CARACTÈRES, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En systématique, on utilise le terme « caractère » dans le sens de « caractéristique », en vue de la classification des êtres vivants, pour permettre une recension de leurs particularités. Celles-ci peuvent être qualitatives (couleur des cheveux ou du plumage) ou quantitatives (dimensions du corps et de ses diverses parties). On reconnaît des particularités morphologiques (absence ou présence de menton), anatomiques (cœur à 4, 3 ou 2 cavités), physiologiques (température corporelle constante ou variable), biochimiques (réserves glycogéniques ou amylacées), biologiques (oviparité, viviparité) ou éthologiques (rythmes d'activité et de repos).

La manière selon laquelle ces particularités s'inscrivent dans le processus ontogénique permet de distinguer des caractères juvéniles, séniles ou intermédaires , mais la diagnose spécifique se fonde normalement sur les seuls caractères adultes.

Selon leur mode de transmission, héréditaire ou non, on a voulu discriminer les caractères innés qui appartiennent obligatoirement au patrimoine biologique de l'espèce (déterminisme endogène) et les caractères acquis qui ont une signification adaptative au niveau individuel (déterminisme exogène).

À ce problème — mal posé à défaut d'être un faux problème — se rattachent des débats d'idées qui ont beaucoup embrouillé les choses. Les progrès de la génétique ont démontré que tout caractère (ou groupe de caractères) était codé par un (ou plusieurs) gène(s), selon la règle fondamentale un gène ⇌ une protéine. C'est donc à partir du génome, siégeant sur les chromosomes, que la réalisation des caractères, sous forme de protéines constitutives de l'organisme, sera déterminée : formation d'un pigment (mélanine), formation d'une enzyme (G-6-PD), formation d'une molécule de structure (collagène). Par conséquent, l'organisme au cours de son autoconstruction va révéler l'information génétique qu'il détient : on dit que le phénotype (manifesté somatiquement) est l'expr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARACTÈRES, biologie  » est également traité dans :

CHROMOSOMES ET GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 194 mots

Pour étudier les mécanismes de l'hérédité, le généticien américain Thomas H. Morgan (1866-1945) choisit de travailler sur la mouche du vinaigre (drosophile). Alors que la drosophile possède normalement des yeux rouges, Morgan remarque certains individus aux yeux blancs. Ce caractère n'étant observé que chez les mâles, il avance que le facteur déterminant ce caractère est porté par le chromosome se […] Lire la suite

CLADISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pascal TASSY
  •  • 2 992 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cladistique et informatique »  : […] La cladistique a vite utilisé l'informatique. En effet, analyser de façon simultanée une multitude de caractères pour de nombreuses espèces, afin de construire l'arbre phylogénétique, est au-delà des capacités de l'esprit humain. Il est parfois difficile de faire ressortir la solution qui rend compte au mieux des partages de caractères dérivés considérés comme des synapomorphies. Par exemple, pou […] Lire la suite

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme au XXe siècle  »  : […] La systématique qui s'est construite autour de la théorie synthétique de l'évolution (ou néodarwinisme) des années 1930-1940 s'est non seulement grandement accommodée du dualisme « somme des modifications » et « indications de descendance » mais elle a même privilégié la somme des modifications. Tel est le paradoxe d'une systématique qui s'est pourtant toujours référée à Darwin. On peut être sur […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Épigénétique et hérédité »  : […] La génétique mendélienne décrit les modalités habituelles de la transmission de l’information génétique à la descendance. Cependant, il arrive que des observations ne puissent pas être interprétées au travers du prisme de la seule génétique classique, c’est-à-dire par une information seulement portée par la séquence d’ADN. Les travaux en épigénétique cherchent à comprendre ces mécanismes alterna […] Lire la suite

ESPÈCE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GAYON
  •  • 4 762 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un concept essentiel, avec ou sans évolution »  : […] Bien avant qu'il n'existe une théorie de l'évolution, les espèces ont été considérées comme les groupes d'organismes les plus naturels, les autres catégories taxinomiques (genre, famille, ordre, classe) étant plus artificielles. On doit au naturaliste anglais John Ray (1627-1705) d'avoir le premier réservé ce terme, qui était antérieurement un terme classificatoire appliqué à toutes sortes d'enti […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 096 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Hérédité des caractères biologiques »  : […] L' hérédité des caractères acquis, au milieu du xx e  siècle, était tombée dans un discrédit presque général, et les théories de Lyssenko apparaissaient à l'immense majorité de la communauté scientifique comme un archaïsme ou une supercherie. Pourtant, un siècle plus tôt, cette hypothèse était en faveur chez la plupart des savants. Darwin lui-même y adhérait et avait tenté de l'expliquer dans le c […] Lire la suite

GÈNES, biologie

  • Écrit par 
  • Pierre SONIGO
  •  • 1 381 mots

La génétique tire sa terminologie – héritage, transmission, patrimoine – de questions pratiques assez éloignées de la biologie. Le mot latin hereditas désigne les biens, titres et fonctions qu'un homme laisse à sa mort et le droit pour ses enfants d'en prendre possession. L'utilisation de ce terme en biologie date du xix e  siècle. De même que les parents transmettent à leurs enfants leur maison, […] Lire la suite

HÉRÉDITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BABINET, 
  • Luisa DANDOLO, 
  • Jean GAYON, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 11 220 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Fonction des gènes »  : […] Dans l'hérédité monogénique (ou mendélienne) concernant un seul caractère, celui-ci peut exister sous deux ou plusieurs versions que l'on nomme allélomorphes. Elles correspondent à deux variantes, dites allèles, du gène considéré, situé sur deux chromosomes dits homologues, c'est-à-dire appartenant à la même paire (l'un provient, rappelons-le, du père, l'autre de la mère). Il s'agit soit d'un aut […] Lire la suite

HISTOIRE DE LA CLADISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER, 
  • Michel LAURIN
  •  • 1 665 mots

1950 L'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik , ouvrage dans lequel il propose une nouvelle méthode de reconstruction des relations de parenté entre les espèces fondée exclusivement sur les états apomorphes (évolués ou particuliers) des caractères (surtout morphologiques), ainsi qu'une classification hiérarchique qui reflète […] Lire la suite

INVASIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 6 275 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des avantages génétiques »  : […] Les espèces invasives étant confrontées à de nouvelles manifestations de la sélection naturelle, la question se pose de la détermination des processus génétiques impliqués au cours du phénomène d'adaptation. Un constat préliminaire est celui de la perte de diversité génétique de ces populations du fait de leurs faibles effectifs. En général, les reproducteurs sont peu nombreux, et ne retiennent q […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « CARACTÈRES, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caracteres-biologie/