CAPITAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le capital en tant que rapport social

Cette première acception du mot capital est à l'origine d'expressions telles que capitalisme ou société capitaliste, qui désignent un système économique où les moyens de production sont, en bonne partie, détenus par des personnes privées. Celles-ci, les capitalistes, recrutent des travailleurs, achètent des matières premières, louent des terres, etc., pour produire des biens, dans le but de réaliser un profit. Le capitaliste est donc bien celui qui dirige, parce qu'il dispose des moyens de le faire. Dans cette perspective, la société est conçue comme un ensemble de classes sociales, le principal clivage se situant entre les propriétaires des moyens de production et ceux qui vendent à ces derniers leur force de travail (les salariés). Parmi les premiers, on peut distinguer les capitalistes proprement dits (qui ont le pouvoir d'acheter les ingrédients de la production, y compris le travail) et les propriétaires des terres, des mines et d'autres ressources naturelles (louées aux capitalistes), dont la rémunération est qualifiée de rente (au sens de loyer).

La vision de la société axée sur les classes sociales – et sur les rapports que celles-ci induisent en matière de production – joue un rôle important dans les analyses des fondateurs de l'économie politique, comme Adam Smith (1723-1790) et David Ricardo (1772-1823), et dans celles de Karl Marx (1818-1883) qui a tout particulièrement mis l'accent sur le capital en tant que rapport social. Pour eux, le produit de la société – fruit du travail, pour l'essentiel – se partage entre les trois grandes classes sociales que sont les travailleurs (les prolétaires, pour Marx), les capitalistes et les propriétaires fonciers. Ce partage dépend, de façon complexe, du rapport de forces entre groupes sociaux, du salaire de subsistance des trav [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université de Reims

Classification


Autres références

«  CAPITAL  » est également traité dans :

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le profit au cœur de la croissance »  : […] Le livre s'écarte de la théorie néo-classique en ne considérant pas le taux d'intérêt comme le paramètre essentiel du processus d'expansion. Joan Robinson constate que la vision néo-classique part de l'idée que les entreprises n'ont aucun autofinancement, ou, tout au moins, que leur mode de décision dépend exclusivement de leurs conditions de financement. Or, pour une entreprise, le financement, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-joan-violet-robinson/#i_13720

ACTIONNAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre BALLEY
  •  • 8 142 mots
  •  • 2 médias

La mise en commun, entre personnes qui se connaissent et se font confiance, des ressources nécessaires à une entreprise et le partage du profit éventuel sont un usage invétéré qui a joué un rôle essentiel dans le développement des premières formes du capitalisme, notamment dans le financement du commerce maritime au long cours à l'époque de la Renaissance. C'est toutefois l'apparition de la socié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actionnaires/#i_13720

ACTUALISATION, économie

  • Écrit par 
  • Alain COTTA
  •  • 746 mots

Le terme actualisation désigne, en économie, un procédé qui permet de comparer l'évaluation d'un même bien ou celle des services qu'il rend en différents moments du temps. Quelle que soit l'évaluation d'un bien (prix de marché, coût de production, etc.), il est en effet très souvent nécessaire, notamment lorsqu'il s'agit d'établir des prévisions, de comparer l'évaluation de ce bien en différents m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actualisation-economie/#i_13720

ALLAIS MAURICE (1911-2010)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  • , Universalis
  •  • 1 312 mots

C'est un économiste français aussi brillant que peu consensuel qui s'est éteint le 9 octobre 2010 à Paris. Participant en 1947 à la première réunion de la très libérale Société du Mont-Pèlerin, partisan de l'Algérie française qui dénonçait le « génocide » commis à l'encontre des Français d'Algérie et des musulmans pro-français, critique acerbe du « libre-échangisme aveugle » défendu à l'O.M.C. co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-allais/#i_13720

LE CAPITAL, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 123 mots
  •  • 2 médias

Das Kapital ( Le Capital ) est considéré par Karl Marx (1818-1883) lui-même comme son œuvre majeure. Empruntant à différents champs disciplinaires (l'économie, la sociologie, la philosophie, l'essai politique) et s'inscrivant dans la continuité d'Adam Smith, David Ricardo et John Stuart Mill, Marx entreprend une « critique de l'économie politique », co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-capital/#i_13720

LE CAPITAL HUMAIN, UNE ANALYSE THÉORIQUE ET EMPIRIQUE, Gary Stanley Becker - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Une autre sorte de capital »  : […] Becker définit le capital humain comme un stock de ressources productives incorporées aux individus eux-mêmes, constitué d'éléments aussi divers que le niveau d'éducation, de formation et d'expérience professionnelle, l'état de santé ou la connaissance du système économique. Toute forme d'activité susceptible d'affecter ce stock (poursuivre ses études, se soigner, etc.) est définie comme un invest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-capital-humain-une-analyse-theorique-et-empirique/#i_13720

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines du capitalisme »  : […] Au xviii e  siècle, le capitalisme industriel commence à déplier ses ailes. Dans les premiers écrits qu'il consacre à cette rupture majeure, notamment dans L'Idéologie allemande (1845-1846), Karl Marx brosse un tableau de vaste ampleur destiné à rendre raison des conditions de développement des forces productives. La sépar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_13720

CAPITAL-RISQUE

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Universalis
  •  • 457 mots

Véritable levier du dynamisme industriel et économique, le capital-risque traduit bien imparfaitement le concept américain de venture capital  : la version française fait primer la notion de risque sur celle d'aventure. Il s'agit pourtant d'une aventure d'un type nouveau entre un industriel et un financier, associés dans un projet d'entreprise. Le capital-risque est une activ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capital-risque/#i_13720

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 744 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conditions sociales, habitus et styles de vie »  : […] Le modèle théorique construit par Bourdieu dans La Distinction met en correspondance l'espace des conditions sociales et l'espace des styles de vie par l'intermédiaire d'un espace théorique des habitus (dans la société française des années 1970, aux classes dominantes est associé le « sens de la distinction », à la petite bourgeoisie, la « bonne volonté culturelle », aux cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-penser-les-classes-sociales/#i_13720

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Bourgeoisie et élite(s) »  : […] Dans la perspective marxiste, le rapport de propriété est le rapport social déterminant. Dans le mode de production capitaliste, il oppose les bourgeois, propriétaires des moyens de production, aux prolétaires, détenteurs de leur seule force de travail. « Par bourgeoisie, on entend la classe des capitalistes modernes qui possèdent les moyens sociaux de production et utilisent le travail salar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-classe-dominante/#i_13720

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question des crises économiques »  : […] La piste esquissée par Marx et précisée par Sraffa, conduit à mettre l'accent sur la théorie ricardienne, Adam Smith apparaissant comme un précurseur moins profond de Ricardo. Entre les analyses de Smith et celles de Ricardo apparaissent néanmoins de sérieuses divergences, que l'approche keynésienne aura permis de préciser, concernant les crises économiques et le rôle de la loi de Say. Le point de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_13720

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La reproduction élargie »  : […] Marx analyse la reproduction du capital pour déterminer les conditions auxquelles les capitaux trouvent de période en période les éléments productifs nécessaires pour reprendre leur activité à une échelle sans cesse plus grande. À titre pédagogique, il commence par la reproduction simple, où les capitalistes consomment tout leur profit. Puis il étudie la reproduction élargie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marxisme/#i_13720

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « La pensée cambridgienne »  : […] Même si le programme de recherche initié par Keynes semblait devoir se focaliser principalement sur les problèmes de court terme – comme le suggère sa fameuse phrase : « À long terme nous serons tous morts » –, une approche centrée sur les questions de croissance à long terme doit être rattachée au keynésianisme. Cette école de pensée, dont les protagonistes (Roy Harrod, Nicholas Kaldor, Luigi Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_13720

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - École de la régulation

  • Écrit par 
  • Benjamin CORIAT
  •  • 1 519 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La finance au cœur d'un régime nouveau d'accumulation »  : […] Au cours des années 1980 et 1990 qui, avec la globalisation des échanges et de la finance, ont vu s'affirmer des changements considérables, les théoriciens de la régulation se sont attachés à identifier et à décrire le régime d'accumulation qui a succédé au fordisme. Ces recherches ont conduit à soutenir la thèse que ce nouveau régime est « tiré par la finance ». Les investisseurs institutionne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-ecole-de-la-regulation/#i_13720

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 037 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2018-croissance-restrictions-commerciales-et-argent-plus-cher/#i_13720

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

L'approche économique contemporaine de l'éducation s'est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Theodore Schultz (Prix Nobel 1979, Gary Becker (Prix Nobel 1992) et Jacob Mincer qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d'enseignement (école, collège, lycée, université, enseignement et formation techniques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/education-economie-de-l-education/#i_13720

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 537 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un nouveau contrat social pour la science et la technologie »  : […] Le rôle du changement technologique est au cœur des deux grandes conceptions du développement durable (Faucheux et Noël, 1995). Les approches de la « soutenabilité faible », énoncées par la Banque mondiale ou l'O.C.D.E., étendent les enseignements de la théorie du capital au capital naturel. Elles considèrent que le progrès technique offre toujours au moins une solution à la dégradation environne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-environnement-et-economie/#i_13720

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa Luxemburg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 979 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croissance et impérialisme »  : […] Dans l'économie capitaliste, la croissance prend la forme d'une accumulation de moyens de production, d'une accumulation de capital. À quelles conditions est-elle possible ? L'ouvrage traite la question en trois parties ; l'édition française de 1972 ajoute, en quatrième partie, la Critique des critiques . La première partie de l'ouvrage discute les schémas de reproduction du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-rosa-luxemburg/#i_13720

LECTURES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Johan Gustav Knut Wicksell - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Julien DUPONT
  •  • 1 064 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la théorie du capital à la théorie monétaire »  : […] Dans le premier tome des Lectures , Wicksell définit les concepts du « capital » et du « taux d'intérêt naturel » en intégrant le temps à l'analyse, dans le prolongement des avancées d'Eugen von Böhm-Bawerk. Des biens peuvent être mis en attente avant d'être investis dans un processus de production, dans l'espoir d'une augmentation ultérieure du niveau produit. Ils constituen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lectures-d-economie-politique/#i_13720

MACROÉCONOMIE - Croissance économique

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 9 667 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les incitations privées »  : […] Traiter du niveau d'accumulation optimal ne peut se faire sans étudier les comportements individuels qui en sont à l'origine. L'optimalité se définit par rapport aux préférences des agents, en particulier leurs préférences intertemporelles. En outre, il est crucial de savoir si les décisions individuelles conduisent naturellement vers ce niveau optimal ou bien si l'intervention de l'État est néces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-croissance-economique/#i_13720

MARXISME - La théorie marxiste

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 741 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le matérialisme historique »  : […] Qu'est-ce que le capital, en somme ? Ce n'est pas une « chose » (argent, moyens de production). Il doit être, au contraire, étudié comme un processus cyclique qui se déroule en permanence à l'échelle de la société tout entière, et dont le moment principal est celui de la production ; c'est là que, simultanément, s'effectuent la transformation matérielle de la nature et la cré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-theorie-marxiste/#i_13720

NATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BONICHOT, 
  • Universalis
  •  • 6 936 mots

Dans le chapitre « But »  : […] L'objectif essentiel d'une nationalisation est de transférer à la nation le pouvoir sur une ou plusieurs entreprises, sur des moyens de production ou sur une branche de l'économie. Le passage d'ensembles économiques sous le contrôle et la direction de l'État doit permettre d'orienter leur activité vers l'intérêt général, alors que la direction capitaliste a pour seul but la recherche du plus gran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisation/#i_13720

PROTECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 6 508 mots

Dans le chapitre « L'économie politique de la protection »  : […] Un courant théorique apparu dans les années 1970, l'économie politique de la protection, cherche à rendre compte des comportements des demandeurs de protection. Ses analyses prennent appui sur deux modèles de l'échange international, celui d'Heckscher-Ohlin-Samuelson (HOS) et celui des facteurs spécifiques. Le modèle HOS indique, à partir du théorème de Stolper-Samuelson, que la protection d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protectionnisme/#i_13720

RÉPARTITION DES REVENUS

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 213 mots

Dans le chapitre « Deux visions radicalement opposées »  : […] En théorie économique, on distingue deux façons radicalement opposées de traiter la question de la répartition d'un point de vue positif : d'une part, il y a ceux qui la conçoivent comme le partage du produit – d'une entreprise, ou de la société tout entière – entre divers groupes sociaux, selon une relation plus ou moins conflictuelle ; d'autre part, il y a ceux qui la considèrent comme le résult […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/repartition-des-revenus/#i_13720

RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 11 833 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un modèle propre aux pays d'industrialisation tardive ? »  : […] C'est aussi vers la fin du xix e  siècle que le processus d'industrialisation tend à gagner, au-delà des sociétés occidentales, des nations « périphériques », « attardées » en ce sens qu'une partie au moins des conditions préalables au développement de l'économie de marché (droits et libertés, niveau éducatif, capacités d'épargne et d'entreprise, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-industrielle/#i_13720

RICARDO DAVID (1772-1823)

  • Écrit par 
  • Christian SCHMIDT
  •  • 3 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ricardo dans l'histoire de la pensée économique »  : […] Malgré l'influence qu'exerça la pensée ricardienne, de très nombreuses critiques s'élevèrent dès 1830 contre la théorie de la rente, des profits et surtout contre la valeur du travail. La référence à Ricardo devint donc progressivement une clause de style et, à l'exception toutefois de ses conceptions monétaires, la prédominance de sa pensée devint plus formelle que réelle. En marge de l'économie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-ricardo/#i_13720

ROBINSON JOAN VIOLET (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc GAFFARD
  •  • 1 437 mots
  •  • 1 média

Les années de l'entre-deux-guerres ont pu être qualifiées d'années de la haute théorie, tant cette période de stagnation et de crise a été cruciale pour le renouvellement de la pensée économique dans tous les domaines, qu'il s'agisse de la théorie de la valeur, de l'analyse monétaire ou de la compréhension du mécanisme des cycles et de la croissance. À ce renouvellement est associé le nom de Joan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-violet-robinson/#i_13720

SAINT-SIMON CLAUDE HENRI DE ROUVROY comte de (1760-1825) ET SAINT-SIMONISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL, 
  • Ernest LABROUSSE
  •  • 6 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers la collectivisation et la planification »  : […] À la différence de Saint-Simon, qui ne se prononce pas, au moins dans l'immédiat, contre l'appropriation privée des moyens de production, les saint-simoniens mettent en cause cette appropriation : l' Exposition se présente comme une critique de la propriété privée des capitaux productifs. Une telle appropriation est condamnable du point de vue de la justice : elle permet de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-simon-et-saint-simonisme/#i_13720

SMITH ADAM (1723-1790)

  • Écrit par 
  • Jacques WOLFF
  •  • 1 446 mots

Dans le chapitre « L'homme et l'œuvre »  : […] Smith n'a toute sa vie été qu'un universitaire. Né à Kirkaldy (Écosse), il entra à quatorze ans au collège de Glasgow, à dix-sept ans à Oxford où, pendant six années, il étudia la philosophie et la littérature. Il fut nommé professeur de littérature à Glasgow à vingt-huit ans et occupa à partir de 1753 la chaire de philosophie morale, professant entre autres l'économie politique et publiant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-smith/#i_13720

Voir aussi

Pour citer l’article

Ozgur GUN, « CAPITAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/capital/