CAPPADOCIENS

ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 668 mots

À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens cachés voulus par Dieu, véritable auteur de la Bible, et distincts du sens immédiatement apparent. Cette pr […] […] Lire la suite

AMBROISE DE MILAN (339-397)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 921 mots

Dans le chapitre « Les sources de l'œuvre littéraire et l'attitude à l'égard de la philosophie »  : […] Contraint d'enseigner avant d'avoir appris, Ambroise doit presque tout à ses collègues grecs contemporains : le groupe des «  Cappadociens » tout d'abord, c'est-à-dire Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse, mais aussi le savant Didyme l'Aveugle. La plupart du temps, Ambroise s'est contenté de traduire leurs œuvres en latin, en les adaptant : on a un exemple particulièrement in […] […] Lire la suite

BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 1 149 mots

Évêque de Césarée de Cappadoce, sa ville natale, saint Basile le Grand est considéré par les chrétiens d'Orient comme le premier des grands docteurs œcuméniques ; ceux d'Occident le rangent parmi les principaux docteurs de l'Église. Son influence a été considérable dans le développement de la théologie de la Trinité, dans l'organisation de la vie monastique, dans l'exposition de la morale et de la […] […] Lire la suite

DIEU L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 962 mots

Dans le chapitre « Le Dieu incompréhensible »  : […] La pensée des Pères cappadociens du iv e  siècle (Basile, Grégoire de Naziance, Grégoire de Nysse) représente un moment décisif dans l'effort de purification de l'hellénisme alexandrin de Clément et d'Origène. C'est pourquoi il est toujours abusif de parler sans plus du « platonisme des Pères ». « La contemplation n'est pas l'apanage exclusif du platonisme et, s'il en était ainsi, platonisme dans […] […] Lire la suite

GRÉGOIRE DE NAZIANZE saint (330 env.-env. 390)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 589 mots

Grégoire, né à Arianze, près de Nazianze, en Cappadoce, est, avec Basile de Césarée et Grégoire de Nysse, l'un des trois Cappadociens qui ont donné à la théologie orthodoxe, aussi bien orientale qu'occidentale, sa première systématisation et sa première formulation classique. Par rapport aux deux autres, et par rapport à tout son siècle, il se distingue par une sensibilité délicate, une finesse, […] […] Lire la suite

GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Le théologien »  : […] Grégoire de Nysse est, avec son frère Basile de Césarée et leur ami commun Grégoire de Nazianze, l'un des trois grands théologiens cappadociens, qui sont à l'origine de la tradition théologique et mystique de l'Église d'Orient. Il se distingue par l'originalité et la hardiesse avec lesquelles il a su fondre en une synthèse nouvelle les traditions exégétiques héritées d'Origène, la dogmatique orth […] […] Lire la suite

MARCEL D'ANCYRE (mort en 374 env.)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 505 mots

Évêque cappadocien ; présent au concile de Nicée (325), Marcel d'Ancyre est, aux côtés d'Athanase, un ardent défenseur de la consubstantialité du Père et du Fils contre la doctrine arienne. Il écrit en 335, contre l'arianisant Astérius le Sophiste, un traité dont Eusèbe de Césarée a transmis des fragments dans les deux réfutations ( Contra Marcellum et De ecclesiastica theologia ) qu'il en a donn […] […] Lire la suite