CAPRICCIO, genre pictural

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la littérature artistique italienne, et tout d'abord chez Vasari, capriccio est synonyme d'invention originale ou bizarre. À propos de Filippino Lippi, Vasari parle en effet des strani capricci che egli espresse nella pittura, c'est-à-dire des idées fantasques, étranges, que le peintre transposait dans ses tableaux. De même l'historien toscan évoque les capricciose invenzioni de Piero di Cosimo pour les chars de carnaval ou les cortèges funèbres, et celles du graveur flamand Jérôme Cock, notamment dans La Fraude et l'Avarice, dont il vante le bel capriccio. On voit donc que le terme désigne d'abord une certaine forme d'inspiration. Borghini (Il Riposo, 1584) distingue l'invention empruntée à autrui et celle que l'artiste trouve en lui, a suo capriccio. Au xviie siècle, Baldinucci (Vocabolario dell'arte del disegno, Florence, 1681) définit le capriccio comme l'œuvre née dans l'imagination du peintre, d'une idée subite (improvvisa). Le caprice est bien désormais l'œuvre même, non l'idée qui l'a suscitée. Entre-temps, Jacques Callot a publié, et dédié au grand-duc de Toscane, ses Capricci di varie figure, une série de gravures où se mêlent les paysages, les scènes champêtres, les rixes et les duels, les figures isolées aux accoutrements parfois étranges, parfois tout à fait réalistes. On trouve, dès lors, dans les inventaires de tableaux ou dans les descriptions de collections, la mention de capricci ou de quadretti di capriccio pour des peintures attribuées notamment à Savoldo (capriccio di mezze figure finte di notte) et Bamboccio (Ridolfi, Le Maraviglie dell'arte, Venise, 1648).

Le mot est bien fixé lorsque paraissent, en 1749, les dix planches des Vari Capricci de Giambattista Tiepolo (avec ruines, arbres déchiquetés, spectres et mages) qui inspirent sans doute à Piranèse le titre de ses Invenzioni capricci di carceri (1750).

Puis, toujours à Venise, le terme prend peu à peu un sens particulier chez les peintres de vedute : le capric [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAPRICCIO, genre pictural  » est également traité dans :

GUARDI LES

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 551 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Francesco, un peintre de paysages »  : […] Les origines de ce dernier poète de la Venise du xviii e siècle que fut Francesco Guardi (Venise 1712-1793) ont été rattachées par la critique la plus récente au style capricieux des paysages de Michele Marieschi. Certaines vues de Venise, en effet, qui reproduisent exactement les estampes de Marieschi (Philadelphie, Johnson collection ; Baltimore, Museum of Art ; Londres, National Gallery) son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-guardi/#i_18339

PIRANÈSE (1720-1778)

  • Écrit par 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 2 195 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le graveur des antiquités romaines »  : […] Jusqu'à sa mort, Piranèse ne devait plus cesser de dessiner et de graver les œuvres de l'Antiquité, à Rome, dans la campagne romaine où il fouille, surtout à la villa Hadriana. Il collectionne infatigablement les fragments d'architecture, échangeant et marchandant avec Gavin Hamilton ou le cardinal Albani, et, surtout, il commence à publier ses œuvres : son premier recueil gravé, Prima Parte d'ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piranese/#i_18339

RICCI MARCO (1676-1729)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 250 mots

Parallèlement aux « védutistes » du xviii e siècle, Marco Ricci, neveu de Sebastiano, donne son autonomie au paysage vénitien. Il trouve une source d'inspiration à Venise, dans l'œuvre de Titien et dans les gravures de Campagnola, mais surtout hors de Venise, chez Micco Spadaro, Salvator Rosa et même Claude Lorrain. Magnasco lui fait entrevoir les ressources des profondeurs ténébreuses, sillonnée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marco-ricci/#i_18339

ROBERT HUBERT (1733-1808)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 459 mots
  •  • 1 média

Artiste qui est à coup sûr l'un des principaux protagonistes du renouveau général de la peinture de paysage qui marque en France la seconde moitié du xviii e siècle . Hubert Robert se forma au cours d'un long séjour en Italie (1754-1765). L'intérêt pour la peinture de Claude Lorrain, qui se manifestait déjà chez un Joseph Vernet et qu'encourageait volontiers Natoire, (directeur de l'Académie de F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-robert/#i_18339

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « CAPRICCIO, genre pictural », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/capriccio-genre-pictural/