CAPITALISMEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La formation d'un marché international des produits

Un commerce international existait dès l'Antiquité pour certains produits : sur de longues distances pour des produits de luxe de faible poids comme les soieries, les épices ou l'or, dans des aires géographiques plus limitées pour des produits pondéreux qui, comme le blé, le poisson salé, le vin, le bois, pouvaient néanmoins être transportés à des coûts raisonnables grâce au bon marché des transports maritimes. L'histoire du commerce international est celle d'une extension progressive des flux à des produits plus nombreux, à des valeurs plus importantes relativement aux produits nationaux des pays concernés, à des aires plus larges. Le développement s'est fait de manière discontinue, en fonction de la productivité des transports, des relations économiques et politiques entre pays, de l'existence d'une demande dynamique. Aux xvie et xviie siècles se développèrent, à une échelle qui faisait des exportations des débouchés majeurs pour les producteurs, deux types de commerce, celui des matières premières de l'Europe du Nord transitant par la Hollande vers l'Europe de l'Ouest exportatrice de vin français et de produits manufacturés, et par ailleurs un commerce intrabranche de produits textiles entre les pays les plus avancés, que leur concurrence conduisait à des pratiques mercantilistes.

Le xviiie siècle vit une extension massive des échanges avec les Amériques exportatrices de sucre et de tabac, dont la consommation en Europe augmentait avec la baisse de leurs prix et la hausse des niveaux de vie, avec l'Asie productrice de coton, d'indiennes, de céramiques, et avec l'Afrique intégrée dans ce système par la traite. Désormais ces échanges portaient sur des produits de grande diffusion, toiles de lin puis, à la fin du siècle, cotonnades. Pour ces industries, les marchés extérieurs représentaient déjà plus de 20 p. 100 des ventes. Un changement de dimension du marché s'opéra entre 1800 et 1840 où le relais par les marchés extérieurs était indispensable pour éviter l'asphyxie des entreprises des pays industriels. L'exportation servit d'exutoire à une proportion plus importante de la production que la dynamique de développement des marchés intérieurs des pays industriels ne permettait pas d'absorber entièrement. Une continuité était en train de se construire entre marchés intérieurs et marché international. Le succès des industrialisations des pays d'Europe occidentale vint de ce que les industriels et les négociants, au prix de tâtonnements et d'échecs dus à l'imperfection de l'information, parvinrent à articuler demande interne et débouchés externes dans un système beaucoup moins conflictuel. Dans un monde où la règle était un fort protectionnisme, les échanges ne se développèrent que parce qu'ils reposaient sur des complémentarités entre les pays industriels qui, au xixe siècle, faisaient entre eux plus de 70 p. 100 des échanges : ils étaient les seuls dont la demande fût solvable. Seule la Grande-Bretagne effectuait une part importante de ses échanges vers des pays moins développés, comme l'Inde, à faible niveau de vie, mais à population énorme. La multiplication des produits nouveaux par l'industrialisation favorisait les complémentarités entre pays industriels. Les échanges de marchandises étaient aussi facilités par l'acceptation d'une liquidité internationale commune, le sterling, et par un système multilatéral de compensation des soldes des balances commerciales rendant solidaires, au milieu du siècle, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et les autres pays européens. Cette organisation des flux rendit possible de la fin des années 1840 à celle des années 1870 une sensible libéralisation de la réglementation douanière.

La baisse des coûts des transports maritimes, permettant la livraison à longue distance des produits pondéreux, céréales, produits miniers, étendit alors à l'ensemble des produits l'économie internationale de marché. L'arrivée sur le marché des produits agricoles des pays neufs à forte productivité causa une crise des agricultures européennes, mais ces nouveaux pays constituaient aussi des débouchés intéressants en raison des revenus élevés de leurs populations. La baisse des prix agricoles entraîna un renforce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  CAPITALISME  » est également traité dans :

CAPITALISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 1 017 mots
  •  • 1 média

Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l'effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d'une part, la propriété privée des moyens de production ; d'autre part, une dynamique fondée sur […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Le capitalisme est un système qui s'enracine profondément dans notre histoire. Régime économique fondé sur l'appropriation privée des moyens de production, il se distingue fondamentalement des autres formations sociales par le fait qu'en son sein le capital est à lui-même sa propre fin. L'accumulation et l'expansion continues des richesses vont ainsi de p […] Lire la suite

CAPITALISME (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 1 413 mots

Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l’effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d’une part, la propriété privée des moyens de production ; d’a […] Lire la suite

ACTIONNAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre BALLEY
  •  • 8 143 mots
  •  • 2 médias

La mise en commun, entre personnes qui se connaissent et se font confiance, des ressources nécessaires à une entreprise et le partage du profit éventuel sont un usage invétéré qui a joué un rôle essentiel dans le développement des premières formes du capitalisme, notamment dans le financement du commerce maritime au long cours à l'époque de la Renaissance. C'est toutefois l'apparition de la socié […] Lire la suite

AGLIETTA MICHEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Yamina TADJEDDINE
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Penseur du capitalisme et de la monnaie, Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance . Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938 à Chambéry, il intègre l’École polytechnique en 1959, puis entre à l’Institut national de la statistique et des […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Origines capitalistes de la révolution agricole »  : […] Un pays a joué le rôle de « pilote » de la révolution agricole : l'Angleterre. Le commerce maritime et colonial y avait accumulé les capitaux et l'exemple de la Flandre, qui pratiquait depuis le xv e  siècle, à force de travail humain incessant, les cultures continues sans jachères, fut repris sur une grande échelle. Amorcée dès le xvi e  siècle, l'évolution de l'agriculture anglaise s'accentue a […] Lire la suite

ALIÉNATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 728 mots

Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier lui est étranger, c'est-à-dire aliéné, puisqu'il e […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la mondialisation libérale »  : […] La notion de « mondialisation » telle qu'elle est ici entendue renvoie aux formes actuelles du capitalisme, en y incluant ses aspects politiques, tant sont liées les mutations du capitalisme, l'ouverture des marchés, la position hégémonique acquise par la puissance américaine et le rôle des institutions internationales, – O.M.C., F.M.I. ou Banque mondiale –, qui en sont les vecteurs. Les mouvemen […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 1 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La norme contre la loi »  : […] Cette mutation décisive – le pouvoir, qui longtemps s'était fait reconnaître comme le maître de la mort devient l'administrateur de la vie – ne peut être isolée pour Foucault de l'apparition du capitalisme. Le biopouvoir constitue en effet une des conditions indispensables de son développement. Car il fallait tout à la fois brancher le corps des individus sur des appareils de production concrets […] Lire la suite

BOLCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 7 569 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Impérialisme et révolution »  : […] La Première Guerre mondiale, considérée comme impérialiste et combattue sans équivoque par les bolcheviks, leur permit d'élargir leur champ d'action et de réflexion. L'action se situa dans le domaine des réalités politiques : il fallait remplacer la II e  Internationale, qu'ils considéraient comme morte, par de nouveaux regroupements internationaux issus des convulsions de la guerre. Dès novembr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 octobre 2008 Crise économique mondiale. Réponses à la crise financière

Le 6 également, la Bourse de Paris connaît la plus forte chute de son histoire – — 9,04 p. 100 –, tandis que, à New York, le Dow Jones repasse, pour la première fois depuis octobre 2004, sous la barre des 10 000 points. Le 6 encore, le Parlement islandais adopte un plan d'urgence accordant de fait à l'État le contrôle des banques du pays, qui ne peuvent plus faire face à leurs engagements. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick VERLEY, « CAPITALISME - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-histoire/