vocations coloniales. L'Histoire générale des Antilles habitées par les Français (1667-1671) du père Du Tertre rassemble une documentation qui se veut exhaustive et expose un point de vue « officiel ». Les Nouveaux Voyages aux îles de l'Amérique (1722) du père Labat, plus pragmatiques, agrémentent d'anecdotes souvent savoureuses la peinture des mœurs coloniales. Avec Moreau de Saint-Méry, né à la Martinique, se fait jour le projet d'une encyclopédie du savoir colonial : sa Description [...] de la partie française de l'île de Saint-Domingue (1797) nous donne un inventaire longtemps inégalé des réalités créoles.

La littérature haïtienne

Bien que l'accession à l'indépendance, en 1804, ait bouleversé de fond en comble toutes les structures de l'ancienne colonie de Saint-Domingue, le français est demeuré langue officielle d'Haïti. Sans doute le créole est-il la langue maternelle de la plupart des habitants, mais l'usage du français, langue de grand prestige culturel, devait manifester, aux yeux de l'étranger, le haut degré de civilisation atteint par les Haïtiens. De plus, à l'intérieur du pays, la maîtrise du français constitue l'un des critères d'appartenance à l'élite nationale. Une telle situation ne pouvait que favoriser la pratique littéraire : la production d'Haïti est, proportionnellement, la plus abondante d'Amérique, après celle des États-Unis. Elle est étroitement liée à l'œuvre de construction nationale, et ne peut donc être que patriotique. En même temps, elle est longtemps restée tournée vers la France (et ce tropisme n'a pas complètement disparu), comme pour recevoir sa légitimation d'un pays considéré comme l'arbitre des valeurs littéraires.

Un nationalisme littéraire

Les premiers textes (avec Vastey, Chanlatte ou Colombel) sont donc militants. Ils jouent leur partie dans les conflits pour le pouvoir qui ravagent le jeune État ; surtout, ils défendent l'indépendance de la nation et magnifient les mérites du peuple noir. Le théâtre et les chansons reflètent l'actualité et l'évolution des mœurs (François Lhérison, dans ses Chansons créoles, publiées aux Cayes au milieu du xixe siècle mais aujourd'hui perdues, est sans doute le premier à recourir systématiquement à la langue populaire). La poésie, d'abord classique et élégiaque, s'accorde aux nouveautés du romantisme triomphant (Coriolan Ardouin et Ignace Nau cultivent leur mélancolie de jeunes gens promis à une mort précoce). Des revues littéraires, comme L'Abeille haytienne de Milscent, fondée en 1817, tentent de durer et de constituer un public littéraire. Le succès des idées romantiques favorise le développement d'un nationalisme littéraire : Émile Nau propose de prendre des distances avec « l'atticisme parisien » et de « naturaliser » le français, « langue quelque peu brunie sous les tropiques ». On se tourne vers l'histoire pour fonder l'identité nationale. Thomas Madiou publie trois volumes d'une Histoire d'Haïti (1847-1848), qui conduisent jusqu'en 1808 et bénéficient de nombreux témoignages oraux. Beaubrun Ardouin les complète et les continue dans ses Études sur l'histoire d'Haïti (1853-1860). Le premier roman haïtien est nécessairement un roman historique : c'est Stella (1859) d'Émeric Bergeaud, qui raconte un épisode des luttes pour l'indépendance. Tout au long du siècle, les écrivains célébreront Haïti comme le pays qui témoigne pour tout le peuple noir. C'est le titre explicite d'un ouvrage d'Hannibal Price publié en 1900 (Réhabilitation de la race noire par la république d'Haïti), de son côté, Anténor Firmin, en 1885, réfute Gobineau (L'Égalité des races humaines). Tout en continuant de suivre les modèles français, la poésie se fait volontiers patriotique, même chez Oswald Durand (1840-1906), très populaire en son temps et pourtant plus à l'aise dans l'aimable mélancolie des chansons créoles (Choucoune), ou dans les poèmes d'amour malheureux parce que traversé par le préjugé de couleur. Tertullien Guilbaud et surtout Massillon Coicou (qui devait mourir fusillé par un peloton d'exécution) sont les maîtres d'une poésie qui cherche à exorciser le déchaînement des guerres civiles. Des romanciers comme Frédéric Marcelin (Thémistocle-Epaminondas Labasterre, 1901) ou Fernand Hibbert (Séna, 1905) font le tableau amusé des mœurs populaires et la satire de la vie politique. Justin Lhérisson donne avec La Famille des Pitite-Caille (1905) un classique de la littérature haïtienne : il innove en empruntant sa forme à l'audience (sorte de palabre de la haïtienne) et sa langue au parler national créole.

L'appel de l'Afrique

L'intervention armée des États-Unis en 1915, qui entraîne l'occupation jusqu'en 1930 et la mise sous tutelle du pays, provoque un choc considérable. Une grave crise intellectuelle et morale ébranle la société haïtienne. Malgré la considération que l'on porte aux poèmes philosophiques d'Etzer Vilaire, malgré le charme des poésies symbolistes de Duraciné Vaval et Damoclès Vieux, l'élite haïtienne éprouve le besoin de rompre avec une tradition culturelle trop française. Infléchissant l'orientation nationaliste de La Ronde, revue qui a marqué les années 1900, La Revue indigène (fondée en 1927) et Les Griots (qui commence à paraître en 1938 et qui évoluera vers le populisme « noir [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

L’écrivain Dany Laferrière

L’écrivain Dany Laferrière
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Édouard Glissant

Édouard Glissant
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

V. S.Naipaul

V. S.Naipaul
Crédits : Marc Gantier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Derek Walcott

Derek Walcott
Crédits : Doug Griffin/ Toronto Star/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARAÏBES  » est également traité dans :

CARAÏBES - Mer des Caraïbes et golfe du Mexique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 172 mots
  •  • 3 médias

La « Méditerranée américaine » se compose de la mer des Caraïbes et du golfe du Mexique. Elle est limitée au sud, à l'ouest et au nord par le continent américain, à l'est par la presqu'île de Floride, les Bahamas et les Antilles. La mer des Caraïbes a 3 000 km de la Martinique au Yucatán, 1 400 km de […] Lire la suite

CARAÏBES - L'aire des Caraïbes

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 5 000 mots
  •  • 8 médias

Le domaine des Caraïbes est vaste puisqu'il comprend, outre l'archipel antillais, les régions côtières des pays bordiers des deux bassins des Caraïbes (mer des Caraïbes et golfe du Mexique). Il est de coutume d'y adjoindre également les Guyanes (Guyana, Suriname et Guyane), l'archipel des Bahamas et le sud de l'État d […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Amériques et les modèles géodynamiques »  : […] À l'instar de l'Ancien Monde, les Amériques fournissent des informations sur les modèles géodynamiques principaux, qu'il s'agisse de l'ouverture océanique, des subductions océanique et continentale, de l'obduction ophiolitique ou de la collision continentale. Les différents stades de l' ouverture océanique y sont représentés, qu'il s'agisse du stade de début, avec le golfe de Californie (ou mer d […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Relief et climat »  : […] Le relief exerce son influence de plusieurs manières. Les cordillères, qui bordent les rives occidentales, continues, massives et élevées empêchent une large pénétration des influences adoucissantes et régulatrices du Pacifique, aux latitudes tempérées où la circulation atmosphérique se fait normalement d'ouest en est. Dans l'étroit cordon isthmique de l'Amérique centrale, et surtout dans les An […] Lire la suite

ANTIGUA-ET-BARBUDA

  • Écrit par 
  • Janet D. MOMSEN, 
  • David Lawrence NIDDRIE, 
  • Richard TOLSON
  • , Universalis
  •  • 1 134 mots
  •  • 3 médias

Antigua-et-Barbuda est un État insulaire indépendant (78 200 hab. en 2006) des Caraïbes orientales, situé dans l'archipel des Petites Antilles, à la pointe sud des îles Sous-le-Vent. Il possède une dépendance, le petit îlot inhabité de Redonda. Antigua-et-Barbuda, dont la capitale est Saint John's (sur l'île d'Antigua, 23 600 hab. en 2004), est une monarchie constitutionnelle au sein de laquelle […] Lire la suite

ANTILLES NÉERLANDAISES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GIACOTTINO
  • , Universalis
  •  • 467 mots

Formée en 1854, la fédération des Antilles néerlandaises constituait, dans la mer des Caraïbes, un État autonome associé aux Pays-Bas jusqu’à sa dissolution, décidée le 15 décembre 2008 et effective depuis le 10 octobre 2010. Un ensemble de six îles étaient regroupées sous cette appellation. Au nord de l'arc insulaire des Petites Antilles se trouve le groupe des îles du Vent : Saba, avec ses 13 k […] Lire la suite

ARAWAKS & KARIBS

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 3 308 mots
  •  • 1 média

Arawaks et Karibs n'ont cessé d'alimenter en stéréotypes, depuis le xvi e  siècle, une vision occidentale, extérieure, ethnologique et anthropologique de l'espace des Caraïbes. Ces aborigènes signalés par Christophe Colomb dès son premier voyage ont fourni à la littérature, au cinéma, à la presse et à l'historiographie coloniale le thème obsédant du cannibalisme. Au service du roi de France, le c […] Lire la suite

BAHAMAS

  • Écrit par 
  • E. Paul ALBURY, 
  • David Russell HARRIS, 
  • Gail SAUNDERS
  • , Universalis
  •  • 1 903 mots
  •  • 3 médias

Les Bahamas, État indépendant depuis 1973, occupent l'archipel éponyme, situé au nord de Cuba et de l'île de Saint-Domingue, au nord-ouest des Antilles. Les Bahamas, constituées de près de sept cents îles et récifs coralliens, dont une trentaine seulement sont habités, et plus de deux mille formations rocheuses, comptent 346 900 habitants en 2010. La capitale, Nassau (260 000 hab. en 2008), se t […] Lire la suite

BARBADE

  • Écrit par 
  • Chrisopher Stewart JACKSON, 
  • Woodville K. MARSHALL
  • , Universalis
  •  • 1 582 mots
  •  • 4 médias

État insulaire des Caraïbes (284 000 hab. en 2009), la Barbade est située à environ 160 kilomètres à l'est des îles du Vent. La capitale, Bridgetown (116 000 hab. en 2007 pour la zone urbaine), est le seul port maritime (à cause des récifs coralliens qui entourent une grande partie de l'île). La Barbade, dont la superficie est de 430 kilomètres carrés, se distingue de l'archipel des Petites Antil […] Lire la suite

CARIBBEAN BASIN INITIATIVE (C.B.I.)

  • Écrit par 
  • Nelly SCHMIDT
  •  • 719 mots

En 1982, le gouvernement des États-Unis conçoit un projet économique et commercial relatif à la région des Caraïbes, zone géostratégique de première importance pour l'État fédéral. Soumis au Congrès en accord avec le Canada, le Mexique, le Venezuela et la Colombie, le Caribbean Basin Initiative (C.B.I., Projet pour le bassin des Caraïbes), présenté comme plan d'aide économique aux pays des Caraïbe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA, « CARAÏBES - Littératures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-litteratures/